Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Rosen : Une zone grise existe dans l’application du dégagement hybride

mercredi 2013-09-25 / 12:13 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Rosen : Une zone grise existe dans l’application du dégagement hybride
Rosen : Une zone grise existe dans l’application du dégagement hybride

La saison régulière s’amorce dans moins d’une semaine, et il est toujours ardu d’obtenir un consensus auprès des joueurs au sujet du dégagement hybride, ce qui rend difficile d’avancer l’hypothèse qu’il sera utilisé cette année.

« Les avis ne sont pas polarisés en ce moment », a affirmé le défenseur des Sharks de San Jose Dan Boyle. « Les opinions sont extrêmement variées. »

Le dégagement hybride est testé au cours des présentes rencontres préparatoires, mais les joueurs doivent donner leur accord afin qu’il soit utilisé pendant la saison régulière, qui s’amorce mardi.

L’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH) aurait entrepris de sonder les joueurs au sujet du dégagement hybride. Le comité de compétition devrait étudier les résultats de ce sondage et informer la LNH de sa décision avant le début de la saison régulière.

Le commissaire de la LNH Gary Bettman a déclaré plus tôt cette semaine que la « vaste majorité » des directeurs généraux de la ligue étaient pour le dégagement hybride après avoir pu observer son application au cours des rencontres présaison, mais qu’il était presque impossible de prédire si le règlement allait être adopté.

« Nous sommes toujours dans une zone grise », a indiqué le capitaine des Hurricanes de la Caroline Eric Staal au LNH.com. « Si j’étais obligé de m’avancer, je dirais que oui [le règlement sera adopté]. »

Certains joueurs penchent vers l’adoption du règlement en raison de l’élément sécurité qu’apporte le dégagement hybride.

CE QU'ILS ONT DIT



Le directeur des officiels de la LNH Stephen Walkom à propos des dégagements hybrides, et de pourquoi l’ancienne méthode n’est pas adéquate :

« Ce qui est merveilleux pour les partisans, c’est que nous n’avons pas adopté le dégagement automatique. Il n’y a pas si longtemps, plusieurs personnes en parlaient, et tous les acteurs du hockey professionnel ne voulaient rien savoir à ce propos. Au bout du compte, nous devons choisir entre le dégagement où on doit toucher la rondelle, où tout est noir ou blanc, et le dégagement hybride, qui comporte davantage de zones grises, mais qui demeure tout de même une vraie course pour la rondelle, mais qui se termine avant d’arriver à la rampe. Ce qui est bien, c’est que nous conservons cet élément de course, et le jeu ne s’arrête pas automatiquement lorsque la rondelle traverse la ligne des buts. Nous ne souhaitons pas ajouter dix dégagements refusés par rencontre. »

L’attaquant des Kings de Los Angeles Matt Frattin sur l’ajustement à apporter lorsque l’on évolue dans le sud de la Californie après avoir joué à Toronto :

« C’est définitivement différent en matière de climat et d’attention médiatique. Ce ne devrait pas être trop difficile de m’y faire. »

Dans le cadre du dégagement hybride, le juge de ligne siffle l’arrêt du jeu et appelle un dégagement refusé si le joueur en défensive est en avance ou à égalité avec le joueur offensif à la hauteur des points de mise en jeu en territoire défensif. L’objectif de cette mesure est d’éviter à tout prix les collisions violentes contre la rampe qui ont menées à de sérieuses blessures aux joueurs du circuit Bettman, dont Kurtis Foster et, plus récemment, le défenseur des Hurricanes de la Caroline Joni Pitkanen, qui devra rater toute la campagne 2013-14.

Si le joueur offensif mène la course à la rondelle, le juge de ligne laisse le jeu aller comme c’était le cas pour les dégagements traditionnels, que la ligue utilise depuis 1937.

