Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La situation des blessés chez le Canadien rappelle la fin de la saison dernière

lundi 2013-10-21 / 19:05 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


La situation des blessés chez le Canadien rappelle la fin de la saison dernière
La situation des blessés chez le Canadien rappelle la fin de la saison dernière

BROSSARD – Une des raisons principales pour laquelle le Canadien de Montréal a pu profiter d’un excellent début de saison 2012-13 pour terminer au deuxième rang de l’Association de l'Est est que l’équipe a pu demeurer en relative bonne santé.

Le Tricolore n’a pas eu à combattre beaucoup de blessures sérieuses, mais quand ce fut le cas, ces blessures sont arrivées en même temps en fin de saison.

Cela a commencé avec la grave blessure au genou du défenseur Alexei Emelin le 6 avril, et ça s’est poursuivi durant les éliminatoires quand les attaquants Lars Eller, Brian Gionta, Max Pacioretty, Brandon Prust et Ryan White sont tous tombés au combat pendant la série perdue en cinq matchs contre les Sénateurs d’Ottawa.

Le Canadien n’a pu se remettre de toutes ces pertes, en bonne partie parce qu’il n’avait pas appris à le faire en cours de saison régulière.

Bien, ça ne devrait pas être un problème cette saison!

À la suite de l’annonce faite lundi que Prust devra s’absenter environ quatre semaines en raison d’une blessure à une épaule, c’est près du tiers de la formation régulière qui se retrouve sur la liste des blessés.

Le retour d’Emelin n’est pas attendu avant la fin de novembre, Douglas Murray en a encore pour quelques semaines à se remettre d’une blessure au haut du corps et un troisième défenseur, Davis Drewiske, ne sera pas disponible avant le mois de mars après avoir été opéré à une épaule la semaine dernière.

La situation n’est pas plus reluisante à l’avant. Daniel Brière a subi une troisième commotion cérébrale en 21 mois dans la défaite de 2-1 subie aux mains des Predators de Nashville samedi et sera absent pour une période indéterminée. Pacioretty en a pour environ trois semaines à devoir soigner une blessure à une jambe et George Parros est toujours à l’écart du jeu pour une période indéterminée, conséquence d’une commotion cérébrale subie lors du match d’ouverture contre les Maple Leafs de Toronto le 1er octobre.

Emelin, Murray et Parros sont tous en mesure de chausser les patins, mais l’entraîneur Michel Therrien a fait savoir qu’aucun d’entre eux n’était près d’un retour au jeu « à court terme ».

« Dans un groupe, on n’aime jamais voir des joueurs se blesser et devant s’absenter pour une longue période de temps, a déclaré Therrien après l’entraînement de lundi. « Ce sera un défi. Nous allons offrir des opportunités à différents joueurs de montrer ce qu’ils sont capables de faire. Ce sera à eux de prendre avantage de la situation. »

Celui qui est le plus susceptible d’en profiter est la recrue Michael Bournival, qui s’est fait dire après l’entraînement qu’il pouvait commencer à se chercher un logement à Montréal. Bournival a patiné au sein du deuxième trio, aux côtés de Tomas Plekanec et Brian Gionta, deux joueurs que Therrien ne craint pas d’utiliser dans des situations exigeantes.

Ce sera donc aussi le cas pour Bournival qui, il y a à peine une semaine, se demandait encore s’il allait percer la formation.

« Les joueurs blessés vont revenir, alors c’est à moi de prendre avantage de cette occasion et de travailler fort pour montrer ce que je peux faire, a-t-il confié. « Ce sont deux bons joueurs (Plekanec et Gionta) et je suis content de jouer avec eux. Si j’ai des questions, je pourrai leur poser. Mais je ne vais pas les chercher tout le temps sur la glace, je vais tenter de faire le bon jeu quand j’en aurai la possibilité. Sinon, je vais juste essayer de garder les choses simples. »

L’identité du Canadien sous la direction de Therrien est celle d’une équipe qui fonce vers ses adversaires par vagues, grâce à trois trios dangereux en attaque, ce qui cause des problèmes à l’entraîneur rival quand vient le temps de prévoir les joueurs à opposer.

Samedi soir, l’entraîneur des Predators Barry Trotz a choisi d’utiliser son meilleur duo de défenseurs – composé de Shea Weber et de la recrue Seth Jones – face au trio d’Eller, Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk. À la fin, c’est ce trio qui a marqué le but du Canadien et le seul qui a régulièrement provoqué des occasions de marquer.

« Je suis content que les autres équipes portent attention à ce trio, a dit Therrien. Ce sont de bonnes nouvelles pour nous, de bonnes nouvelles pour eux et de bonnes nouvelles pour l’organisation. »

Théoriquement, cela devrait faciliter la tâche des deux autres trios. Et en même temps ajouter de la pression sur le centre David Desharnais et ses ailiers René Bourque et Travis Moen pour produire offensivement. Desharnais n’a qu’une mention d’aide en huit rencontres même s’il a été le centre le plus utilisé en avantage numérique, tandis que Moen a été limité à deux aides et Bourque à deux buts et une passe.

Depuis qu’il s’est révélé avec 60 points en 81 matchs en 2011-12, Desharnais a dû se contenter de 10 buts et 29 points en 56 rencontres.

« Nous sommes une équipe qui a besoin que des joueurs différents contribuent à chaque match. Si on se concentre sur le trio d’Eller, les deux ou trois autres trios doivent faire leur part, a convenu Desharnais. Notre trio doit faire mieux et les gars qui arrivent d’Hamilton devront aider. »

Ces joueurs rappelés de la Ligue américaine de hockey sont Mike Blunden et Patrick Holland, qui joueront avec Ryan White au sein du quatrième trio mardi soir face aux Oliers d’Edmonton au Centre Bell. Holland en sera à son premier match dans la LNH.

Il s’agira d’un premier test pour un Canadien décimé par les blessures, et d’une certaine façon, ce match pourrait servir de leçon pour une équipe qui n’avait pas été confrontée à une situation semblable avant les séries éliminatoires la saison dernière.

« La mentalité doit rester la même, a prévenu le défenseur Josh Gorges. Nous sommes frappés par les blessures tôt dans la saison, mais il y a des options. Allez-vous vous rentrer la queue entre les jambes et vous cacher dans un coin tant que les autres ne seront pas de retour? Ou allez-vous foncer et affronter l’adversité tête première? Ce ne sera pas facile, nous allons devoir travailler collectivement, comme groupe. Si nous faisons ça, nous allons être corrects. »

 

La LNH sur Facebook