Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Luongo et Schneider vont se retrouver comme rivaux

mardi 2013-10-08 / 19:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Luongo et Schneider vont se retrouver comme rivaux
Luongo et Schneider vont se retrouver comme rivaux

VANCOUVER – Pour Roberto Luongo et Cory Schneider, ce sera comme un retour dans le passé mardi soir quand les deux gardiens se retrouveront sur la glace à Vancouver.

Sauf que cette fois, ils seront adversaires et non pas partenaires d’entraînement. Il s’agira de leur première rencontre depuis que les Canucks ont surpris tout le monde en gardant Luongo et en échangeant Schneider au New Jersey, mettant ainsi fin à un roman savon qui durait depuis presque deux ans. On peut maintenant s’attendre à ce que les deux gardiens soient l’objet de comparaisons jusqu’à la fin de leur carrière.

Luongo avait perdu son poste de no 1 tôt dans les séries éliminatoires de 2012 et a été troublé cet été quand il a appris qu’il allait rester à Vancouver, mais il ne veut plus s’attarder au passé.

« Pas du tout. J’ai juste hâte d’affronter mon ami, a-t-il dit. C’est tout ce qui compte pour moi. Je veux gagner, je veux jouer un bon match et juste apprécier d’être face à Cory comme c’était le cas à chaque séance d’entraînement. »

Que Luongo et Schneider soient devenus proches en luttant pour le même poste pendant trois ans dans une ville folle de hockey en dit long sur les deux hommes. Appelé à remplacer éventuellement Martin Brodeur, peut-être le meilleur gardien de l’histoire de la LNH, après avoir pris le poste de no 1 au meilleur gardien de l’histoire des Canucks, Schneider n’a pas eu ce qu’on pourrait appeler un début de carrière facile.

Au moins, son séjour avec les Canucks l’aura bien préparé pour les Devils.

« Ça n’a pas toujours été facile pour lui ou pour moi », a-t-il mentionné à propos des deux dernières saisons. « Nous voulions tous les deux jouer et nous pensions tous les deux être capables de le faire, mais il y a eu des périodes où un d’entre nous n’était pas utilisé pour quelques matchs et il fallait rester positif. Nous avions du respect l’un pour l’autre, nous étions de bons amis et nous avions confiance l’un envers l’autre. Nous étions donc à l’aise, quel que soit celui qui jouait, et c’était beaucoup plus facile de l’appuyer. Nous avons eu à gérer une situation difficile l’an dernier. Il n’a jamais cessé de me soutenir, ce qui est très remarquable. »

Leurs coéquipiers à Vancouver ont sympathisé avec les deux gardiens.

« Cela ne m’a pas affecté beaucoup, mais je sais que c’était difficile pour Roberto et Cory, a confié Kevin Bieksa des Canucks. C’était beaucoup de pression. Si un des deux connaissait un ou deux mauvais matchs, il y avait l’autre prêt à prendre sa place. C’est une situation difficile à gérer. C’était un avantage pour notre équipe d’avoir deux grands gardiens sur qui se fier, mais pour eux c’était certainement difficile. »

Schneider reconnaît qu’il doit encore établir sa relation avec Brodeur, quatre fois gagnant du trophée Vézina, qui mène la LNH pour les victoires (669) et les blanchissages (121), mais qui aura 42 ans en mai 2014.

« Il est très confiant et confortable dans sa situation, a expliqué Schneider. Il joue bien et semble s’amuser beaucoup, mais c’est un compétiteur. Il n’aime pas perdre. On ne sait pas ce qui va se passer. Il est encore tôt, mais il semble qu’il va faire tout ce qu’il peut pour disputer le plus de matchs, et moi de même. »

Luongo répète depuis longtemps que Schneider est prêt à occuper un poste de no 1.

« Il est déjà un des meilleurs gardiens dans la ligue et il mérite d’être no 1, a-t-il redit mardi. Malheureusement, pour le moment il se trouve dans une situation où ce n’est pas possible et je sympathise avec lui, mais son temps viendra, il n’a qu’à être patient. Il est passé par là avant et il sait comment réagir et à quoi s’attendre. Cela dit, je suis certain qu’il veut être no 1. »

Luongo est aussi convaincu que Schneider soit en mesure de bien gérer la situation actuelle.

« On voit tout de suite les auxiliaires qui sont plus égoïstes et qui souhaitent presque que vous ayez des problèmes afin de prendre votre emploi, mais Cory n’était pas comme ça, a-t-il indiqué. Il a donc été facile de devenir ami avec quelqu’un comme lui. Au lieu d’aller l’un contre l’autre, nous nous poussions pour être meilleurs et aider l’équipe à gagner. »

Combien de fois Schneider aura-t-il l’occasion d’aider les Devils à gagner demeure à voir. Il a disputé le premier match de la saison après avoir connu un fort camp d’entraînement, mais a été déjoué trois fois sur 21 lancers des Penguins de Pittsburgh dans une défaite de 3-0 et il a regardé du bout du banc Brodeur disputer les deux matchs suivants. Brodeur a subi une défaite de 5-4 à Edmonton lundi, ce qui peut expliquer la présence de Schneider devant le filet à Vancouver.

Quel que soit le sort qui l’attend, Schneider assure qu’il ne sera pas frustré.

« S’il y a un mot que j’ai appris à simplement ignorer, c’est ‘frustration’, a-t-il dit. Cela ne fait que développer de mauvaises habitudes et une énergie négative, cela ne vous donne absolument rien d’être frustré ou fâché à propos d’une situation sur laquelle vous n’avez pas beaucoup de contrôle. Tout ce que vous pouvez contrôler est ce que vous faites sur la glace et vous vous dites que si vous jouez bien et méritez de jouer, vous allez jouer, mais si ce n’est pas le cas, bien ce n’est pas le cas. Je ne m’en fais pas avec les étiquettes ou les titres, je suis plus intéressé à montrer à mes nouveaux coéquipiers ce que je peux faire et que je suis quelqu’un sur qui on peut compter. »

Schneider a déjà fait tout ça à Vancouver et ses anciens coéquipiers ont tous raconté qu’ils s’attendaient à avoir de la difficulté à le déjouer dans son nouvel uniforme. Et tous ont été unanimes quand ils ont dit qu’ils espéraient que ce premier affrontement entre les deux mette fin à toutes ces questions les concernant.

« Je souhaite que ce soit le cas, mais j’ai l’impression que ce ne le sera pas », a mentionné Luongo en souriant.

Pour Schneider, ces questions impliquent maintenant un autre gardien…

 

La LNH sur Facebook