Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Jarred Tinordi et Michaël Bournival sont au septième ciel

samedi 2013-09-28 / 15:04 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Jarred Tinordi et Michaël Bournival sont au septième ciel
Jarred Tinordi et Michaël Bournival étaient au septième ciel samedi matin après avoir pris part à leur premier entraînement depuis qu’ils ont officiellement obtenu un poste dans la formation du Canadien de Montréal.

BROSSARDJarred Tinordi et Michaël Bournival étaient au septième ciel samedi matin après avoir pris part à leur premier entraînement depuis qu’ils ont officiellement obtenu un poste dans la formation du Canadien de Montréal.

Comme Bournival qui a dit l’avoir « appris un peu sur le tas », Tinordi a réalisé qu’il avait mérité un poste jeudi soir en voyant qu’il n’était pas parmi les derniers joueurs retranchés à l’issue du match contre les Sénateurs d’Ottawa. Il attendait tout simplement de voir ce qui allait se passer, n’ayant pas été convoqué au bureau…

Visiblement, les deux joueurs de 21 ans sont très fiers de s'être taillé un poste.

« J’étais excité. C’est pour ça que j’avais travaillé aussi fort pendant tout l’été, a confié Tinordi. Je jouais bien, je travaillais fort et je le méritais. Ç’aurait été dur si j’avais été cédé à Hamilton (aux Bulldogs) mais j’aurais continué de travailler fort pour revenir.

« J’ai des attentes élevées, a-t-il admis. Mon but maintenant est d’avoir un impact dans cette équipe. Il y a des choses sur lesquelles je dois travailler et des choses que je dois apprendre. Je veux continuer à m’améliorer. Ça viendra avec le temps. »

Tinordi a pris part à six des sept matchs préparatoires et il a préconisé du jeu robuste comme lui avait demandé la direction du Canadien.

« La chose la plus importante que j’ai apprise au camp, a-t-il précisé, c’est d’être plus calme. Lors de mes deux premiers camps, je me préoccupais toujours de quelque chose. Au camp cette année, je ne voulais pas trop penser et je voulais me concentrer sur une chose : jouer au hockey. »

Tinordi a appelé son père Mark, un ancien défenseur dans la LNH, qui lui a dit « Good Job » sans plus tandis que Bournival a profité de la journée de congé du CH vendredi pour rendre visite à ses parents à Shawinigan.

« C’était une journée de congé et je suis retourné les voir chez nous, a confié Bournival. J’en ai profité pour passer du temps avec ma famille et ils étaient très contents. Il y avait aussi beaucoup de messages de félicitations (de la part des amis) et ç’a occupé une bonne partie de ma journée. »

Bournival est le premier joueur originaire de Shawinigan à mériter un poste dans la LNH depuis Martin Gélinas avec les Oilers d’Edmonton au milieu des années 80. Déterminé, il avait dit au tournoi de golf du Canadien qui précédait le camp qu’il voulait « être la surprise ».

« Ce qui a fait la différence, c’est ma vitesse et mon intensité, a-t-il expliqué. C’est un rêve qui s’est réalisé et quand tu réalises un rêve, c’est un sentiment d’accomplissement. Je vais tout faire pour poursuivre mon rêve. »

Bourvival a réussi quatre buts lors des matchs préparatoires. Même s’il n’a joué que 8:51 jeudi, il a effectué quatre tirs au but, un sommet dans l’équipe.

Bournival et Ryan White, qui s’était coupé les cheveux et dont la chevelure ne dépassait plus de son casque, étaient les deux attaquants de trop lors de la séance d’entraînement alors que le quatrième trio était composé de Travis Moen, Brandon Prust au centre et George Parros.

Tinordi, lui, formait la troisième paire avec le vétéran Francis Bouillon.

David Desharnais s’est réjoui pour les jeunes Tinordi et Bournival.

« Les deux le méritent amplement, a-t-il souligné. Ils ont travaillé très fort. Tinordi est un monstre sur la glace. Il est gros, il est jeune, et il va être dangereux quand il sera à son prime - dans ses meilleures années - et il l’est déjà.

