Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Ryan Kesler des Canucks excelle depuis qu’il a été muté à l’aile

lundi 2013-10-28 / 19:07 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Ryan Kesler des Canucks excelle depuis qu’il a été muté à l’aile
Ryan Kesler des Canucks excelle depuis qu’il a été muté à l’aile

VANCOUVER – Malgré tout le blabla à propos de Daniel et Henrik Sedin qui bloquent des tirs et qui écoulent des pénalités, la décision la plus audacieuse de John Tortorella en tant que nouvel entraîneur des Canucks de Vancouver a été de muter le joueur de centre et gagnant d’un trophée Selke Ryan Kesler à l’aile droite.

C’est une mutation que Kesler, qui a remporté le Selke en 2011, n’avait pas appréciée dans le passé, mais qui est difficile à critiquer aujourd’hui compte tenu de ses récents succès.

Après avoir inscrit un but et n’avoir amassé aucune aide à ses six premiers matchs disputés surtout au centre, Kesler a marqué six fois et ajouté trois mentions d’assistance quand il a été muté à l’aile lors du récemment complété séjour de sept matchs sur la route pour les Canucks. Il a terminé la plus longue séquence de l’équipe loin de la maison cette saison avec deux buts contre les Blues de St. Louis, incluant celui de la victoire, et a touché la cible à quatre reprises en plus d’avoir récolté trois aides dans une série de quatre matchs avec au moins un point.

Ça ne nuit probablement pas à Kesler d’évoluer sur le premier trio des Canucks avec les jumeaux Sedin, ou de n’être devancé que par Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh au chapitre du temps de glace chez les attaquants dans la ligue.

« C’est facile de jouer avec des gars comme ça », a dit Kesler des Sedin, lui qui n’avait pas joué à l’aile depuis ses 30 ou 40 rencontres aux côtés de Mats Sundin en 2008-09. « Ils sont évidemment de futurs membres du Temple de la renommée et j’ai eu besoin d’un peu de temps pour m’adapter à leur façon de jouer, mais j’ai beaucoup de plaisir. »

Kesler a dirigé 35 tirs vers les gardiens adverses pendant ce séjour de sept matchs après n’en avoir effectués que 19 lors de ses six premières rencontres – et neuf d’entre eux sont survenus dans une victoire écrasante de 6-2 face aux Oilers d’Edmonton dans le cadre du match d’ouverture à domicile de Vancouver. Il a dirigé en moyenne deux lancers à ses cinq autres matchs au centre, mais cinq par rencontre depuis qu’il joue davantage à l’aile droite.

« Je ne crois pas que ça soit très différent, a dit Kesler. Quand tu joues avec des gars qui te donnent autant la rondelle et dans des endroits où il y a des ouvertures, ça rend les choses beaucoup plus faciles. Quand je joue avec les jumeaux, ils me donnent souvent le disque et j’effectue beaucoup plus de tirs, voilà ce qui se passe. »

Même en tant que joueur de centre, Kesler a toujours été beaucoup plus un attaquant de puissance qu’un pur fabricant de jeu. Il n’avait pas été enchanté par la suggestion de son ancien entraîneur Alain Vigneault de mieux utiliser l’aile, mais semble en paix – du moins publiquement – avec la décision de Tortorella, qui avait déclaré pendant leur séjour à l’étranger qu’il avait toujours vu Kesler comme un ailier.

« Je suis plus vieux, plus mature, et je me sens bien, a indiqué Kesler. Ça fait changement, oui, mais je l’apprécie. Peu importe, tant que ça aide l’équipe. »

Tortorella a dit de la mutation qu’elle mettait en valeur les forces de Kesler.

« Ça lui permet de s’inscrire au pointage, ça le fait se placer dans les endroits où il doit se placer. J’aime son gabarit », a mentionné Tortorella avant le match de lundi contre les Capitals de Washington, en s’assurant de louanger le jeu de Kesler même avant qu’il passe à l’aile. « Il a fait beaucoup de petites choses même s’il ne marquait pas à ce moment-là. Il s’est beaucoup concentré sur l’importance de protéger la rondelle partout sur la patinoire et je crois qu’il a fait du très bon boulot, pas seulement en zone offensive mais aussi dans notre zone et en zone neutre. »

À l’aile, Kesler n’a plus besoin de batailler pour se créer son propre espace afin d’effectuer ses tirs des poignets, dont il a passé l’été à pratiquer avec un entraîneur privé. Ses adversaires ont résolu l’énigme de ce tir depuis qu’il lui a permis d’inscrire 41 buts en 2010-11. Mais les Sedin l’aident maintenant à gagner du temps.

« Tout ce que j’ai à faire c’est bouger sans la rondelle et me placer où il y a des ouvertures », a dit Kesler.

 

La LNH sur Facebook