Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Les Canucks encore en train de se familiariser au style de Tortorella

    jeudi 2013-09-26 / 7:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

    VANCOUVER – Avec un match préparatoire à faire et un peu plus d’une semaine avant le début de la « vraie » saison, les Canucks de Vancouver sont encore en processus d’apprentissage sous les ordres de leur nouvel entraîneur John Tortorella.

    Après sept ans avec Alain Vigneault, qui sera ironiquement de retour à Vancouver jeudi soir en tant qu’entraîneur de l’ancienne équipe de Tortorella, les Rangers de New York, il faudra du temps aux joueurs des Canucks pour s’adapter à une nouvelle voix dans le vestiaire et à un nouveau mandat.

    Cette voix s’est avérée être exactement ce qu’on croyait qu’elle serait, alors que Tortorella a déjà commencé à faire des menaces quand il entend un téléphone cellulaire sonner pendant une conférence de presse, a critiqué ouvertement la condition physique de Zack Kassian et Tom Sestito et déclaré qu’il « ne pouvait pas trouver » le défenseur Alexander Edler dans les vidéos qu’il a visionnées de l’an dernier. Tel que promis, il a également délivré ces messages directement dans un vestiaire que Vigneault avait laissé à ses joueurs.

    « Nous n’avons pas encore été témoins de ses tirades classiques dont les médias parlent tout le temps, mais il a définitivement toute une présence dans le vestiaire, a déclaré le défenseur Kevin Bieksa. Et tu le sais définitivement tout de suite que si tu fais quelque chose de stupide, ça ne passera pas inaperçu. »

    Mais le plus gros ajustement à faire avec l’arrivée de Tortorella a été sur la glace. Le camp d’entraînement s’est plutôt amorcé comme un camp de conditionnement physique, alors que les joueurs patinaient tellement que la fatigue a été citée comme un problème après que les Canucks eurent perdu leur trois premiers matchs présaisons. Une mauvaise compréhension des nouveaux systèmes de jeu étaient également en cause, Tortorella n’ayant commencé à se concentrer sur les tactiques et stratégies que vendredi dernier.

    « Ça s’en vient, mais il y a encore plusieurs choses à peaufiner, a dit Tortorella. Les joueurs ont pris des habitudes d’un côté et nous aimerions essayer de les faire aller de l’autre côté et on va continuer à travailler. Le plus important pour moi c’est l’état d’esprit et ça se traduit par jouer de la façon dont on veut jouer, et tout simplement avoir une attitude agressive. »

    Le capitaine Henrik Sedin s’est dit tout à fait d’accord avec ça, ajoutant que les plus gros ajustements n’incluent pas des « X » et des « O » sur un tableau, mais plutôt de ne pas se replier immédiatement lorsque l’équipe perd possession de la rondelle.

    « Il faut se mettre en marche, a déclaré Sedin. Quand on perdait le disque l’an dernier on se concentrait beaucoup trop sur revenir dans notre territoire, et maintenant on tente davantage de récupérer la rondelle à nouveau le plus vite possible. C’est une mentalité qu’on doit changer. »

    C’est un processus qui devrait être de plus en plus facile lors de la dernière semaine, avec moins de joueurs en trop et des trios plus réguliers. Mais rendre ces décisions instinctives ne sera pas évident.

    « Il faudra du temps, il n’y a pas de doute, a indiqué Sedin. Si tu dois penser à ce que tu dois faire, ça va te prendre une demi-seconde de plus à aller où tu as envie d’aller, et rendu là c’est déjà trop tard dans cette ligue. »

    Alors que l’application des nouveaux systèmes de jeu et le changement de mentalité sont des processus en cours, deux choses diffèrent clairement depuis l’arrivée de Tortorella: les Canucks vont bloquer plus de lancers, et les meilleurs joueurs vont jouer davantage que dans le passé, incluant sur le désavantage numérique pour Daniel et Henrik Sedin.

    Tel que Tortorella l’a justement soulevé, les frères Sedin demandent à faire partie du désavantage numérique depuis des années. Mais il y a une raison pour laquelle ils ont rarement eu la chance de le faire, alors que les Canucks – armés de leurs analyses avancées initiées lorsque le directeur général Mike Gillis s’est amené il y a six ans – ont préféré les garder frais et dispos pour le jeu de puissance et leurs opportunités à l’attaque.

    Alors des sourcils se sont froncés quand Ryan Kesler, complètement en santé pour la première fois depuis plus de deux saisons, a joué pendant 26:26 lors du premier match du calendrier présaison, plus de six minutes de plus que le total moyen de ses cinq dernières campagnes.

    « Moi ça me va », a déclaré Kesler à propos de son temps de glace accru.

    Henrik Sedin a abondé dans le même sens, mais avec une nuance.

    « Si tu joues de cette façon, c’est supposé te donner plus de temps avec la possession de la rondelle, ce qui est beaucoup plus facile que de toujours être en position défensive et ne pas avoir le disque », a-t-il dit.

    On espère ainsi que le blocage de lancers devienne quelque chose d’automatique. Jusqu’à maintenant ça n’a pas vraiment été le cas, alors que certains joueurs se sont souvent retrouvés hors position en tentant de se placer devant les rondelles, voilant souvent la vue de leur gardien. Dans la mesure où bloquer des lancers n’a jamais été une priorité dans le passé – Henrik Sedin en a bloqués neuf l’an dernier – il faudra du temps d’adaptation pour ça aussi.

    Le gardien Roberto Luongo ne semblait pas particulièrement être un partisan du blocage de tirs après avoir alloué quatre buts sur 18 lancers à son premier match préparatoire, mais il a depuis modéré ses propos.

    « Peut-être que ça va te mettre dans une situation où ta vue va être plus voilée qu’avant, mais ça ne change pas la façon dont tu vas jouer, a mentionné Luongo. Que tu en aies un ou 10 par match, tu vas tout de même devoir te battre avec ces écrans de la même façon. »

    Pour Luongo, qui est célèbre pour ces lents départs et ses mauvaises performances en octobre, le plus gros ajustement pourrait être de savoir où ses défenseurs vont se placer dorénavant avec le nouveau système.

    « Ils ne vont pas tous les bloquer, a-t-il dit. Alors tu dois trouver un moyen de te placer devant pour faire l’arrêt à chaque fois. »

    Mais c’est un changement qu’il est prêt à accepter si ça signifie qu’il bénéficiera de plus d’aide.

    « Des rondelles autour du filet et dans l’enclave – on ne les veut pas là, a-t-il indiqué. Ce sont les plus dangereuses pour moi, alors si on peut les éliminer et que j’ai à me battre un peu plus avec des écrans, je ferais cet échange n’importe quand. »

    Avec autant d’ajustements encore à faire, il est probablement encore trop tôt pour savoir si les Canucks perçoivent leur échange d’entraîneurs de la même manière.

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    Detroit mène la série 1-0
    vs.
    Montréal mène la série 2-0
    vs.
    La série est à égalité 1-1
    vs.
    La série est à égalité 1-1
    vs.
    Le Colorado mène la série 2-0
    vs.
    St. Louis mène la série 2-0
    vs.
    Anaheim mène la série 2-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook