Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Les Flyers sont à l'heure de l'impro

mardi 2013-10-08 / 14:14 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Les Flyers sont à l'heure de l'impro
Les Flyers de Philadelphie sont parfois durs à suivre. Si on les voit de loin avec leur uniforme orange, on se demande souvent où ils s'en vont exactement.

Les Flyers de Philadelphie sont parfois durs à suivre.

Si on les voit de loin avec leur uniforme orange, on se demande souvent où ils s'en vont exactement.

En début de semaine, ils ont pris un peu tout le monde par surprise lorsqu'ils ont montré la sortie à leur entraîneur Peter Laviolette.

Parce que les Flyers ont raté les séries éliminatoires, l'an passé, Laviolette, on s'en doutait un peu, vivait sur du temps emprunté, mais de là à le virer après seulement trois matches, il y une marge.

Chez les Flyers, le plan de relance, s'il y en a un, a cédé la place vraisemblablement à l'improvisation.

Cela dit, les Flyers sont perçus comme une solide organisation à travers la Ligue nationale. Ils n'hésitent jamais à investir dans l'espoir de s'améliorer. Mais ils n'ont pas gagné depuis longtemps ce qui a souvent pour effet de provoquer des décisions tantôt hâtives, tantôt à haut risque.

Il faut remonter aussi loin qu'en 1975 pour retracer la dernière Coupe Stanley remportée par les Flyers.

Dans les faits, ils ont enlevé les deux seules coupes de leur histoire (1974-75) sous le régime de Fred Shero, un homme, qui donnait l'impression de vivre dans le brouillard, mais qui voyait beaucoup plus loin que le bout de son nez.

Depuis le départ de Shero, ils ont changé d'entraineur pas moins de 15 fois.

Et surtout, ils n'ont jamais vraiment remplacé le gardien de but Bernard Parent, une ancienne gloire, qui multipliait les petits miracles.

À rechercher des raccourcis, l'équipe, depuis, a souvent frappé un mur.

Il y a à peine quelques mois, les Flyers ont racheté le contrat de Daniel Brière, un vétéran en perte de vitesse, pour ensuite consentir un pacte de 22.5$ millions pour cinq ans à un ... vétéran en perte de vitesse, Vincent Lecavalier. Et je ne parle pas de l'acquisition de Mark Streit, qui, à 35 ans, a probablement connu ses meilleurs jours.

Les départs de Carter et Richards 

Mais de toutes les décisions discutables endossées par la direction de l'équipe, celles, qui ont mené aux départs de Mike Richards et Jeff Carter ont probablement été les plus controversées.

Le directeur général Mike Holmgren, on se souviendra, a échangé Mike Richards aux Kings de Los Angeles et Jeff Carter à Columbus, qui a ensuite refilé ce même Carter aux Kings.

À vouloir purifier l'atmosphère dans le vestiaire, Holmgren a affaibli ses forces sur la glace.

On connait la suite. Un an plus tard, Carter et Richards aidaient les Kings à remporter la première Coupe Stanley de leur histoire.

Maintenant que Laviolette, remplacé par son adjoint Craig Berube, a écopé, c'est au tour de Holmgren de se retrouver sur la ligne de feu.

Et à en juger par le sort subi par Laviolette, il y a des gens chez les Flyers, qui ont déjà le doigt sur la gâchette.

L'équipe a donc intérêt à débloquer rapidement.

Une vision ? 

Les Flyers, quoiqu'on en dise, ont encore de bons éléments. Mais faut-il encore qu'ils aient un plan, une vision.

Pour l'instant, ils donnent carrément l'impression de changer d'idée en cours de route. Ils tournent à droite, pis à gauche, pis à droite, pis à gauche ...

Bref, la question s'impose: Y-a-t-il un pilote dans l'avion orange ?

 

La LNH sur Facebook