« Michaël est un gars qui va juste continuer à s’améliorer, a-t-il estimé. Il travaille extrêmement fort. Il a une très bonne attitude. Ce n’est pas un gars qui est très dérangeant. Il va s’intégrer super bien à l’équipe. »

Desharnais a rappelé que c’est toujours un moment inoubliable.

« Moi, j’avais été rappelé à Noël de la Ligue américaine (en 2009-10), a-t-il dit. Ça rappelle tout le temps de beaux souvenirs. Il faut en profiter parce que ça passe vite. »

Après le dernier match préparatoire contre les Sénateurs, le Canadien a cédé l’attaquant Gabriel Dumont et le défenseur Nathan Beaulieu aux Bulldogs. Plus tôt dans la journée, il avait retranché les attaquants Michael Blunden, Patrick Holland, Martin St-Pierre, Christian Thomas et Nick Tarnasky ainsi que les défenseurs Greg Pateryn, Magnus Nygren et Darren Dietz.

Salade de fruits

Les chances de Bournival d’être en uniforme lors du match d’ouverture contre les Maple Leafs de Toronto au Centre Bell mardi sont minces. Il y a deux attaquants de trop quand tout le monde est en santé mais Tinordi pourrait jouer si Douglas Murray n’est pas prêt à revenir au jeu.

Prust a déjà joué au centre dans les ligues mineures tandis que Parros a obtenu le feu vert des médecins pour jouer dans un match.

« J’ai reçu le feu vert et la décision appartient maintenant aux entraîneurs », a dit Parros, qui est finalement remis de son opération à l’épaule en mai. « Idéalement, j’aurais aimé jouer un match préparatoire pour m’habituer au système de jeu. »

Quant à Murray, qui est remis d’une blessure au bas du corps, il ne ressent plus aucune douleur mais ce n’était pas un bon moment pour être à l’écart du jeu et il doit travailler plus fort pour retrouver sa bonne condition physique.

« Le plus important, c’est que je retrouve ma force rapidement », a dit Murray.

Une décision finale en ce qui concerne la formation du Canadien contre les Maple Leafs ne sera prise que mardi matin.

« Les deux jeunes (Bournival et Tinordi) font partie de notre alignement de 23 joueurs », a expliqué l’entraîneur Michel Therrien. « On va décider en temps et lieu quel genre de joueurs on va mettre dans l’alignement.

« Dans une salade de fruits », a-t-il poursuivi en faisant une comparaison pour expliquer le mieux possible sa pensée, « ça prend différents mélanges. Si c’est rempli de cerises, c’est pas bon non plus. C’est comme les ananas. T’en manges un ou deux. T’en veux pas 60. On cherche à avoir un équilibre dans notre alignement. »

Les joueurs étaient détendus lors de la séance d’entraînement qui a néanmoins été intense. Ils se sont payés la tête des entraîneurs quand Andreï Markov a atteint la barre horizontale de l’autre bout de la glace lors d’un exercice amusant commandé par Therrien.

La réussite de Markov a obligé tous les entraîneurs à faire cinq tours de patinoire au grand plaisir des joueurs.

« En passant, j’ai pris l’ascenseur pour monter », a blagué Therrien avant son entretien avec les médias. « C’est un petit jeu qu’on fait tout le temps avec nos joueurs. Quand ils frappent la barre horizontale, les entraîneurs doivent faire cinq tours. C’est la première fois que ça arrive en 12 ans ! Mais je les ai sentis… un peu trop contents. »

Cette année, le Canadien a choisi de ne pas aller en retraite fermée comme le veut la tradition et de rester à Montréal avant le début de la saison. L’an dernier, il avait rompu avec cette tradition mais c’était en raison du calendrier écourté.

« C’est important de créer une chimie et on aurait aimé aller à l’extérieur mais c’était impossible, a expliqué Therrien. On n’avait pas le temps. On s’est assuré d’avoir des gens qui sont des spécialistes pour avoir des activités avec les joueurs. Je crois beaucoup à la chimie d’équipe pour entamer la saison du bon pied. »

Les trios :

ATTAQUANTS

Pacioretty-Desharnais-Brière

Bourque-Plekanec-Gionta

Galchenyuk-Eller-Gallagher

Parros-Prust-Moen

Bournival-White

DÉFENSEURS

Subban-Gorges

Markov-Diaz

Tinordi-Bouillon

Murray

 

La LNH sur Facebook