Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Vigneault garde de beaux souvenirs de Vancouver mais vit bien le changement

jeudi 2013-09-26 / 20:17 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Vigneault garde de beaux souvenirs de Vancouver mais vit bien le changement
Vigneault garde de beaux souvenirs de Vancouver mais vit bien le changement

VANCOUVERAlain Vigneault se rappelle encore une de ses premières expériences à titre de membre de l’organisation des Canucks comme un de ses plus beaux moments en plus de sept ans passés à Vancouver.

Vigneault était alors entraîneur de la filiale des Canucks au Manitoba mais se trouvait au camp principal près de Whisltler quand tout le personnel d’entraîneurs est entré au restaurant pour souper.

« Tout le monde criait ‘Go Canucks Go’, ç’a été un des plus beaux moments que j’ai vécu », a déclaré celui qui devait remplacer Marc Crawford derrière le banc des Canucks la saison suivante. « Mes sept années après avoir remplacé Marc ont été aussi de belles années, je remercie donc tout le monde. »

Jeudi a été la première occasion qu’a eue Vigneault de témoigner sa reconnaissance sur place depuis que les Canucks ont congédié l’entraîneur le plus victorieux de leur histoire après une deuxième sortie rapide des séries. Son retour quatre mois plus tard comme entraîneur des Rangers de New York, et face à John Tortorella remercié par les Rangers et son remplaçant à Vancouver, a été assez différent de son expérience à Whistler.

« Étrange serait le bon mot à utiliser en venant ici pour saluer des gens avec lesquels j’ai travaillé si longtemps, a-t-il dit. C’était un peu spécial. »

Ses anciens joueurs ont tous utilisé les mêmes mots pour décrire cette première rencontre après ce qui s’est finalement avéré un échange d’entraîneurs, une première dans l’histoire de la LNH selon Elias Sports Bureau.

Le défenseur Kevin Bieksa a blagué en disant qu’il s’attendait à entendre Vigneault crier après lui du banc des Rangers de New York lors de ce dernier match pré-saison présenté jeudi. Mais comme tous les vétérans qui ont joué sept ans sous les ordres de Vigneault, il avait plein de belles choses à dire à propos de son ancien entraîneur, même s’il a reconnu que le temps était venu de procéder à un changement.

« Il arrive qu’un changement soit nécessaire, a-t-il déclaré. Il est resté longtemps ici et il a connu du succès. C’était à lui (le directeur général Mike Gillis) de prendre une décision difficile et peut-être qu’il a cru que pour le bien de l’équipe, il fallait un nouveau départ, un peu comme l’ont pensé les Rangers. »

Peu ont remis en question l’importance du rôle de Vigneault dans l’accession des Canucks au niveau d’une puissance de l’Association de l’Ouest avec six championnats de division en sept ans et deux trophées du Président, remis à l’équipe ayant terminé en tête du classement général de la LNH.

Vigneault a gagné le trophée Jack Adams, remis à l’entraîneur de l’année, en 2007, à sa première saison avec les Canucks, et a été en nomination à deux autres reprises. Plusieurs de ses joueurs ont aussi reçu des distinctions sous ses ordres, incluant le trophée Art Ross pour les jumeaux Daniel et Henrik Sedin, le trophée Hart pour Henrik, la présence du gardien Roberto Luongo parmi les finalistes pour les trophées Hart et Vézina, et le trophée Selke pour Ryan Kesler.

« Il a eu un rôle important pour l’organisation et pour nous aussi les joueurs », a noté Daniel Sedin, qui a été finaliste pour le trophée Hart en 2011, un an après que son frère l’a remporté. « Il m’a donné ainsi qu’à Henrik une chance d’être des joueurs de premier trio et nous en serons toujours reconnaissants. »

Vigneault s’est rendu jusqu’au septième match de la finale de la Coupe Stanley en 2011, mais ses Canucks n’ont remporté qu’un seul match éliminatoire depuis cette triste défaite aux mains des Bruins de Boston, ce qui est sans doute la raison principale du remplacement de ce calme entraîneur par le fougueux Tortorella.

« Alain nous a amenés à jouer comme une équipe de l’élite, a rappelé Bieksa. Alain est le responsable de cette réussite. Mais le temps est peut-être venu pour une nouvelle ère. »

Sur le plan sportif, Vigneault s’est dit surtout fier de cette présence en finale de la Coupe Stanley en 2011.

« Ce n’est pas à moi de juger », a-t-il dit lorsque questionné à propos de son héritage. « J’ai dirigé plusieurs de ces joueurs quand ils étaient des jeunes à leur arrivée dans la ligue et ils se sont développés en joueurs et en pères de famille matures, devenant de très bonnes personnes. Au niveau personnel, constater où ils en sont rendus comme êtres humains, comme parents et adultes responsables est probablement ce qui me rend le plus fier. »

Vigneault n’était pas inquiet de la façon dont il allait être accueilli par ses partisans des sept dernières années mais il a reconnu que c’était sans doute préférable que ce voyage et l’occasion de pouvoir remercier tout le monde qu’il n’a pu rencontrer lorsqu’il a été congédié arrivent aussi tôt.

« C’est regrettable que je n’aie pu les saluer de la bonne façon, mais j’ai pu parler à presque tous ceux avec qui j’ai travaillé et les remercier pour tout ce qu’ils ont fait et maintenant, même si cela peut sembler étrange, il faut tourner la page et aller de l’avant, a-t-il dit. Et peut-être que mettre tout cela derrière moi est une très bonne chose. »

 

La LNH sur Facebook