Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cinq questions : Hartley connaît un bon départ avec les Flames

mardi 2013-10-15 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions : Hartley connaît un bon départ avec les Flames
Cinq questions : Hartley connaît un bon départ avec les Flames

Le questions/réponses hebdomadaire de LNH.com intitulé « Cinq questions avec… » est de retour pour la saison 2013-14. Nous parlerons à des personnalités clés du sport et leur poseront des questions pertinentes pour avoir un aperçu de leur vie, de leur carrière et de leur équipe.

La plus récente édition met en vedette l’entraîneur des Flames de Calgary, Bob Hartley.

Tout en avertissant que lui et chacun de ses joueurs doivent garder les deux pieds sur terre et demeurer humbles, que cinq matchs est un échantillon trop petit pour s’y fier, l’entraîneur des Flames de Calgary Bob Hartley constate le dossier surprenant de 3-0-2 de son équipe et ne peut s'empêcher de s'interroger sur le potentiel de ce qui pourrait arriver au cours du voyage de cinq matchs à venir qui commence mercredi.

« Nous avons beaucoup appris lors des cinq premiers matchs, mais les cinq prochains, tous des matchs sur la route contre de très bons clubs de hockey, en diront beaucoup », a dit Hartley à LNH.com, lundi.

Les Flames joueront face aux Ducks d'Anaheim mercredi. Ils se dirigeront ensuite vers le nord de la côte pour affronter les Sharks de San Jose samedi et redescendre pour se mesurer aux Kings de Los Angeles lundi, avant de voyager vers l'est pour prendre la mesure des Coyotes de Phoenix le soir suivant. Ils termineront leur voyage contre les Stars de Dallas le 24 octobre.

« Ce sont cinq matchs sur la route, tous disputés à l’intérieur de notre association et nous devrons être à notre meilleur niveau, a déclaré Hartley. Ces points vaudront de l'or en avril et je pense que les gars en sont conscients. Tout le monde connaît son rôle. Tout le monde achète le concept. »

Hartley a parlé de ce qu'il a vu depuis le début du camp d'entraînement, pourquoi ses joueurs sont tellement motivés et bien plus encore dans cette chronique exclusive de questions / réponses avec LNH.com.

Voici cinq questions avec ... Bob Hartley:

Votre équipe a gaspillé deux avances de trois buts à Washington lors de la soirée d'ouverture et a perdu en tirs de barrage, mais malgré cela, aviez-vous le sentiment, à ce moment que quelque chose se préparait, que l'équipe pouvait connaître un bon départ, même si vous avez échappé la possibilité de ramasser deux points ce soir-là?



L'entraîneur des Flames Bob Hartley est content avec le bon départ des siens mais il estime que les cinq prochains matchs seront cruciaux pour les succès de l'équipe cette saison. (PHOTO: Jeff Vinnick/NHLI)

« J'ai senti cela avant même ce premier match à Washington. Je l'ai senti dès la première journée du camp, à savoir que c'était un état d'esprit totalement nouveau. Je ne sais pas si cela a quelque chose à voir avec l'arrêt de travail l'an dernier, toute l’incertitude, mais je l'ai senti dès le début. À Washington, mon Dieu, nous sommes sortis en force, mais nous avons aussi eu quelques vraiment bons matchs préparatoires. Évidemment, à Washington, c'était un match assez révélateur sur deux points : premièrement, nous pouvions marquer des buts, mais en second lieu, il faut jouer 60 minutes. Nous avons appris cela très rapidement, il ne nous a fallu qu’un match. Juste pour montrer l'équilibre dans cette ligue, nous avons cinq matchs joués et nos cinq matchs se sont décidés par cinq buts. Nous pourrions avoir une fiche de 5-0, mais on pourrait aussi afficher un dossier de 0-5. »

L'équipe a une fiche de 3-0-2, mais beaucoup de gens diraient que son succès n'est pas viable parce que l’équipe gagne moins de 45 pour cent des mises en jeu, concède 31 tirs par match, accorde plus de trois buts par match et accorde ​​un but à chaque trois occasions en avantage numérique. Comment réagissez-vous à ces questions et vous inquiétez-vous si les choses ne tournent pas rapidement que l’équipe montre son visage le plus laid lors de ce voyage de cinq matchs?

« Nous savons que nous avons des défis très intéressants qui nous attendent, mais en même temps, dans notre situation, qui est la même que celle de nombreuses équipes, nous prenons un match à la fois. Nous étudions les chances à marquer pour par rapport aux chances contre et dans nos cinq premiers matchs, nous avons dominé l'autre équipe par environ 15 chances. Nous avons donc obtenu trois chances de marquer par match de plus que l'autre équipe. Peut-être que nous n'avons pas un [Sidney] Crosby ou un [Alex] Ovechkin sur notre équipe, mais nous le faisons en comité et présentement ça marche.

« Mais nous sommes tous conscients que le rythme de la ligue va augmenter. Je crois, avec mes années dans la LNH, que d’ici encore cinq ou sept matchs le rythme va augmenter encore et quelques-unes des équipes qui en arrachent aujourd'hui vont commencer à se mettre en marche.

