Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 15 : Luongo et Tortorella seront les sujets de conversation à Vancouver

    samedi 2013-09-28 / 7:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Mike Battaglino - Journaliste LNH.com

    LNH.com poursuit son aperçu de la saison 2013-14, qui comprendra une étude en profondeur des 30 équipes pendant tout le mois de septembre.

    Il se passe tellement de choses dans l’entourage des Canucks de Vancouver que le statut contractuel de non pas une, mais deux icônes de la franchise semble passer inaperçu.

    Les Canucks tentent d’oublier une controverse concernant les gardiens et de s’acclimater à un nouvel entraîneur en chef exigeant qui est parfois hargneux. Ils espèrent aussi qu’un de leurs meilleurs joueurs se ressaisisse après avoir connu deux mauvaises saisons et qu’un autre joueur qui est identifié comme l’un de leurs six premiers attaquants demeure en santé, eux qui ont été balayés dans les dernières séries éliminatoires de la Coupe Stanley…

    Tout cela, fait oublier que l’avenir à long terme du capitaine Henrik Sedin et de son jumeau Daniel passe pratiquement inaperçu dans les conversations.

    Henrik a indiqué que les deux parties se parlent et veulent en venir à une entente avant le début de la saison régulière, mais il n’y a rien de garanti.

    « Les négociations font du surplace, mais si nous signons un contrat pour rester ici, j’espère que ce sera notre dernière entente, a dit Henrik au début du mois. C’est comme cela que nous voyons les choses. »

    Voici trois autres histoires que les personnes qui suivent les activités des Canucks auront à l’oeil:

    1. La vie et l’époque de Roberto Luongo – Tout ce qui concernera le gardien sera scruté à la loupe, que ce soit son langage corporel jusqu’à la façon qu’il répondra aux questions, en passant par ce qu’il écrira sur Twitter, et s’il vend sa maison pour en acheter une autre.

    La saga de deux ans impliquant Cory Schneider a pris fin quand le jeune gardien a été échangé aux Devils du New Jersey au repêchage de la LNH en juin. Luongo est demeuré à Vancouver à contrecœur.

    « Vous devez comprendre qu’après ce qui s’est passé au cours des deux dernière années, que c’est un processus », a dit Luongo au début du camp d’entraînement. « On va attendre et voir ce qui va arriver.

    « Je ne veux pas dire que je suis malheureux. Je veux juste jouer et on verra comment les choses se passeront. Je veux dire que c’est difficile de faire un virage à 180 degrés concernant une situation comme celle-là, mais je suis enthousiaste de revoir mes coéquipiers. Je veux jouer, je veux remporter des matchs pour les Canucks de Vancouver. À la fin, je pense que c’est la seule chose qui importe.

    « Qui sait ce que l’avenir nous réserve? Je ne peux dire ce qui va arriver. Évidemment, je n’aurais jamais pensé que ce qui est arrivé au cours des deux dernières années arrivent, j’ai arrêté d’essayer de comprendre. Je veux vivre au jour le jour et jouer au hockey. Je suis un gardien partant de la LNH, donc, vous ne pouvez pas m’en demander plus à ce stade-ci. »

    Ça n’a pas bien commencé pour Luongo. Il a accordé quatre buts sur 18 tirs à son premier match préparatoire contre les Oilers d’Edmonton, mais il a bloqué les 22 tirs qu’il a reçus des Coyotes de Phoenix le 24 septembre. Luongo est reconnu pour ne pas exceller en début de saison (il présente une fiche de 21-23-3 avec un taux d’efficacité de ,898 et une moyenne de 3,00 en octobre au cours des cinq dernières années).

