Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Vlasic s’impose comme un candidat sérieux pour les Jeux de Sotchi

    mardi 2013-10-29 / 12:32 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Vlasic s’impose comme un candidat sérieux pour les Jeux de Sotchi
    Marc-Édouard Vlasic est un des défenseurs effacés les plus fiables de la LNH, un atout précieux pour une des meilleures formations de la ligue parce qu’il réalise des jeux qui font gagner des matchs même s’il se retrouve le plus souvent dans l’ombre de coéquipiers plus illustres.

    Les Sharks de San Jose disputaient un autre match où ils dominaient comme d’habitude samedi à Montréal, sauf là où ça compte, au tableau de pointage.

    En avance seulement 1-0 vers la fin de la deuxième période en dépit du fait qu’ils avaient contrôlé le jeu pendant de longues minutes, ils accordaient une soirée plutôt facile à leur gardien Antti Niemi quand celui-ci a soudainement été assiégé par l’attaque du Canadien, qui aurait bien aimé retourner au vestiaire à égalité.

    Avec un peu moins de trois minutes à jouer en deuxième, un lancer de P.K. Subban a été dévié en plein sur la palette de David Desharnais, qui s’est retrouvé devant un filet ouvert du côté le plus rapproché, Niemi ayant été déplacé hors position.

    Le but semblait facile, mais le bâton de Marc-Édouard Vlasic s’est interposé à temps et le défenseur a réussi un jeu clé en sauvant le but égalisateur.

    Les Sharks ont pu doubler leur avance grâce au deuxième but de Logan Couture tôt en deuxième période, le dernier de la rencontre, résultat d’un bond capricieux derrière le filet de Carey Price. Et dans le vestiaire après le match, on entendait surtout vanter les performances de Couture et Niemi.

    Mais l’intervention de Vlasic a peut-être été le jeu le plus important de la rencontre même si c’est passé plus ou moins inaperçu, ce qui illustre parfaitement ce qu’est le défenseur québécois.

    Vlasic est un des défenseurs effacés les plus fiables de la LNH, un atout précieux pour une des meilleures formations de la ligue parce qu’il réalise des jeux qui font gagner des matchs même s’il se retrouve le plus souvent dans l’ombre de coéquipiers plus illustres.

    « C’est un gros morceau de notre équipe », reconnaît son entraîneur Todd McLellan. « Il y a six ans quand je suis arrivé ici je pensais que c’était un très bon défenseur. Je l’ai jumelé à Rob Blake et il était très à l’aise. Quand Blake a pris sa retraite, il lui a fallu un peu de temps pour s’habituer à jouer avec d’autres partenaires.

    « Aujourd’hui, il est le défenseur à qui on s’en remet. Il est notre Rob Blake. »

    Déjà à sa huitième saison même s’il n’est âgé que de 26 ans, Vlasic a pris part à 531 des 552 matchs des Sharks depuis 2006-07 et il a terminé un calendrier avec un différentiel négatif à une seule occasion. Depuis le début de la présente saison, selon les données du site web ExtraSkater.com, il a passé tout près de 200 minutes sur la glace à forces égales contre les meilleurs attaquants des équipes adverses et n’a été victime que de cinq buts.

    Malgré tout, Vlasic demeure un joueur très peu connu chez les amateurs de hockey. Mais ses performances ne sont pas passées inaperçues chez les décideurs de l’équipe olympique canadienne, qui en ont fait un des 17 défenseurs invités au camp d’orientation de Calgary au mois d’août dernier.

    Le directeur exécutif Steve Yzerman ne retiendra que huit défenseurs, voire sept, mais Vlasic s’impose comme un candidat sérieux en vertu de son fort début de saison et la rumeur favorable à son endroit commence à prendre de l’ampleur.

    « C’est bien, constate le principal intéressé, ça veut dire que mon jeu s’améliore et s’en va dans la bonne direction. »

    Un gros point en faveur de Vlasic est qu’il lance de la gauche, une denrée rare chez les principaux aspirants. Shea Weber, Drew Doughty, P.K. Subban, Alex Pietrangelo et Kristopher Letang lancent tous de la droite et il y a une chance que l’un d’entre eux ne soit pas retenu pour cette raison.

    Chez les gauchers par contre, Duncan Keith semble le seul cas assuré et pour le moment, il serait difficile de ne pas convenir que Vlasic mène la lutte pour le poste de deuxième défenseur gaucher.

    « On voudra choisir la meilleur équipe possible et si ça consiste en six droitiers et deux gauchers, bien ce sera comme ça, a noté Vlasic. On doit choisir les meilleurs joueurs, ou ceux qu’il faut pour gagner. Mais il n’y a pas beaucoup de gauchers, c’est une bonne chose pour moi. »

    Vlasic a toujours été considéré comme un défenseur à caractère défensif, ce que les chiffres confirment. Il a amassé sept points en 48 rencontres la saison dernière et son meilleur total a été de 36 points en 2008-09. Mais depuis le début de la saison actuelle, il a ajouté une dimension offensive à son jeu et il ne lui a fallu que 10 matchs pour récolter huit points et surpasser son total de 2012-13.

    Il a deux buts et sept mentions d’aide en 12 rencontres et une partie du crédit pour l’amélioration de sa fiche offensive revient à Larry Robinson, engagé la saison dernière comme adjoint à McLellan. Robinson a inscrit 958 points en 1 384 matchs dans la LNH au cours d’une carrière qui l’a mené au Temple de la renommée et il a eu une grande influence sur tous les défenseurs des Sharks. Vlasic n’est pas une exception.

    « Encore l’autre jour, il me montrait comment lancer, a raconté Vlasic en riant. Je fais des lancers depuis 26 ans et il me dit que ma main était trop basse. Ce sont de petits détails qui peuvent améliorer votre jeu. »

    Robinson ne voit pas de raison pour ne pas inviter Vlasic à faire partie de l’équipe canadienne, surtout qu’il considère les grandes surfaces olympiques comme un avantage pour lui. Les deux qualités que Robinson apprécie le plus de Vlasic sont son coup de patin et son endurance, deux outils indispensables sur une grande patinoire.

    Mais encore plus que ces qualités tangibles, ce que Robinson aime le plus de Vlasic est qu’il est toujours prêt pour les gros matchs.

    « Ce n’est pas moi qui décide, mais si j’étais impliqué je le prendrais certainement », a dit l’ancien grand défenseur du Canadien. « C’est le genre de joueur qui va mieux jouer à mesure que vous lui donnez plus de responsabilités et que l’enjeu devient plus important. Pour moi cela illustre parfaitement quel grand joueur il est, ou quel défenseur exceptionnel il est, quelqu’un sur qui on peut compter pour les gros matchs et qui peut jouer sous pression. Tout le monde peut jouer quand les choses vont bien. »

    Les choses vont très bien pour Vlasic et les Sharks depuis le début de la saison et une invitation à Calgary en août qui a peut-être été vue comme un hommage inattendu donne maintenant lieu à de plus grandes aspirations.

    « Je me suis dit ‘wow’ quand je suis arrivé [au camp d’orientation]. Les 17 défenseurs présents étaient les meilleurs au pays, s’est souvenu Vlasic. Aujourd’hui je sens que j’ai ma place dans cette équipe de la façon dont je joue et si je continue à m’améliorer, je vais me battre pour faire partie de cette équipe. »

     

    La LNH sur Facebook