Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MacKinnon va disputer son premier match avec l’Avalanche

mercredi 2013-10-02 / 15:09 / LNH.com - Nouvelles

Par Rick Sadowski - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


MacKinnon va disputer son premier match avec l’Avalanche
Nathan MacKinnon, qui disputera mercredi soir son premier match dans la LNH contre les Ducks d’Anaheim au Pepsi Center, ne s’imagine pas qu’il va être un joueur dominant dans la ligue à 18 ans.

DENVER – Il a aidé son équipe à gagner la Coupe Memorial en étant choisi le joueur le plus utile à son équipe puis il a été le premier choix du dernier repêchage de la LNH. Voilà qui est plutôt impressionnant.

Mais Nathan MacKinnon, qui disputera mercredi soir son premier match dans la LNH contre les Ducks d’Anaheim au Pepsi Center, ne s’imagine pas qu’il va être un joueur dominant dans la ligue à 18 ans.

« Je n’aurai aucune attente », a déclaré le centre de l’Avalanche du Colorado à LNH.com. « C’est me première année dans la ligue et je ne sais vraiment pas trop à quoi m’attendre. Je ne veux pas me fixer un objectif de points ou quoi que ce soit, cela pourrait me décourager si je n’y arrivais pas. Je suis juste content d’être ici et je veux juste essayer de faire une différence le plus souvent possible. Je veux jouer mon meilleur hockey chaque soir et générer le plus de chances que je peux. Pour moi la pression est une sorte d’illusion, ce n’est pas vraiment une réalité. Les gens ont leurs propres attentes à mon endroit, mais je suis encore à m’adapter et je suis très heureux de pouvoir disputer un premier match. »

MacKinnon a souvent été celui qui faisait la différence avec les Mooseheads d’Halifax dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il a cumulé 63 buts et 153 points en 102 matchs réguliers et a été encore plus prolifique en deux ans de séries éliminatoires avec 24 buts et 61 points en 34 rencontres.

Il a été désigné le joueur le plus utile à son équipe au dernier tournoi de la Coupe Memorial après avoir amassé sept buts et 13 points en quatre matchs, avec rien de moins qu’un tour du chapeau et une récolte de cinq points dans la victoire décisive de 6-4 sur les Winterhawks de Portland.

MacKinnon possède non seulement un talent offensif exceptionnel, il a aussi le don d’élever son niveau de jeu quand ça compte le plus. En plus d’avoir un lancer précis et de ne pas craindre de se salir le nez pour aller se placer en position de marquer, il est un fabricant de jeux remarquable, avec une vision du jeu et des mains exceptionnelles, et doté d’un excellent coup de patin.

Né à Halifax, MacKinnon a grandi à Cole Harbour, en Nouvelle-Ecosse, d’où vient aussi Sidney Crosby. Les deux sont aussi passés par l’école Shattuck-St. Mary's au Minnesota et ils se sont entraînés ensemble durant l’été.

« C’est un de ceux qui travaillent le plus fort et à l’évidence le meilleur joueur au monde », a dit MacKinnon de son célèbre concitoyen.

MacKinnon entreprendra la saison dans le troisième trio avec Jamie McGinn à sa gauche et PA Parenteau à sa droite. Ils pourraient mettre un peu de temps à trouver des atomes crochus, étant donné que MacKinnon a raté deux matchs préparatoires en raison d’une légère blessure à une hanche, mais ils ont bien fait samedi quand l’Avalanche a disposé des Kings de Los Angeles 3-2 à Las Vegas.

« Ils ont composé un très bon trio, ils ont eu plusieurs bonnes chances de marquer », a estimé leur entraîneur Patrick Roy, qui a établi clairement que MacKinnon restera avec l’équipe pour toute la saison. « Il a été remarquable lors de ce match. C’est le joueur que je connais. Nous allons l’exposer lentement à toutes sortes de situations. Il patinait bien et maniait bien la rondelle.

