Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Michel Therrien est enchanté par la présence physique qu'amène Douglas Murray

mercredi 2013-10-30 / 1:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Michel Therrien est enchanté par la présence physique qu'amène Douglas Murray
Michel Therrien est enchanté par la présence physique qu'amène Douglas Murray

MONTRÉALDouglas Murray avait dit de sa situation au camp d’entraînement qu’elle était « embarrassante », lui qui s’est blessé au haut du corps avant même que la saison ne s’amorce, ce qui l’a forcé à rater les 11 premières rencontres de la campagne.

D’après lui, sa première impression avec sa nouvelle équipe était complètement ratée.

Mais mardi, à son deuxième match depuis son retour au jeu – et son deuxième en deux soirs, de surcroît –, Murray a saisi l’occasion de démontrer toutes les raisons pour lesquelles le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, lui a accordé un contrat d’un an en août dernier.

En 12:00 pile-poil de temps de glace – entrecoupé d’une brève visite au vestiaire pour quelques points de suture –, le défenseur format géant (6 pieds 3 pouces et 240 livres) a distribué pas moins de six solides mises en échec et a bloqué trois lancers.

Murray refuse cependant de prendre tout le crédit, précisant que c’est un effort collectif qui l’a fait bien paraître dans cette victoire de 2-1 du Canadien face aux Stars de Dallas, mardi.

« En fait, au cours des deux derniers matchs, c’est vraiment l’équipe en entier qui a bien joué défensivement, a-t-il mentionné. Que ce soit en sortant des rondelles de notre territoire, en se plaçant dans les lignes de tirs pour bloquer des lancers ou en ayant le bon positionnement, c’est toute l’équipe qui a fourni un effort soutenu. »

Murray avait été utilisé à peu près de la même façon également lundi, alors que le Canadien était à New York pour y affronter les Rangers, dans le cadre du tout premier match de la saison pour le Suédois. Il avait cependant terminé la rencontre avec un peu plus de deux minutes de plus de temps de glace que mardi (14:21), les cinq désavantages numériques que le CH a dû écouler en étant pour quelque chose, excluant la pénalité dont il a lui-même écopé.

« Il a joué à peu près 14 minutes, un peu comme hier (lundi), a indiqué son entraîneur Michel Therrien. Et 14 minutes pour un joueur comme ça, c’est le temps idéal qu’on veut lui donner, du moins dans ces eaux-là. Parce que quand il est question de gars gros comme ça, si tu leur donnes seulement huit ou neuf minutes, le moteur est difficile à réchauffer. Donc ils ont besoin de se sentir occupés. »

Le retour au jeu de Murray était d’autant plus important pour le Canadien en l’absence de ses joueurs les plus robustes (Brandon Prust et George Parros), justement blessés dans l’exercice de leurs fonctions de joueurs robustes.

« [Sa présence est] primordiale, a dit Therrien de Murray. C’est un joueur contre qui il est très difficile de jouer. On a été en mesure de le constater par sa présence physique dans les coins de patinoire et devant notre filet. S’il a la chance de punir un adversaire, il va le faire. C’est un joueur qui, en deux matchs – puisqu’il n’a pas eu de camp d’entraînement –, a compensé par son expérience. J’aime quand même dans les coins, il est tellement fort que c’est difficile de lui enlever la rondelle. »

Et selon Therrien, quand des joueurs voient un des leurs jouer comme Murray et se sacrifier pour l’équipe en bloquant des tirs ou en distribuant des mises en échec percutantes, ça ne peut être que contagieux pour le reste de l’équipe, comme en témoignent les 29 lancers que le Canadien a bloqué devant Carey Price mardi.

« Tu vois que les gars sont prêts à payer le prix pour aller chercher des victoires, et ça c’est bon signe, a-t-il déclaré. Et même quand les gars bloquent des lancers, tu peux voir la réaction des autres sur le banc. C’est bien pour l’esprit d’équipe. Ils sacrifient leur corps pour s’assurer de faire le travail et encore aujourd’hui (mardi), beaucoup de crédit revient aux joueurs qui se sont sacrifiés pour bloquer des tirs. »

 

La LNH sur Facebook