Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 15: Halak espère que ses efforts estivaux porteront fruit

    vendredi 2013-09-27 / 7:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 15: Halak espère que ses efforts estivaux porteront fruit
    30 en 15: Halak espère que ses efforts estivaux porteront fruit

    HAZELWOOD, Missouri – Datant de l’époque où il portait les couleurs du Canadien de Montréal jusqu’à aujourd’hui, où il a continué d’épater la galerie depuis son arrivée avec les Blues de St. Louis, Jaroslav Halak a toujours été constant dans un domaine: une fois que la saison de la LNH est terminée, il est temps de rentrer à la maison.

    Et sa maison a toujours été Bratislava, en Slovaquie.

    L’athlète de 28 ans voulait passer le plus de temps possible dans un environnement qui lui est familier, et en même temps s’entraîner rigoureusement afin d’être prêt pour la saison suivante avant de retourner à St. Louis à la fin de l’été.

    Mais cette année, Halak a changé sa routine. St. Louis allait être sa maison pour l’été et pour une bonne raison.

    Halak, qui a subi deux blessures à l’aine qui ont limité sa saison 2012-13 à 16 matchs, n’a jamais vraiment réussi à se remettre de la période d’inactivité engendrée par le lock-out, qui a ralenti certains gardiens et rendu son retour au jeu plus difficile que prévu.

    Après avoir démontré une fiche de 6-5-1 avec une moyenne de buts alloués respectable de 2,14 et un pourcentage d’efficacité de ,899, Halak n’a pas été en mesure de retrouver sa forme des beaux jours et a vu sa frustration atteindre un point culminant lors d’une dispute avec son entraîneur Ken Hitchcock lors de leur série de premier tour face aux Kings de Los Angeles. Halak et les Blues ont finalement décidé qu’il était temps de faire des changements après que l’équipe eut été éliminée par les Kings pour une deuxième saison de suite.

    Le temps était venu de travailler d’arrache-pied avec le responsable du conditionnement physique, Nelson Ayotte, une décision qu’Halak a accueillie à bras ouverts.

    « Ce n’était pas une décision difficile à prendre, a récemment dit Halak. Après la saison que j’ai eue à être blessé et pas en santé, j’ai décidé de rester ici et de m’entraîner avec Nelson. On travaille très fort à me remettre sur pied.

    « Malheureusement, ça fait partie de la carrière de bon nombre de joueurs. Tu fais face à de l’adversité et tu es le seul à pouvoir gérer la situation. Je connais des gars qui n’ont pas été chanceux pour se remettre de blessures. J’espère que j’aurai cette chance de revenir et de demeurer en santé. Je veux me prouver à moi-même ce dont je suis capable et prouver à tout le monde que je peux jouer. »

    « Je me sens bien, a-t-il ajouté. J’ai travaillé fort. On verra. Ça fait quelques semaines que j’ai recommencé à patiné. Mon corps va bien et ne m’a pas donné de signes de fatigue ou quoi que ce soit. Jusqu’à présent tout est parfait et on verra comment ça va se passer. »

    Le nouveau programme d’entraînement inclut également un régime riche en protéines et avec peu ou pas de glucides. Halak a perdu 14 livres (il en est présentement à 5 pieds 10 pouces et 186 livres) et a réduit de huit pour cent son pourcentage de gras corporel.

    « Pas de glucides du tout cet été, a déclaré Halak avec un sourire. Une fois de temps en temps – peut-être une fois par semaine – je pouvais manger de la crème glacée. Habituellement pas de pain, pas de riz, pas de sushis même si j’aime les sushis, il fallait que je coupe. […] Je ne dis pas que je vais arrêter et recommencer à mal manger, mais évidemment je vais recommencer à manger des sushis. Les steaks étaient mes meilleurs amis cet été. Les steaks étaient vraiment bons.

    « L’an dernier c’était une saison étrange avec le lock-out. J’ai pris du poids, du gras et j’ai dû le perdre. J’ai fait tout ce que j’avais à faire à l’été pour perdre ce que j’avais gagné et revenir à un poids normal. »

    Hitchcock a déjà dit que la discussion animée qu’il avait eue avec Halak n’avait rien d’inhabituel, surtout de la part de quelqu’un qui veut jouer. Il a croisé son gardien plusieurs fois au complexe d’entraînement de l’équipe à St. Louis cet été et a aimé ce qu’il a vu.

    « Il a hâte, il se sent en santé, a mentionné Hitchcock à propos d’Halak. Une partie de son entraînement était du conditionnement, mais avait aussi pour but de renforcer [son aine]. Il est encore vraiment jeune et tu ne veux pas avoir une carrière ralentie par les blessures. Il voulait arrêter d’avoir à se questionner alors il a décidé de se mettre en très grande forme physique, et il a très bien fait. »

    Halak, qui affiche un dossier de 115-72-22 avec une moyenne de buts alloués de 2,41 et un pourcentage d’efficacité de ,917 depuis le début de sa carrière, a démontré une fiche de 59-39-15 avec une moyenne de 2,23 et un pourcentage de ,915 à ses trois saisons avec les Blues. Ce sont des statistiques respectables, mais Halak sent qu’il peut faire mieux.

    « Je veux faire du mieux que je peux. Je veux jouer de la façon dont je sais que je suis capable de jouer, a-t-il dit. Je sais que je peux faire beaucoup mieux que ce que j’ai fait l’an dernier. Mais le fait est que j’ai été blessé et que je n’ai pas réussi à rester en santé. J’aurais pu revenir, mais me blesser à nouveau et j’aurais dû repasser par la rééducation. J’ai évidemment dû travailler très fort pour revenir, mais je dois quand même attendre d’avoir une chance de jouer.

    « On verra comment ça va se dérouler. […] Je prends ça un jour à la fois. C’est une longue saison. Tout peut arriver. »

    Tout peut évidemment arriver au camp d’entraînement, mais Hitchcock a dit que Halak serait le partant de l’équipe et Brian Elliot, son auxiliaire, en vue de la prochaine saison. Jake Allen, qui a aidé les Blues à se tailler une place en séries l’an dernier, devrait amorcer la campagne avec les Wolves de Chicago dans la Ligue américaine, à moins d’une blessure, de mauvaises performances des deux autres gardiens mentionnés plus haut ou d’une brillante performance d’Allen lui-même pendant le camp d’entraînement, qui ne donnerait d’autre choix à l’équipe que de le garder.

    « Halak n’a pas perdu son poste de partant à cause de son jeu, a dit Hitchcock. Il l’a perdu à cause de blessures, alors il y a une différence. Si Brian fait bien et prend son poste, c’est une chose. Je pense que le camp d’entraînement est là pour qu’on évalue la situation, mais pour moi c’est le statut quo tant que les deux gars sont en santé. »

    Ça ne serait pas une mauvaise chose, surtout si le tandem réussit à répéter son exploit de gagner le trophée Jennings qu’Halak et Elliot avaient remporté collectivement en 2011-12. Ceci voudrait dire qu’Halak amorcerait environ 55 pour cent des matchs et Elliot, 45 pour cent. Mais Halak ne prend rien pour acquis.

    « C’est toujours bien de l’entendre. Mais en même temps, il faut encore que je performe et que je fasse le travail, a déclaré Halak. Alors évidemment si je ne réussis pas, Ells ou Jake prendra ma place et je ne serai plus là. »

    Halak en est à la dernière année de son contrat de quatre ans et 15 millions $, qu’il a signé après avoir été échangé par le Canadien. Alors en plus d’être une année où il devra prouver qu’il mérite un nouveau contrat, ce sera aussi une occasion pour Halak de revenir parmi l’élite des gardiens de la ligue.

    « Je me concentre seulement sur une année – en fait non, même pas une année – un jour à la fois, a indiqué Halak. C’est mon approche pour cette saison. Je ne pense pas à ce qui va se passer l’an prochain. Je dois me contenter d’apprécier ce qui nous attend pour l’instant.

    « L’été a été exceptionnel. […] Je me sens vraiment bien sur la glace. J’ai travaillé fort. Nelson m’a poussé. Évidemment, les exercices n’étaient pas toujours faciles. Il y avait évidemment des défis à relever, mais j’ai réussi à surmonter les obstacles et j’ai fait tout ce qu’il m’a dit de faire. C’est pour ça que j’étais là. J’étais là pour faire ce qu’on allait me dire de faire et ce que j’avais besoin de faire. »

     

    La LNH sur Facebook