« Je ne crois pas que la période d’adaptation serait longue », a mentionné le centre des Predators de Nashville Matt Cullen au LNH.com. « Et cela en vaut la peine si nous pouvons éviter quelques-unes de ces blessures inutiles. »

Le directeur des officiels de la LNH Stephen Walkom n’est pas inquiet par rapport à l’ajustement que devront apporter les juges de ligne en cas de vote positif de la part des joueurs.

« Je crois que les juges de ligne en place pourront s’adapter facilement », a avoué Walkom au LNH.com. « Ils doivent prendre deux choses en considération : la sécurité des joueurs et la course à la rondelle. Le concept de passe incomplète n’existe plus, alors ils n’ont plus à s’en soucier.

« Lorsque la rondelle est envoyée en fond de territoire, ils doivent d’abord se concentrer sur le hors-jeu, ce qui est excessivement rare lorsque la rondelle est rejetée depuis l’autre côté de la ligne rouge. Ensuite, [avec le dégagement hybride] ils ne devront pas patiner aussi loin avant de rendre leur décision. Auparavant, ils devaient pourchasser la rondelle jusque dans le fond de la zone pour s’assurer de voir qui la toucherait en premier. Mais maintenant, ils auront moins de distance à parcourir et pourront utiliser leur jugement plus rapidement. »

L’une des inquiétudes chez les joueurs opposés au dégagement hybride est que le juge de ligne prenne sa décision trop tôt, ce qui les amène à douter alors qu’ils vont à pleine vitesse.

« Trop d’hésitation », a indiqué l’ailier droit Steve Ott des Sabres de Buffalo au LNH.com.

« Je crois simplement que la zone grise est trop grande lorsqu’on se replie », a exprimé le capitaine des Maple Leafs de Toronto Dion Phaneuf au LNH.com. « Cela n’a rien à voir avec le travail des juges de ligne puisqu’il s’agit d’une nouveauté pour tout le monde, mais personnellement, j’aimais mieux l’ancienne méthode. »

Staal a noté que les joueurs pouvaient faire abstraction de cette zone grise et combattre leur hésitation s’ils fonçaient vers la rondelle comme ils le faisaient au temps de l’ancien règlement, tout en gardant à l’esprit qu’ils devront ralentir ou arrêter si le sifflet se fait entendre.

« Je pense que cette solution est meilleure que la course jusqu’au bout, a avoué Staal. Il en résultera par contre davantage de disputes avec les juges de ligne. »

L’entraîneur adjoint des Islanders de New York Doug Weight s’inquiète du fait que le dégagement hybride rend les attaquants, qui foncent vers la rondelle afin d’éviter un arrêt de jeu, aussi vulnérables que le sont les défenseurs avec le règlement actuel.

« Si notre attaquant devance le défenseur au point de mise en jeu, il s’agit toujours d’une course à pleine vitesse, mais cette fois, c’est le défenseur qui peut mettre l’attaquant en échec », a déclaré Weight au LNH.com.

L’entraîneur des Oilers d’Edmonton Dallas Eakins a appris à aimer le dégagement hybride lorsqu’il a été testé l’an dernier dans la Ligue américaine de hockey. Il a indiqué au NHL.com que la clé pour les juges de ligne était de : « bouger leurs pieds afin de suivre le rythme des marchands de vitesse ».

L’entraîneur des Capitals de Washington Adam Oates, qui a aussi observé le règlement être implanté dans la Ligue américaine de hockey (LAH) la saison dernière, a noté que le règlement était « excellent une fois que les arbitres s’y habituent ».

« Les défenseurs doivent tout de même patiner, mais la décision est prise plus tôt, a souligné Oates. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une très bonne règle. »

COURRIER DE ROSEN

Si la dispute contractuelle entre Derek Stepan et les Rangers se poursuit, quelles sont les équipes les plus susceptibles de lui présenter une offre hostile? -- Evan Weinberg, @Etwein_29:

Il ne faut pas s’éloigner beaucoup… les Islanders de New York! Le propriétaire Charles Wang devra toutefois accepter de dépenser cet argent. Stepan serait la solution des Islanders au centre du deuxième trio, ce qui permettrait à Frans Nielsen d’évoluer sur la troisième unité, où il risque de connaître plus de succès. En outre, l’offre devra être très généreuse si les Islanders souhaitent arracher un joueur aux Rangers. Les Sabres de Buffalo pourraient aussi être intéressés.

