Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

James Reimer joue bien et la rivalité avec Jonathan Bernier repart de plus belle

mercredi 2013-10-16 / 12:16 / LNH.com - Nouvelles

La Presse Canadienne

Partagez avec vos amis


James Reimer joue bien et la rivalité avec Jonathan Bernier repart de plus belle
James Reimer joue bien et la rivalité avec Jonathan Bernier repart de plus belle

TORONTO - En bloquant 36 tirs en route vers la victoire contre le Wild du Minnesota, mardi soir, James Reimer a fort probablement relancé la rivalité entre les gardiens de but chez les Maple Leafs de Toronto.

Reimer en était à son premier départ après un peu plus de trois matchs de jeu solide de la part de Jonathan Bernier. Mais en raison de sa bonne prestation, il aura peut-être droit à une autre chance plus tôt que prévu.

«Tu veux rendre la décision (de l'entraîneur) difficile. En fait, tu veux la rendre facile, a noté Reimer. Plus important encore, tu veux donner le meilleur de toi-même pour tes coéquipiers, et aussi pour toi-même. À chaque jour tu veux te présenter et travailler fort. C'est ce genre d'approche qui te permet de t'endormir le soir en ayant la conscience tranquille.»

Reimer a travaillé très fort durant les 10 jours qui ont suivi son retrait du match, à la faveur de Bernier, après qu'il eut cédé quatre buts en 21 tirs contre les Sénateurs d'Ottawa. Bernier n'a accordé aucun but jusqu'à la fin de cette rencontre-là, et n'a pas flanché jusqu'à ce qu'il cède cinq buts, samedi, dans un match contre les Oilers d'Edmonton que les Leafs ont quand même réussi à remporter.

L'entraîneur Randy Carlyle a indiqué qu'il a choisi de lancer Reimer dans la mêlée contre le Wild afin d'éviter que ses réflexes s'émoussent. C'est là un témoignage du niveau de jeu qu'a affiché Bernier, et peut-être un indice de la façon dont le pilote voit le rôle qui revient à chacun de ses deux gardiens.

Carlyle a toutefois fait attention de ne pas désigner officiellement de no 1, dans l'espoir d'éviter une controverse des gardiens de but. Après sept matchs, les Leafs connaissent leur meilleur départ en 20 ans, ce qui est attribuable en bonne partie à l'excellence des gardiens.

«Nous savons que nos deux gardiens sont très bons, a noté l'attaquant Tyler Bozak. James est ici depuis longtemps, il nous a donné une chance de l'emporter à chaque fois qu'il jouait, et (Bernier) fait la même chose cette année. Peu importe qui est devant le filet, nous sommes confiants que le gardien va faire du bon travail.»

Il est possible qu'il y ait alternance entre Reimer et Bernier tout au long de la saison, alors qu'un d'entre eux dominera jusqu'à ce que l'autre obtienne une occasion de jouer et brille lui aussi. Et au cours d'une longue saison, il y aura probablement aussi des périodes où ils connaîtront tous deux des difficultés.

Ce n'est pas le cas pour l'instant, toutefois. Le pourcentage d'arrêts de ,946 de Bernier lui donne le neuvième rang dans la LNH, tandis que Reimer est 24e avec un taux de succès de ,916. La formation torontoise a une moyenne globale de 2,29 buts accordés par matchs, bon pour le cinquième rang.

Reimer a amorcé trois matchs comparé à quatre pour Bernier, mais Reimer a rappelé que l'objectif visé n'est pas de se battre l'un l'autre.

«Nous bataillons, mais le but c'est la victoire», a-t-il dit.

À ce chapitre-là, les Leafs ne peuvent faire autrement que d'être satisfaits. Ils ont un dossier de 6-1-0, leur seule défaite étant survenue par la marge d'un but contre une équipe invaincue, l'Avalanche du Colorado.

 

La LNH sur Facebook