« De notre côté, nous sommes tous conscients de ce qui a été dit et écrit à notre sujet en ce qui concerne les attentes, là où nous devrions terminer. Nous sommes tous conscients de cela et c'est correct. Il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet à partir de ce qui a été écrit ou dit. La seule chose que nous pouvons faire est de contrôler la façon dont nous travaillons, dont nous nous préparons et c'est comme ça que j'ai motivé les gars lors de la première journée au camp d'entraînement. Je leur ai dit : ‘Si vous lisez tout ce qui s’est dit à propos de nous, premièrement, nous sommes chanceux d'être dans la LNH et deuxièmement, nous allons vouloir prendre notre retraite. Si vous voulez l'utiliser comme motivation c'est très bien, mais je préfère regarder notre groupe de propriétaires, regardez [le président] Brian Burke, [le directeur général] Jay Feaster, nos partisans, nos commanditaires, nous avons une grande communauté de hockey ici et ces gens seront certainement tous derrière nous tout au long de la route.’

« Peut-être que la meilleure façon est d’utiliser tout cela à notre avantage. Nous travaillons pour nous, nous travaillons pour ces gars-là et nous allons voir où cela nous mènera. Et maintenant, nous avons reçu des contributions incroyables de pratiquement tout le monde. »

Comme vous l'avez dit, vous n'avez pas un Crosby ou un Ovechkin, mais votre attaque a été prolifique avec 18 buts en cinq matchs. Pourquoi pensez-vous que votre attaque a été aussi bonne lors de ces cinq rencontres, malgré l’absence d’un joueur vedette ou même de Mike Cammalleri dans l'alignement ?

« Je pense que cela commence dans notre zone, la contribution de nos défenseurs comme Mark Giordano, [Dennis] Wideman, [T.J.] Brodie et [Kris] Russell. Ces gars-là ont joué de grosses minutes pour nous et offensivement ils sont tous bons avec la rondelle. Peut-être que Russell n'a pas de points, mais regardez ses passes et regardez la façon dont il soutient l'attaque. C'est la même chose avec Brodie. [Giordano] et [Wideman] ont été très bons. Je pense que nous sommes vraiment soudés ensemble.

« Les joueurs, ils sont soudés et ils sont performants. Nous n'avons pas peur de quoi que ce soit, nous nous présentons et nous jouons. Mais en même temps, je rappelle à nos gars qu'il y a encore 77 matchs à jouer. Nous ne pouvons pas nous asseoir sur ce que nous avons fait au cours des cinq premiers matchs parce que cela va s’évaporer très rapidement. »

Nous ne savons pas encore si la recrue Sean Monahan a encore quatre matchs à jouer avec les Flames cette saison ou potentiellement 77. C'est une décision qui doit encore être prise, à savoir s’il sera retourné à son équipe junior. Peu importe, il a eu un impact avec six points, dont quatre buts. Que faites-vous pour le protéger pendant qu’il est exposé au jeu de la LNH, mais pas le surexposer au point où il peut devenir un handicap ?



La recrue Sean Monahan a eu un gros impact sur les Flames à ses quatre premiers matchs dans la LNH et, selon Hartley, a gagné la confiance de ses coéquipiers.

« Je dois apporter un certain équilibre à son jeu. Je regarde les confrontations et j'essaie de le mettre dans des situations où je vais être en mesure de vraiment profiter de ses habiletés offensives. En même temps lors des entraînements, il s'agit d'un gars incroyablement travaillant, nous pouvons donc travailler sur une panoplie de détails au niveau du jeu. Que ce soit lors des entraînements ou après, nous faisons beaucoup de travail avec lui. Dans la salle vidéo, il passe beaucoup de temps avec nous et nous révisons toutes sortes de jeux. C'est juste une question d'essayer de l'aider du point de vue de l'entraînement, mais je dois admettre que toute l'équipe a fait un travail incroyable avec lui. Ils aiment le jeune. C'est un bon jeune homme. Il n'y a absolument aucune jalousie. Je vois tous les jours des vétérans qui vont s'asseoir avec lui pour lui donner un coup de main, ou même lors des entraînements ou encore sur le banc pendant les matchs. C’est un effort d'équipe et évidemment Sean Monahan a été un ajout très agréable à notre formation depuis le premier jour ».

Jiri Hudler est un autre attaquant qui produit. Ses minutes sont en hausse depuis la saison dernière. Ses chiffres aussi sont en hausse, du moins après cinq matchs. Que voyez-vous de Jiri maintenant que vous n'avez pas vu la saison dernière ?

« Jiri est arrivé l'année dernière et son père est décédé vers la fin du camp d'entraînement et nous savons tous à quel point le camp a été court. Il semble qu'au moment où il est arrivé avec nous, nous avions perdu quelques matchs, la confiance n'était pas très élevée et Jiri n’a jamais trouvé son identité dans notre club de hockey. Cette année, dès le premier jour du camp, il était incroyablement en forme. Il a travaillé fort cet été. Il a pris les choses en mains. C'est l'un de nos grands leaders et offensivement je pense qu'il est notre moteur maintenant. Il crée beaucoup et que ce soit sur le jeu de puissance ou à 5 contre 5, il est toujours impliqué partout. Il est très créatif et je pense qu’il a beaucoup de plaisir. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

 

La LNH sur Facebook