Des nouvelles concernant la prolongation de contrat de Jason Pominville? -- Scott Semenchuk, @ScottSemenchuk

Elle pourrait être annoncée très bientôt. Le directeur général du Wild du Minnesota Chuck Fletcher a déclaré à Michael Russo du Minneapolis Star-Tribune que les deux camps négocient, et que la bonne nouvelle est que Pominville souhaite rester et que le Wild souhaite le garder. Fletcher a indiqué qu’il n’est pas « inquiété outre mesure par l’échéancier », mais qu’il est sûr de pouvoir retenir Pominville au Minnesota.

Est-ce que les Hurricanes se sont suffisamment améliorés pour être considérés comme des aspirants à la Coupe Stanley cette année? -- David Short, @dshort_0610

La réponse courte est non. La réponse longue est que les Hurricanes de la Caroline devraient être en mesure de lutter pour une place en séries éliminatoires si leurs joueurs demeurent en santé, ce qui a toutefois été un important problème pour cette formation au cours des dernières campagnes. Même cette saison, le sort s’abat déjà puisque Joni Pitkanen sera absent toute l’année. Amener Ron Hainsey en renfort aidera, mais il est difficile de remplacer Pitkanen en raison du temps qu’il passe sur la patinoire et de son efficacité dans les trois zones.

À la suite des derniers mouvements dans la LNH, quelles équipes se sont selon toi le plus et le moins améliorées? -- Teresa A. D'Agostino, @MoshingMomma

Plus améliorée: Oilers d’Edmonton – Les ajouts d’Andrew Ference, de David Perron et de Boyd Gordon sont importants. Ference est un gagnant et un vétéran défenseur. Perron pourrait entreprendre la saison sur le premier trio. Gordon est l’un des centres les plus sous-estimés de la ligue. Il y a toujours des points d’interrogation devant le filet avec Devan Dubnyk, et les Oilers devront commencer la saison sans Ryan Nugent-Hopkins (opération à l’épaule), Sam Gagner (fracture de la mâchoire) et Denis Grebeshkov (aine).

Moins améliorée: Flames de Calgary – Je déteste m’acharner sur une équipe qui est déjà beaucoup critiquée, mais les Flames, qui ont terminé au 14e rang de l’Association de l’Ouest la saison dernière, n’ont pas apporté suffisamment de changements au cours de la saison morte pour espérer être meilleurs. Pire que cela, le gardien Miikka Kiprusoff a pris sa retraite et son remplaçant est Karri Ramo, qui a passé les quatre dernières années dans la KHL. Les Flames semblent être en reconstruction.

Si vous avez une question à laquelle vous souhaitez que Dan Rosen réponde, envoyez un tweet à @drosennhl. Le courrier sera une section hebdomadaire de cette rubrique.

L’entraîneur des Red Wings de Détroit Mike Babcock a simplement dit au LNH.com : « J’adore cela » lorsqu’il a été questionné au sujet du dégagement hybride. Le directeur général du Lightning de Tampa Bay Steve Yzerman a quant à lui répondu en disant : « Les joueurs semblent aimer cela, alors je suis en accord. »

Il n’est toujours pas facile d’évaluer combien de joueurs aiment le dégagement hybride, et si un assez grand nombre d’entre eux sont d’accord pour l’intégrer au livre des règlements.

« Notre représentant de l’AJLNH a demandé l’avis des joueurs [lundi] », a indiqué l’ailier gauche du Wild du Minnesota Zach Parisé au LNH.com, « et tout le monde a été impartial. »

Au service du sport dans un autre rôle

Walkom est comme tous les officiels, dans le sens où il préfère être sur la glace plutôt que dans un bureau. Cependant, comme les autres arbitres, il est heureux de pouvoir servir son sport, peu importe le rôle qui lui est confié.

C’est ce que Walkom fera cette saison à titre de directeur des officiels, un poste qu’il a déjà occupé de 2005 à 2009. Terry Gregson, qui avait pris la relève de Walkom en 2009, a annoncé sa retraite à la fin de la dernière campagne, et la LNH a demandé à Walkom de reprendre son ancien travail.

« Nous servons notre sport en tant qu’officiels », a déclaré Walkom au LNH.com. « Nous ne comptons pas de buts. Nous n’amassons pas de mentions d’aide. Nous n’appliquons pas de percutantes mises en échec à moins que ce soit accidentel. Et nous n’aimons surtout pas devenir un obstacle. Cependant, nous sommes au service de notre sport, et le meilleur endroit pour faire une différence, tous vous le diront, c’est sur la patinoire. Toutefois, que nous soyons sur la glace ou hors de celle-ci pour de gérer les officiels, être associé au plus haut niveau du hockey et aux meilleurs officiels au monde sur une base quotidienne, et de pouvoir les guider… c’est une chance unique. »

Phaneuf impressionné par le jeune

Morgan Rielly, le jeune défenseur de 19 ans des Maple Leafs, s’est déniché un fervent partisan au camp d’entraînement. Il s’agit du capitaine de l’équipe.

« Je crois que Morgan connaît un très bon camp, a admis Phaneuf au LNH.com. Il joue très bien pour un jeune de son âge. La chose qui m’a le plus sauté aux yeux est sa manière de passer la rondelle. Il distribue la rondelle comme un joueur de la LNH, et c’est quelque chose de très difficile à faire en sortant des rangs juniors, car le rythme est très différent de celui de la LNH. Il trouve une façon de faire des passes que très peu de joueurs juniors peuvent effectuer. »

Les Maple Leafs n’ont pas encore décidé si Rielly, leur choix de première ronde en 2012 (5e au total), amorcera la saison dans la LNH ou s’il retournera à Moose Jaw dans la Ligue junior de l’Ouest. Son âge l’empêche d’entreprendre la saison dans la LAH.

Un poste pourrait être disponible à Toronto pour Rielly si Cody Franson ne s’entend pas avec l’équipe bientôt.

Alzner donne son opinion sur la division Métropolitaine

Le défenseur des Capitals de Washington Karl Alzner n’a connu que la division Sud-Est depuis le début de sa carrière, et à en juger par les propos qu’il a tenus au cours du camp d’orientation de l’équipe olympique canadienne et plus tôt au camp d’entraînement, il ne semble pas croire que cette division représentait un défi assez grand pour son équipe.

Alzner ne s’attend pas à ce que ce soit encore le cas avec la division Métropolitaine cette saison. Les Capitals en font partie, tout comme les Penguins de Pittsburgh, les Rangers de New York, les Devils du New Jersey, les Islanders de New York, les Flyers de Philadelphie, les Hurricanes de la Caroline et les Blue Jackets de Columbus.

« Ce sera un énorme changement, et ce sera plus difficile pour nous, mais cela contribuera peut-être aussi à nous garder mieux préparés, et nous saurons davantage à quoi nous attendre en séries éliminatoires, a analysé Alzner. Je pense que cela forcera l’équipe à demeurer honnête pendant 82 parties. »

Les Capitals ont remporté le titre de la division Sud-Est à cinq reprises au cours des six dernières campagnes. Ils ont maintenu une fiche de 2-8-1 pour amorcer la dernière saison, mais ont tout de même été en mesure de combler le retard et être sacrés champions de la division.

Ici et là

* Était-ce avisé de la part du directeur général des Rangers Glen Sather d’utiliser des mots tels que « idiot » et des expressions comme « J’espère qu’il fera preuve de plus d’intelligence » et « il doit commencer à regarder les choses en face » alors qu’il commentait les négociations entre lui et le joueur autonome avec compensation Derek Stepan au cours de la retransmission de la partie préparatoire contre les Flames de Calgary sur les ondes de MSG Network lundi?

Nous le saurons très bientôt, mais il semble certain que Sather souhaitait court-circuiter l’agent de Stepan, Matt Oates, et envoyer un message au joueur de centre de 23 ans grâce aux médias. Sather et les Rangers doivent maintenant espérer que ces commentaires n’ont pas suffisamment contrarié Stepan et Oates pour pousser ces derniers à rechercher une offre hostile auprès d’autres équipes.

Bien que ces offres hostiles soient rares, il serait logique pour un directeur général qui possède de l’espace sous le plafond salarial, ainsi que dans son budget fixé à l’interne, d’approcher Stepan. Si l’offre hostile est assez élevée, elle pourrait faire mal aux Rangers, qui devront déjà effectuer une ou deux transactions afin de respecter le plafond salarial si Stepan accepte leur offre actuelle, qui serait de 6 millions $ pour deux ans.

Les Rangers seront déjà privés de Ryan Callahan et de Carl Hagelin pour amorcer la saison. Ils ont un peu plus d’une semaine pour s’assurer de ne pas devoir également se passer des services de Stepan.

* Il était important pour l’entraîneur des Blackhawks de Chicago Joel Quenneville de voir comment Brandon Saad pouvait se débrouiller au centre en matchs préparatoires, car cela lui a permis de constater que Saad est plus à l’aide à l’aile. Maintenant que cette expérience est terminée, Quenneville donnera à Brandon Pirri toutes les chances de mériter le poste de deuxième centre.

Pirri est un joueur de centre naturel, et il mérite sa chance, lui qui a terminé au premier rang des pointeurs de la LAH la saison dernière. Il a été blessé au début du camp d’entraînement, mais cela ne devrait pas l’empêcher d’avoir l’occasion de pivoter le deuxième trio des Blackhawks. Il a maintenant moins d’une semaine et une seule partie préparatoire pour impressionner Quenneville, ou ce dernier se tournera vers Michal Handzus, qui a fait du bon travail entre Patrick Sharp et Marian Hossa dans les séries éliminatoires l’an dernier.

Handzus n’est toutefois pas la solution à long terme sur le deuxième trio. Pirri, lui, pourrait l’être.

* Darren Helm (aine, dos) a commencé à patiner avec les Red Wings de Détroit mardi, mais il devra probablement amorcer la saison sur la liste des blessés à long terme afin de donner une certaine flexibilité financière aux Red Wings. Son salaire, qui compte pour 2,1 millions $ sous le plafond salarial, ne sera pas comptabilisé s’il est placé sur la liste des blessés à long terme. Il devra alors y demeurer pendant au moins dix rencontres et 24 jours.

Patrick Eaves (jambe), Jordin Tootoo (épaule) et Jonas Gustavsson pourraient tous entreprendre l’année sur la liste des blessés, ou la liste des blessés à long terme.

* Il semble que l’union entre les Blues de St. Louis et Brenden Morrow soit un mariage parfait.

Le directeur général des Blues Doug Armstrong mérite beaucoup de crédit pour avoir attendu et évalué son équipe au cours des quatre matchs préparatoires qu’elle a disputés avant d’accorder à Morrow un contrat d’un an d’une valeur de 1,5 million $. Morrow doit aussi recevoir des louanges pour avoir bien analysé sa situation, alors que le plafond salarial a diminué de près de 6 millions $ par rapport à la saison précédente, et il se joint à une équipe qui possède suffisamment de profondeur pour qu’il soit puisse connaître du succès.

Morrow est âgé de 34 ans et il n’a toujours pas atteint le plateau des 1 000 matchs en carrière. Il est loin d’être un joueur fini, mais les Blues ont pu l’avoir à rabais, et ils donnent ainsi une chance à un joueur affamé de prouver qu’il mérite un contrat de plusieurs saisons au cours de l’été.

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

 

La LNH sur Facebook