« Je veux qu’il soit lui-même. Je ne veux pas qu’il tente d’en faire trop. Sa blessure l’a malheureusement ralenti un peu. Je pense que nous allons le voir s’améliorer match après match. C’est un changement pour lui parce qu’il était habitué à faire à peu près ce qu’il voulait à Halifax. Ici c’est un peu plus limité. À Halifax ses coéquipiers devaient s’ajuster à lui. Ici c’est le contraire, c’est lui qui doit s’adapter à McGinn et Parenteau. Il doit sentir où ils sont sur la glace et non pas improviser. »

Parenteau a été meilleur marqueur de l’Avalanche la saison dernière avec 18 buts, en jouant le plus souvent au côté de Matt Duchene. Il se dit impressionné par ce qu’il a vu de MacKinnon.

« Il a des mains exceptionnelles et beaucoup de vitesse, a-t-il constaté. Il est si jeune et ce n’est pas facile d’entrer dans cette ligue. Peut-être que nous pourrons marquer des buts pour lui. Le jeu est différent, mais c’est un jeune remarquable et je pense que tout le monde l’apprécie. Je crois qu’il va bien faire. Il a certainement le talent pour connaître une grande carrière. »

Grâce au gardien auxiliaire de l’Avalanche Jean-Sébastien Giguère, MacKinnon pourra se concentrer davantage sur le hockey et à son adaptation à la vie de professionnel plutôt que d’avoir à se préoccuper de détails de la vie courante comme un logement, ses repas et ses déplacements.

Le jeune loge chez la famille de Giguère en banlieue de Denver depuis le début du camp d’entraînement et il devrait y vivre toute l’année.

Giguère, dont l’épouse, Kristen, vient d’Halifax, lui a fait cette proposition lorsqu’il visitait ses beaux-parents cet été.

« Nous sommes très heureux (de l’avoir avec nous) », a déclaré Giguère, qui a lui-même trois jeunes garçons, Maxime-Olivier, Luka et Félix. « Mes enfants sont enchantés et il vient de la même ville que mon épouse, ils ont donc des choses en commun. C’était un naturel. En tant que vétéran, c’est quelque chose que vous devez faire à l’occasion. »

Giguère est demeuré chez un vétéran, Jeff O'Neill, quand il est arrivé à Hartford pour la saison 1996-97 et il reconnaît que cela a fait tout un monde de différence.

« C’a aidé énormément, a-t-il dit. Je vais lui donner des conseils ici et là, mais il a sa propre vie. Ca va l’aider pour les repas et des choses du genre. Je suis dans la ligue depuis tellement de temps que je devrais être capable de le conseiller là-dessus. Mais je ne suis pas son père et je ne tiens pas à l’être. Mes propres enfants me tiennent assez occupé. Il a 18 ans et pour moi c’est un adulte. Il a son espace propre chez nous, il a sa porte pour entrer et sortir quand il veut. Je ne suis pas là pour le surveiller. »

MacKinnon est reconnaissant d’avoir un mentor comme Giguère et les deux viennent ensemble aux entraînements et aux matchs. MacKinnon compte cependant retourner sa voiture de location et s’acheter un camion.

« Je suis très privilégié qu’il m’ait pris chez lui et tout va très bien jusqu’ici, a-t-il indiqué. Il m’a fait une offre et je suis sauté dessus. Il est là depuis si longtemps et il a eu tellement de succès. Je lui suis très reconnaissant. »

MacKinnon a été blanchi en trois matchs préparatoires, limité à trois tirs au filet, mais il se dit en parfait santé. Il affirme aussi s’habituer à ses deux compagnons de trio et avoir hâte de disputer une première rencontre dans la LNH.

« C’était de mieux en mieux à chaque match, a-t-il assuré. J’aurais aimé disputer quelques matchs de plus, mais je suis prêt et je me sens bien. Comme trio, nous sommes à l’aise. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble sur la glace et à l’extérieur et je commence à comprendre comment ils aiment jouer et ce qu’ils font dans certaines situations. On commence à se comprendre et c’est très important. »

MacKinnon aura sa section de partisans pour ses trois premiers matchs puisque ses parents et sa sœur assisteront aux matchs de mercredi et vendredi (contre Nashville) ainsi qu’à la rencontre suivante mardi à Toronto.

« Je sais qu’ils sont très excités, a-t-il confié. Ça fait presque un mois et demi que je les ai vus, alors ce sera bien. Oui, on passe maintenant aux vraies affaires. Il s’agit d’obtenir deux points au classement et le niveau d’excitation devient plus grand. Ça va être plaisant de jouer mon premier match dans la LNH. »

 

La LNH sur Facebook