    Comme tout vétéran, on doit s’attendre à ce que ses statistiques diminuent. Le taux d’efficacité de Luongo est passé de ,928 à ,919 à ,907 au cours des trois dernières saisons, et il a vu sa moyenne grimper de 2,11 à 2,41 à 2,56. Il présente une fiche de 1-8 à ses neuf dernières sorties dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Ce serait insensé de penser que Luongo, à l’âge de 34 ans, pourrait retrouver la forme qui lui a permis de disputer 76 matchs et de remporter 47 victoires avec un taux d’efficacité de ,921 pour cent en 2006-07. Mais avec un substitut (Eddie Lack ou Joacim Eriksson), qui n’a pas encore joué un match dans la LNH, on pourrait lui demander de s’en approcher.

    « Tout ce qui compte, ce sont les performances, a dit Luongo. Vous pouvez avoir tout le soutien que vous voulez, mais si vous n’êtes pas au sommet de votre art, les choses vont changer. »

    2. Ryan Kesler et David Booth vont tenter de demeurer en santé – L’attaque des Canucks sera encore moins productive si l’un des joueurs américains de l’équipe s’absente encore une fois pour une période prolongée.

    Kesler n’a disputé que 17 matchs la saison dernière, en raison de blessures à une épaule, à un poignet et à un pied. En 2011-12, il avait joué 77 rencontres, mais sa production était passée de 73 à 49 points.

    « Je sais que je n’ai pas bien fait au cours des deux dernières saisons, a admis Kesler. J’ai passé l’été au complet à redevenir le joueur que j’étais. Je suis content de mon tir, je suis content de mon coup de patin…

    « Ça fait vraiment une année que je n’ai pas joué un nombre suffisant de matchs et je suis impatient de le faire. Je sais qu’il y a beaucoup d’attente à mon égard, qu’il y a beaucoup de pression provenant de l’organisation, de vous les médias, des amateurs. Je sais que je dois mieux jouer. »

    Pour ce qui est de Booth, il n’a disputé que 12 matchs la saison dernière du 19 février au 16 mars, car après avoir soigné une blessure à l’aine, il s’est fracturé une cheville. Il n’a pu entreprendre le camp d’entraînement avec ses coéquipiers. Il les a finalement rejoints, mais son nom a été rayé de la formation alors qu’il s’apprêtait à disputer son premier match préparatoire après avoir ressenti une douleur à l’aine à la séance matinale de patinage.

    « Si j’en ai l’opportunité, je peux vraiment m’imposer dans la ligue », a déclaré Booth au quotidien Vancouver Province. « Je ne peux changer ma façon de jouer parce que les blessures font partie du jeu. C’est un sport pour hommes. Je dois amener la rondelle au filet et terminer mes mises en échec, car c’est la façon que je joue. Je ne veux pas m’écarter de mon style de jeu. C’est quand on est craintif que l’on se fait blesser. »

    3. John Tortorella s’exprime – Il a fallu attendre au sixième jour du camp d’entraînement avant qu’un téléphone cellulaire sonne pendant une conférence de presse de Tortorella.

    « Vous allez écoper d’une importante amende, je vous le dit », a lancé l’entraîneur consterné d’avoir entendu la sonnerie.

    Il s’agissait du premier conflit capté sur vidéo impliquant celui qui pourrait avoir son propre réseau diffusant des échanges similaires sur YouTube.

    Tortorella a également qualifié le réseau Twitter « de la chose la plus narcissique que je n’ai jamais vu » et a averti les Canucks que les fuites en provenance du vestiaire ne seraient pas tolérées du tout.

    « Je ne vais pas les menotter et les traiter comme des enfants », a dit Tortorella au Province. « Je ne les ai pas bannis… Je pense que c’est stupide. »

    Le gardien substitut, Eddie Lack, un prolifique utilisateur de Twitter (@eddielack), a capté le message.

    « On va devoir attendre et voir », a dit Lack au Province. « C’est certain que je ne serai pas celui qui va briser la glace. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série débute le 18 avril
    vs.
    Montréal mène la série 1-0
    vs.
    Pittsburgh mène la série 1-0
    vs.
    New York mène la série 1-0
    vs.
    Le Colorado mène la série 1-0
    vs.
    St. Louis mène la série 1-0
    vs.
    Anaheim mène la série 1-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook