Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les Sénateurs se concentrent sur les deux points et non sur Alfredsson

mercredi 2013-10-23 / 17:59 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Sénateurs se concentrent sur les deux points et non sur Alfredsson
Les Sénateurs se concentrent sur les deux points et non sur Alfredsson

DETROIT – Les Sénateurs d’Ottawa disent emprunter l’approche voulant que ce soit « juste un autre match », même si personne n’y croit.

Bien sûr, ils ont déjà vu leur ancien capitaine des 14 dernières saisons à la télévision portant l'uniforme des Red Wings de Detroit, mais ils n'ont pas vu Daniel Alfredsson arborer la roue ailée en personne encore. C’est ce qui diffèrera mercredi au Joe Louis Arena (19h30 HE , TSN) dans ce premier match très attendu pour Alfredsson face à l'équipe qu’il a aidée pendant 17 saisons.

« C'est bizarre pour nous de le voir dans un chandail des Red Wings et je suis sûr que c'est toujours un peu bizarre pour lui aussi », expliquait Jason Spezza, qui a remplacé Alfredsson à Ottawa comme capitaine, après l'entraînement matinal de l'équipe. « Ça va être différent. Ce sera probablement plus difficile pour lui que ce ne le sera pour nous. Nous sommes en quelque sorte habitués de jouer contre des gars avec qui nous avons joué pendant une longue période, donc une fois que le match commencera, ça ne devrait pas être différent. »

Les Sénateurs (3-3-2) et les Red Wings (6-3-1) s'affronteront pour la première fois en tant que rivaux de la Division Atlantique, mais cette histoire se retrouve en arrière-plan dans la couverture médiatique et ce sera aussi le cas le 1er décembre, au moment où Alfredsson reviendra à Ottawa pour la première fois avec les Red Wings.

D’ici là l'accent sera mis sur le match de mercredi dans la ville de l’automobile. Les Sénateurs effectueront un autre voyage à Detroit le 23 novembre, avant de voir Alfredsson se pointer à Ottawa, mais l'avenir immédiat est tout ce qui le préoccupe pour l’instant.

« On en a parlé ces derniers jours, a déclaré Alfredsson. Jusqu'à présent, c’est assez normal. J'ai pensé à l'émotion et je ne sais pas. Nous allons commencer le match et voir ce qui se passe. C’est le fait de déménager la famille qui était le grand saut. Tout cela fait partie du processus. J’ai passé tellement de temps avec une équipe et maintenant pour la première fois, je dois l’affronter; je ne sais vraiment pas à quoi m'attendre. »

Mardi, il en a profité pour décanter. Lui et sa famille ont accueilli le défenseur des Sénateurs Erik Karlsson à leur nouveau domicile situé en banlieue de Detroit, pour partager un repas, puis mercredi matin, Alfredsson a passé du temps en compagnie de Spezza, avant les séances d’entraînement.

« Nous avons passé beaucoup de temps ensemble, pendant toute ma carrière, a déclaré Spezza. Je m'ennuie d'avoir ces conversations. Je l'ai vu plus tôt (mercredi). Depuis le premier jour, il a été là pour moi. C'est un gars qui peut parler de beaucoup de sujets différents. Ça me manque d’entrer dans des débats avec lui, par-dessus tout. Ses conseils me manquent aussi. C'est une bonne personne. »

Pourtant, l’idée d’avoir à jouer contre lui n’est apparemment pas unique pour Spezza ou ses coéquipiers.

« Vous vous préparez de la même façon, a déclaré Spezza. C'est agréable de voir un visage familier et rattraper un peu de temps, mais à part ça, je me prépare de la même façon. Pour nous, c'est un autre match. Pour vous les gars, dans les médias, c'est une énorme histoire. »

Karlsson, qui vivait au domicile de Daniel Alfredsson lorsqu’il était une recrue, semblait aussi excité à l’idée de profiter d'un repas traditionnel suédois au cours de voyage, que de faire face à son ancien capitaine.

« Ça va être amusant, a déclaré Karlsson. Ce sera certainement toute une expérience et c'est toujours amusant de jouer à Detroit. Ils ont beaucoup de compatriotes suédois que vous connaissez très bien et Alfie [Alfredsson] se trouve à être l'un d'eux. »

À l’âge de 40 ans, Alfredsson a donné du crédit au jeune Karlsson pour avoir donné un regain d’énergie à sa propre carrière lorsqu’il est entré dans la fin trentaine, lui apportant une étincelle de motivation pour continuer à jouer à un niveau élevé.

« Je ne le connaissais pas vraiment à l'époque », a déclaré Karlsson au sujet de sa saison recrue. « Tout ce que je peux me souvenir de mes premiers mois, c'est que c'est un homme très généreux et il est très humble à propos de tout. Il m'a appris quelques très bonnes leçons de vie. »

Ces leçons se relaient de façons différentes maintenant.

« Je passe en voiture devant sa maison tous les jours en me rendant à la patinoire, il est assez difficile de savoir que vous n’arrêterez plus là, a déclaré Karlsson. Mais je pense en même temps que ce n'est pas si mal que ça. Nous sommes habitués à voir des gars qui vont et viennent et nous restons en contact. Il suffit d’un coup de téléphone et ce n'est pas si mal que ça. »

Mercredi, Alfredsson ne sera qu’à quelques enjambées de distance, portant l'uniforme d'un nouveau rival de l’Association de l’Est ainsi que de la Division Atlantique. Les deux équipes prétendent que c’est ce qui représente la manchette principale dans cette histoire, peu importe le lot d’implications personnelles.

« S’il ne s’agissait pas de quelqu'un comme Alfie je pourrais être inquiet », a déclaré l'entraîneur des Red Wings Mike Babcock au sujet du brouhaha entourant le match. « Ils vont vouloir se forcer contre nous et nous allons vouloir nous forcer pour Alfie, ce qui met la table pour un bel affrontement. Alfie sait pertinemment que sa valeur n’a rien à voir avec ce match de hockey. »

Les Sénateurs savent qu'ils devront se mesurer à Detroit, à un certain moment, sans Alfredsson, s'ils veulent atteindre leur objectif ultime au sein de cette division et dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Cela pourrait donc ne pas être « juste un autre match » en réalité, mais ce sera tout de même de cette façon qu’ils vont approcher la rencontre.

« Je pense que c'est la première fois que vous le réalisez vraiment parce tout a été mis en place pour ça et vous l’affrontez pour la première fois », a déclaré le gardien Craig Anderson d’Ottawa. « Nous avons tous fait en sorte de passer à autre chose le jour où c'est arrivé. Nous ne pouvons pas changer les choses. Vous pouvez vous asseoir et bouder, vous plaindre à propos de tout, mais à la fin de la journée, ce n'était pas notre décision. C'est ce qui passé et nous devons aller de l'avant. Si vous restez-là à vous attarder sur le passé, vous n'allez pas être très bon dans l’avenir. »

 

La LNH sur Facebook