Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Bobby Orr ébahit la foule lors d’une séance de dédicace à New York

mardi 2013-10-22 / 21:24 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

NEW YORK – La tournée de promotion du nouveau livre de Bobby Orr a fait un arrêt dans les bureaux de la LNH mardi. Le défenseur de 65 ans et membre du Temple de la renommée du hockey vient de publier ses mémoires intitulées Orr: My Story.

Pendant trois heures passées à Manhattan, Orr a réalisé une entrevue avec LNH.com, il a rencontré le commissaire Gary Bettman, il a fait une apparition à l’émission NHL Live sur le réseau NHL Network et il a participé à une séance de dédicace avec 150 personnes. Cette séance a dépassé les 60 minutes prévues puisque Orr tenait à dédicacer chacune des copies qui lui étaient présentées.

Des hommes d’affaires aux femmes revêtant un chandail d’Orr en passant par de jeunes hockeyeurs, Orr s’est assuré de serrer la main à tout le monde et de les remercier d’être venus.

La file d’attente sortait du NHL Powered by Reebok Store et s’étendait jusque dans la 47e rue. Partout, on entendait les gens dire « C’est Bobby Orr » ou « Je n’arrive pas à croire que c’est lui » dans la longue file.

Tout le monde souriait. Certains versaient même des larmes.

« Est-ce que je suis rouge? », a demandé Colleen Manley, de Scranton en Pennsylvanie, à LNH.com après qu’elle eut rencontré Orr et qu’elle eut pris une photo avec lui. « C’est un grand jour. »

Madame Manley est arrivée tôt mardi matin avec son petit ami Charlie Krayer pour s’assurer d’être parmi les 150 chanceux à recevoir un bracelet donnant accès à la séance de dédicace.

Ils sont arrivés au magasin à 7 h. Les portes ont ouvert à 9 h. Elle était troisième dans la file et Charlie, deuxième.

« C’est le meilleur », a déclaré madame Manley à propos d’Orr.

Après que Hailey Schacht eut fait signer son livre et lui eut serré la main, la petite fille de 7 ans de Cresskill au New Jersey a dit à ses parents qu’elle ne se laverait plus jamais les mains. Tout ce qu’elle savait d’Orr, c’est qu’il était une légende.

Il n’y a pas si longtemps, Orr se demandait pourquoi les gens voudraient lire son livre, et ce, malgré son statut mythique dans le monde du sport. Il croyait n’avoir rien d’intéressant à raconter.

« On m’a souvent approché pour écrire un livre et je ne me sentais pas capable de pouvoir mettre quelque chose de valable sur papier », a confié Orr à LNH.com. « Je ne voulais pas écrire un livre juste pour écrire un livre. Je voulais en écrire un dont le lecteur pourrait retenir quelque chose. Tant que je n’aurais pas une idée précise à ce sujet, je n’allais pas écrire de livre. Heureusement, j’y suis parvenu. J’aborde plusieurs sujets différents dans mon livre, alors j’espère que vous pourrez en retenir quelque chose si vous le lisez. »

Le livre raconte la jeunesse d’Orr à Parry Sound en Ontario, alors qu’il patinait sur la baie Georgienne et sur la rivière Seguin ou qu’il jouait au hockey dans la rue et dans les parcs. Il y décrit ses parents, Doug et Arva, qui lui ont transmis les valeurs qu’il respecte et qu’il chérit encore aujourd’hui.

Orr écrit au sujet de son séjour avec les Generals d’Oshawa et il s’attarde plus longuement sur ses années de gloire avec les Bruins de Boston. Il raconte des histoires au sujet de ses coéquipiers, de ses entraîneurs, de ses amis, de ses mentors et des membres de sa famille.

Il consacre un chapitre complet à Don Cherry, qui devrait être intronisé au Panthéon du hockey à titre de bâtisseur selon Orr. Il en consacre un autre à Alan Eagleson, son ancien ami et agent qui lui a tant pris, à lui et à plusieurs autres joueurs, et qui l’a payé très cher. Eagleson a été condamné pour fraude, détournement de fonds et racketérisme. Il a été radié du barreau, il a démissionné du Temple de la renommée du hockey et on lui a retiré l’Ordre du Canada.

Le livre se conclut avec les réflexions d’Orr sur l’état actuel du sport et sur un message aux parents de jeunes qui jouent au hockey.

L’homme qui a remporté le trophée Norris huit fois ainsi que le trophée Hart trois fois et qui a connu six saisons de 100 points ou plus parle rarement de ses exploits.

« Je ne voulais pas faire un livre de statistiques, a mentionné Orr. Si vous voulez voir des statistiques, vous avez d’autres livres pour ça. Ce n’est pas ce que je voulais faire. Je voulais écrire un livre qui dit aux jeunes hockeyeurs qu’ils doivent réaliser que les membres de leur famille, comme leur père et leur mère, font des sacrifices. Je voulais guider les parents qui croient que leur enfant est le prochain Sidney Crosby.

« Les gens que j’ai rencontrés au fil des ans, les sacrifices que ma famille a faits pour moi, tous ceux qui m’ont aidé en chemin, je crois que c’est plus intéressant d’écrire sur eux et c’est ce dont je voulais parler. Les statistiques ne sont que des statistiques. On peut en trouver partout, mais je crois que l’histoire est meilleure. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
Montréal mène la série 2-0
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
Le Colorado mène la série 2-0
vs.
St. Louis mène la série 2-0
vs.
Anaheim mène la série 2-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook