Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cinq questions: Lindy Ruff heureux de ses débuts avec les Stars

mardi 2013-10-08 / 2:08 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Cinq questions: Lindy Ruff heureux de ses débuts avec les Stars
Cinq questions: Lindy Ruff heureux de ses débuts avec les Stars

Le questions/réponses hebdomadaire de LNH.com intitulé « Cinq questions avec… » est de retour pour la saison 2013-14. Nous parlerons à des personnalités clés du sport et leur poseront des questions pertinentes pour avoir un aperçu de leur vie, de leur carrière et de leur équipe.

La plus récente édition met en vedette l’entraîneur des Stars de Dallas, Lindy Ruff:

Lindy Ruff peut regarder un peu partout dans son bureau et apercevoir quelques rares souvenirs de ses près de 16 ans à Buffalo. Il y a quelques livres qu’il a lus, quelques blocs-notes avec des exercices d’entraînement gribouillés à l’intérieur, mais c’est à peu près tout.

Ruff a tourné la page sur son passage avec les Sabres et a plongé tête première dans son nouveau défi à Dallas. Il travaille de près avec le directeur général de première année Jim Nill, qui avait passé les 19 saisons précédentes avec les Red Wings de Detroit. Ensemble, ils tenteront de remodeler les Stars en aspirants à la Coupe Stanley.

Dallas présente une fiche de 1-1-0 depuis le début de la saison et ne disputera son prochain match que vendredi. Ruff a parlé à LNH.com à propos de son nouvel environnement et de ses joueurs.

Voici « Cinq questions avec… » Lindy Ruff.

Est-ce étrange pour toi de diriger une équipe différente?

« Ce l’était au début. Pendant le camp et lors des premiers matchs préparatoires, ce l’était, mais maintenant c’est simplement normal. Je crois que d’être passé au travers ces quelques premiers matchs, c’est ça qui semblait irréel, mais maintenant ça va. On est tellement occupé maintenant à regarder nos propres joueurs et à se préparer pour nos matchs que je ne crois pas qu’il y ait assez de temps pour s’asseoir et penser à où j’étais il y a un an. »

Jim Nill et toi êtes pratiquement en train de bâtir une nouvelle équipe à Dallas avec plusieurs nouveaux joueurs, des joueurs qui proviennent de l’organisation même ou des autres équipes. Qu’est-ce qui vous plaît dans ce genre d’opportunité, de presque devoir rebâtir une équipe à zéro?

« Bien, pour commencer, je trouve ça très excitant parce qu’en ce moment je partage des idées avec un gars qui arrive d’une organisation qui a connue beaucoup de succès qui sait de quel genre de joueur nous avons besoin pour gagner et comment on va se rendre là où on veut se rendre. On est tous les deux demeuré longtemps avec la même équipe et maintenant on recommence tous les deux à zéro. Cette partie-là est excitante. Se retrouver avec une toute nouvelle direction avec laquelle tu n’as jamais travaillé, c’est excitant. »

Les Flyers de Philadelphie ont congédié Peter Laviolette lundi, après seulement trois matchs. Est-ce que ça donne un avertissement aux autres entraîneurs lorsqu’un d’entre vous est remercié après trois rencontres?

« Ça attire l’attention de tout le monde, il n’y a pas de doute là-dessus. Je crois que ce n’est qu’une autre preuve de la quantité de pression qu’il y a dans ce domaine. Vraiment, la pression de gagner est toujours là et ça tombe habituellement sur les épaules d’une seule personne. »

Alex Chiasson a inscrit huit buts en neuf matchs en carrière dans la LNH, incluant deux cette saison. Qu’avez-vous vu de lui jusqu’à maintenant qui vous laisse croire qu’il pourra continuer, peut-être pas à ce rythme, sur sa lancée?

« C’est sa capacité, un de ces dons, de savoir où se placer, et il peut toujours trouver une ouverture dans la zone offensive. Et il n’a habituellement pas besoin de beaucoup de chances pour marquer. Il a tout simplement le flair pour se placer au bon endroit.

« Si ça pouvait s’enseigner, tu aurais 18 gars qui le feraient, ou du moins tes 12 attaquants seraient tous en train de le faire. Il n’y aurait plus d’équipes qui se contenteraient de deux ou trois buts en ce moment si c’était aussi facile à enseigner. Il est dans une catégorie de joueurs spéciaux. Impossible de savoir s’il pourra poursuivre sur sa lancée, mais quand il obtient une chance ou deux, il marque. Il semble simplement qu’il ait un don.

« J’ai côtoyé des joueurs de ce genre auparavant. Un gars comme Dave Andreychuk – vous savez, un gros joueur avec des bonnes mains, toujours devant le filet qui trouvait toujours un moyen de marquer. »

Y a-t-il un joueur au sein de votre équipe qui a attiré votre attention de manière surprenante? Quelqu’un qui vous aurait convaincu qu’il était meilleur que ce que vous croyiez?

« Celui qui a vraiment connu un bon calendrier préparatoire, mais peut-être un premier match difficile, c’est Cody Eakin. Il a vraiment bien joué pendant la présaison et a bien fait lors de la dernière rencontre [face à Washington]. Il ne s’est pas vraiment inscrit à la feuille de pointage, mais il a vraiment connu un bon match dans l’ensemble. Il possède les habiletés pour se replier, pour jouer contre des gros gars, et ajoute une belle touche offensive autour du filet. Il agit comme joueur de centre no 2 pour nous et il évolue avec Chiasson et [Ray] Whitney. Chaque équipe est constamment à la recherche de touche offensive secondaire, et il pourrait vraiment amener quelque chose d’intéressant à notre deuxième trio. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook