Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Chris Chelios se souvient de son altercation avec Ron Hextall

samedi 2013-11-09 / 20:48 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Chris Chelios se souvient de son altercation avec Ron Hextall
Chris Chelios se souvient de son altercation avec Ron Hextall

TORONTO – Les partisans des Flyers de Philadelphie se souviennent probablement de quand le gardien Ron Hextall avait attaqué Chris Chelios – alors avec le Canadien de Montréal – vers la fin du match no 6 de l’Association Prince de Galles en 1989.

Les Flyers perdaient 4-2 et étaient sur le point de se faire éliminer quand Hextall s’en est pris à Chelios pour se venger du coup que Chelios avait asséné lors du match no 1, qui avait fait saigner Brian Propp de l’arrière de la tête. Hextall avait lancé une de ses pièces d’équipement à Chelios, qui a été escorté hors de la patinoire.

L’incident avait mené à une bagarre impliquant à peu près tous les joueurs qui se trouvaient sur la patinoire.

Samedi, lors de la période de questions des partisans au Temple de la renommée, on a demandé à Chelios ce qu’il pensait d’Hextall.

« Je sais à quoi il pensait, a dit Chelios. Je le méritais après ce que j’avais fait à Propp. On récolte ce que l’on sème. Dieu merci je l’ai vu venir au dernier moment et j’ai pu me tourner la tête. »

Le Canadien a finalement gagné cette série contre les Flyers avant de s’incliner face aux Flames de Calgary en Finale de la Coupe Stanley. Montréal était de retour en séries en 1990, mais a perdu en deuxième ronde et Chelios a été échangé aux Blackhawks de Chicago.

« À Montréal, si tu perds tôt en série, soit l’entraîneur soit un joueur perd son poste, a déclaré Chelios. À ce stade-là, les capitaines de cette équipe sont tous partis, les uns après les autres. Moi, Carbo (Guy Carbonneau) et Mike Keane. Je l’ai compris. Si ça n’avait pas été Chicago, j’aurais probablement été vraiment déçu, mais j’étais de retour à la maison, je jouais devant ma famille et mes amis et ça m’a beaucoup aidé. J’ai mis tout ça derrière moi. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook