Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Cinq questions: Bieksa nous parle du style combatif des Canucks

mardi 2013-10-29 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions: Bieksa nous parle du style combatif des Canucks
Cinq questions: Bieksa nous parle du style combatif des Canucks

LNH.com présente tous les mardis la série « Cinq questions à… ». Nous parlons à des personnes clés du hockey et on leur pose des questions pertinentes concernant leur vie, leur carrière et leur équipe.

Aujourd’hui, on rencontre le défenseur des Canucks de Vancouver Kevin Bieksa:

L’entraîneur en chef des Canucks de Vancouver, John Tortorella, aimerait avoir plus de défenseurs comme Kevin Bieksa.

« Il est un cowboy », a dit Tortorella à des journalistes après un match la semaine dernière. « J’aime cela. Nous avons besoin de plus de cowboys. »

Bieksa a indiqué à LNH.com qu’il ne saisissait pas très bien la définition du qualificatif « cowboy » utilisé par Tortorella, car il ne tentait que de jouer son style, mais il percevait cela comme un compliment et il l’apprécie autant que la manière que l’entraîneur l’utilise.

Il est un joueur combatif qui aime l’attaque et les Canucks laissent Bieksa jouer son style.

Avant le match de lundi contre les Capitals de Washington, il avait amassé cinq assistances et présentait un différentiel de plus-10, tout en ayant maintenu une moyenne de 23 minutes de jeu par match. Sa combativité ne remet pas en cause ses responsabilités défensives. Avant le match de lundi, Bieksa n’avait été sur la patinoire que pour seulement quatre buts contre à forces égales (5-contre-5) selon les statistiques compilées par ExtraSkater.com.

Bieksa discute avec LNH.com à propos de son style et de son expérience sous les ordres de Tortorella.

Voici les cinq questions à… Kevin Bieksa:

Le même soir que Tortorella t’a qualifié de « cowboy », tu as mentionné aux journalistes que son système te demandait « d’être un peu partout sur la glace » et que tu « aimais » cela. Pourquoi?

« On a interprété ma réponse au mot à mot. Je ne voulais pas dire être partout sur la glace. Au contraire, je pense que je tiens un peu plus ma position. Le personnel d’entraîneurs a fait tout un travail en analysant les vidéos en nous montrant comment ils veulent que l’on joue défensivement. On doit être plus patient défensivement et ne pas courir partout. C’est donc drôle que mon commentaire ait été interprété de la sorte. Je ne voulais pas dire cela du tout.

« Défensivement, on tente d’être un peu plus patient, laissez les attaquants patiner un peu plus et nous (défenseurs) prendre soin de la circulation devant le filet. Mais, nous avons toujours été encouragés à soutenir l’attaque, on l’est un peu plus pour conserver la rondelle en zone adverse. Les attaquants nous ont toujours dit qu’ils voulaient que l’on presse toujours le jeu afin de conserver la rondelle en zone adverse. Il va arriver que l’on se fasse surprendre et qu’aucun attaquant ne soit en repli, ce sera alors la responsabilité de l’attaquant. Ils comprennent cela et ils doivent nous couvrir.

« Tous les joueurs veulent avoir la rondelle en zone adverse. Aucun attaquant n’aime entrer en zone adverse et être obligé de se replier… et entrez en zone adverse et être obligé de se revenir et ainsi de suite. Ils veulent que l’on presse le jeu et c’est ce que l’on fait. »

Considères-tu qu’être patient défensivement et combatif à l’attaque, sied bien à ton jeu?

« Tout à fait. Ce n’est pas difficile de voir que j’ai une personnalité combative et c’est la manière que j’aime jouer, j’aime être dans la face de mes adversaires. Il est toujours difficile de se contenir en attaque. On veut tous attaquer, donc j’appuie son système. »

Les joueurs ont toujours une certaine perception d’un entraîneur quand il arrive car ils se parlent à travers la ligue. La perception que tu avais de Tortorella était-elle réelle?

« Je l’ignore, car j’ai entendu plusieurs versions. Il est honnête. Il l’a dit dès le début, il va être foncièrement honnête. C’est son style, c’est la manière qu’il voit le métier d’entraîneur. Son style est de te laisser savoir quand tu commets une erreur et quand tu fais un bon coup. Je pense que tous les joueurs ont commencé à avoir la peau épaisse.

« Je ne pense pas qu’il s’acharne sur un ou deux joueurs. Il laissera savoir à n’importe quel joueur s’il ne fait pas le bon jeu ou s’il est hors position, mais il le fait d’une manière constructive. Il ne crie pas et il n’insulte personne, il le fait parce qu’il veut gagner. Il va même demander : ‘Comprends-tu ce que je dis?’ Il est ouvert au dialogue. Jusqu’à maintenant, il a été bon. »

Vous formez une équipe expérimentée, vous êtes venus à une victoire de remporter la Coupe Stanley, et maintenant votre personnel d’entraîneurs a complètement changé. Crois-tu que c’est plus difficile pour une équipe composée de plusieurs vétérans, dont le noyau est ensemble depuis plusieurs années, de s’adapter à un nouveau personnel d’entraîneurs?

« Tous ceux qui gravitent autour de notre équipe savent que nous avons plusieurs vétérans, mais nous sommes une équipe expérimentée différente. Nous ne sommes pas une équipe qui est menée par l’égo, une formation que chacun fait ce qu’il veut faire. Nous avons toujours été une équipe facile à diriger. Je parle des joueurs qui sont ici depuis huit ou 10 ans. On écoute, on veut s’améliorer.

« J’ai vu dès le début qu’il n’y aurait pas de conflit. Tout le monde pensait qu’il y aurait un choc de titans avec l’arrivée de ‘Torts’, mais nous formons un groupe qui veut gagner et nous allons tout faire pour y parvenir. On va écouter, se laisser diriger et exécuter le système. »

Est-ce l’adaptation à Tortorella a été ce à quoi tu t’attendais ou est-ce que ce fut plus long ou plus court à ce que tu t’attendais?

« L’adaptation est venue assez rapidement. Nous avons regardé plusieurs vidéos et on va continuer tant que l’on n’aura pas tout assimilé. On tente de s’améliorer dans certains aspects, on les étudie sur les vidéos, on va sur la patinoire et on tente de les mettre en pratique. C’est le processus. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook