Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Varlamov, de l’Avalanche, enthousiaste de travailler avec Roy et Allaire

mardi 2013-09-24 / 12:13 / LNH.com - Nouvelles

Par Rick Sadowski - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Varlamov, de l’Avalanche, enthousiaste de travailler avec Roy et Allaire

DENVER – Comme un astucieux magicien ou un chef cuisinier, les athlètes professionnels peuvent hésiter avant de partager leurs secrets les plus précieux.

Du moins, c’est l’approche qu’a pris le gardien Semyon Varlamov, de l’Avalanche du Colorado, dont le travail avec le nouvel entraîneur des gardiens, François Allaire, commence déjà à rapporter dans les matchs préparatoires.

« Je travaille beaucoup avec François et je tente de faire les choses correctement, a déclaré Varlamov. Je ne peux dire ce que je fais [différemment], car je ne veux pas que les autres sachent comment je vais jouer. »

Après avoir atteint un sommet personnel en remportant 26 victoires en 2011-12, à sa première saison avec l’Avalanche, Varlamov a connu une mauvaise campagne en 2012-13, une campagne que lui et ses coéquipiers aimeraient bien oublier au plus vite.

Varlamov a connu des bons matchs, mais il n’a pas été constant derrière une défense poreuse et en recevant peu de support de l’attaque. Il a reçu entre 35 et 56 tirs huit fois et l’Avalanche a marqué en moyenne 2,09 buts par match à ses départs, la deuxième plus basse moyenne de la LNH pour un gardien. (Johan Hedberg, des Devils du New Jersey, est celui qui a reçu le pire support de ses coéquipiers avec une moyenne de buts de 1,84 à chacun de ses départs.)

Varlamov a présenté une fiche de 11-21-3 avec trois jeux blancs et une moyenne de buts accordés de 3,02 et l’Avalanche a terminé à l’avant-dernier rang de la ligue (16-25-7).

Maintenant, avec le membre du Temple de la renommée Patrick Roy comme entraîneur, et Allaire, qui a conseillé Roy à Montréal et l’actuel substitut de l’Avalanche, Jean-Sébastien Giguère à Anaheim, Varlamov tentera de se ressaisir et de mettre fin à la séquence du Colorado qui n’a pas participé aux séries éliminatoires au cours des trois dernières saisons.

Jusqu’ici tout va bien. Dans les deux matchs préparatoires contre les Ducks d’Anaheim, Varlamov a bloqué 59 des 62 tirs pour un pourcentage d’efficacité de ,952. Il a effectué 22 arrêts dans la défaite de 2-1 au Pepsi Center, mercredi dernier, mais les deux buts ont été marqués en avantage numérique. Il a par la suite bloqué 37 tirs, dimanche, dans la victoire de 2-1 au Honda Center.

Le Russe, âgé de 25 ans, travaille sur ses mouvements latéraux, et Roy a indiqué que Varlamov place sa mitaine un peu plus haut que par le passé dans le but de couvrir plus d’espace, mais c’est à peu près la seule chose que les gens vont s’apercevoir concernant la nouvelle technique de Varlamov.

« Je ne peux rien dire au sujet de mon style, a mentionné Varlamov. Je ne vous dirai pas comment je vais jouer cette saison. Ils veulent que je joue de façon un peu différente et je crois que ça va m’aider. »

Varlamov est enthousiaste d’avoir l’opportunité de jouer sous les ordres de Roy, son idole de jeunesse, d’Allaire, qui a été l’un des premiers adjoints embauchés par Roy et de Joe Sakic, le vice-président des opérations hockey de l’Avalanche.

« Je suis heureux des changements apportés, a-t-il affirmé. C’est très important pour moi d’avoir Patrick Roy comme nouvel entraîneur et François comme entraîneur des gardiens. Ils savent tous les deux comment remporter la coupe Stanley. Ils savent tous les deux comment aider les gardiens à s’améliorer. Ils ont tellement d’expérience. »

Varlamov et Giguère, qui a remporté la Coupe Stanley en 2007 avec les Ducks, se sont entraînés plusieurs semaines avec Allaire avant le début du camp d’entraînement.

« Je sais qu’il y a plusieurs points d’interrogation à Denver concernant Varly (Varlamov), a dit Roy. J’ai fait le trajet de Québec à Montréal en sa compagnie pour le voir s’entraîner avec François. Il s’est entraîné 14 jours avec Jiggy (Giguère) et François à Montréal. Il a passé environ une semaine avec François en Suisse. Il s’investit beaucoup, ce qui me fait croire qu’il mérite une chance de démontrer ce qu’il peut faire et nous allons lui donner cette chance. »

Varlamov a indiqué qu’il ne subit pas une pression additionnelle du fait qu’il en est à la dernière année de son contrat de trois ans d’une valeur de 8,5 millions $, une entente qu’il avait signé après avoir été acquis des Capitals de Washington le 1er juillet 2011 en retour de choix de première et de deuxième rondes.

Mais Varlamov réalise que c’est une saison importante pour l’équipe, autant que pour lui, avec Sakic et Roy à titre de dirigeants. Il espère aussi représenter la Russie aux Jeux olympiques 2014 qui seront présentés à Sotchi.

« C’est certain que je veux y participer, a-t-il lancé. C’est mon rêve de jouer en Russie lors de la présentation des Jeux olympiques. J’ai une grosse saison devant moi. »

Le fait de jouer pour un entraîneur intense et quatre fois champion de la Coupe Stanley comme Roy pourrait apporter beaucoup de pression à un jeune gardien, mais Varlamov se réjouit d’une telle opportunité.

« Je pense que c’est bien, a-t-il dit. Les rêves deviennent réalité. J’ai maintenant deux entraîneurs de gardien, François et Patrick Roy. Je suis enthousiaste et j’ai hâte que la saison commence. Peut-être que je pense encore trop sur la glace, peut-être pas trop, mais juste un petit peu trop dans les matchs à propos de ce que je fais de bien et ce que je fais de mauvais. Mais les matchs préparatoires servent à cela, à se préparer pour la saison. Le camp d’entraînement va bien jusqu’ici. »

Varlamov semble plus calme qu’à ses deux premières saisons au Colorado, en partie parce que son anglais est nettement meilleur.

« C’est certain que je suis plus à l’aise, a-t-il dit. Je connais mieux mes coéquipiers, je suis avec l’équipe depuis deux ans. Mon anglais s’améliore, ça ne peut qu’aider. C’est plaisant, j’ai appris mon anglais dans le vestiaire. Les premiers mots n’étaient pas de beaux mots. Je commence à comprendre de plus en plus. Mes coéquipiers m’ont beaucoup aidé. »

Roy s’est dit heureux de ce qu’il a vu de Varlamov (Giguère n’a pas encore disputé un match préparatoire) et il a fait savoir qu’il était à l’aise avec son duo de gardiens.

« Je n’ai jamais cru au principe de gardien no 1 et no 2, a déclaré Roy. Le gardien no 1 est celui qui joue et le gardien no 2 est celui qui est assis au bout du banc. Jiggy sera un bon partenaire pour Varly. J’ai déjà discuté beaucoup avec Jiggy. Je veux qu’il partage son expérience. Il le fera et j’en ferai autant.

« Varly travaille très fort et nous voulons être certains qu’il sera prêt pour les premiers matchs de la saison, a ajouté Roy. Il n’y a aucun doute que nous aurons besoin qu’il connaisse un bon début de saison. »

 

La LNH sur Facebook