Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 15 : Spezza et le deuxième trio parmi les questions à répondre chez les Sénateurs

    mardi 2013-09-24 / 7:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 15 : Spezza et le deuxième trio parmi les questions à répondre chez les Sénateurs

    LNH.com poursuit son aperçu de la saison 2013-14, qui comprendra une étude en profondeur des 30 équipes pendant tout le mois de septembre.

    Les Sénateurs d’Ottawa ont placé la barre haute la saison dernière en surmontant une série de graves blessures à leurs meilleurs joueurs pour s’avérer peut-être la surprise de l’année dans la LNH.

    Maintenant que tous ces joueurs sont en santé, la question que l’on doit se poser est de savoir si cette équipe n’a pas joué au-dessus de sa tête en atteignant la deuxième ronde des séries ou, au contraire, si ce n’était là qu’un avant-goût de ce qui nous attend cette saison avec une formation complète.

    « Le temps le dira, mais nous ne sommes plus une jeune équipe qui promet », a rappelé le nouveau capitaine Jason Spezza à LNH.com. « On s’attend à ce que nous passions à l’étape suivante. Nous avons ajouté Bobby [Ryan], [Clarke] MacArthur et [Joe] Corvo et ces gars-là devraient nous aider à franchir cette étape. C’est à nous de continuer à nous améliorer. »

    Voici trois facteurs qui pourraient déterminer à quel point les Sénateurs pourront s’améliorer cette saison.

    1. Quel impact sur le leadership aura le départ de Daniel Alfredsson?

    On ne surestimera jamais l’influence qu’avait la capitaine Alfredsson dans le vestiaire. Quand il s’est joint aux Red Wings de Detroit à titre de joueur autonome, les Sénateurs se sont retrouvés en terrain inconnu parce que tous les joueurs de cette équipe n’avaient connu que lui comme leader incontesté.

    Spezza a hérité du « C » sur son chandail et il ne prévoit pas que la transition sera difficile.

    « J’ai l’impression d’avoir été perçu comme un leader depuis quelques années, a-t-il confié. Je crois que le leadership est quelque chose qui vient naturellement et je pense être un leader naturel dans notre vestiaire. »

    Spezza pourra s’appuyer sur d’autres vétérans comme Chris Phillips, Chris Neil et Milan Michalek, mais le capitaine a toujours un fardeau supplémentaire. Le directeur général croit que Spezza est mûr pour le rôle.

    « Avec Jason, nous avons un gars qui s’est constamment amélioré, a-t-il déclaré. Il est passé d’un jeune joueur talentueux mais immature sur la glace à un homme qui a bien progressé. Il joue mieux, il est plus fort, il est plus engagé. On peut le voir juste par nos tests physiques, mais aussi par la maturité qu’il a acquise à l’extérieur de la patinoire. »

    2. Qui jouera dans le deuxième trio?

    L’entraîneur Paul MacLean a établi clairement que son premier trio pour entreprendre la saison sera formé de Spezza, Ryan et Michalek.

    Mais pour le reste, il n’y a rien de fixé.

    Le deuxième trio sera composé de Kyle Turris au centre et du nouveau venu Clarke MacArthur à gauche. Mais le mystère persiste quant à savoir qui sera l’ailier droit.

    Cory Conacher, Mike Hoffman, Mark Stone et Andre Petersson ont tous passé une audition depuis le début du camp d’entraînement, tout comme Mika Zibanejad, un centre naturel que l’on préfère à ce poste.

    Aucun de ces joueurs n’est ressorti du lot et MacLean a laissé entendre que l’audition pourrait se poursuivre une fois la saison commence.

    « Peut-être qu’il y aura une rotation, a-t-il dit. J’ai toujours cru que si deux joueurs parvenaient à avoir une bonne communication, le troisième pouvait changer selon les circonstances. Nous aimerions trouver quelqu’un de fixe, mais si ce n’est pas possible, nous sommes prêts à faire alterner différents joueurs. »

    Conacher est vraisemblablement le mieux placé compte tenu du temps qu’il a passé avec l’équipe et MacLean la saison dernière, mais si la saison commençait aujourd’hui, il lui faudrait être productif pour gagner son poste.

    3. Combien de matchs jouera Craig Anderson et pourra-t-il exceller autant que la saison dernière?

    Anderson a été solide comme le roc devant le filet des Sénateurs la saison dernière, gardant son équipe dans la lutte malgré toutes les blessures et les difficultés à marquer des buts.

    En théorie, il devrait avoir un peu plus de marge d’erreur cette saison parce que les Sénateurs ne devraient plus terminer au 27e rang pour les buts marqués. Mais pour le directeur général Bryan Murray, cela ne sera même pas nécessaire.

    « Je pense absolument qu’il peut répéter ce qu’il a fait », a-t-il déclaré à LNH.com. « C’est un jeune gardien, vraiment, il est athlétique, en bonne condition physique, il est vraiment fort. Mais sa plus grande qualité, je pense, est sa force mentale. Quand survient un problème, il a cette capacité de le laisser de côté et de passer à autre chose. Je crois qu’il sera un gardien de haut niveau pendant de nombreuses années encore. »

    La charge de travail d’Anderson ne dépendra pas seulement de son rendement, cela dit. Son auxiliaire Robin Lehner semble prêt à assumer plus de responsabilités. À 22 ans, il pourrait même être prêt à s’imposer dans la ligue, mais pour ce faire il devra jouer un nombre suffisant de matchs.

    Anderson a pris part à 63 rencontres en 2011-12, sa seule saison complète avec les Sénateurs. Si Lehner devait disputer la vingtaine d’autres matchs, il doublerait presque son total en carrière de 25 matchs. Mais peut-être qu’un partage plus équilibré pourrait mieux servir la cause des deux et donner aux Sénateurs le plus imposant tandem de gardiens de la ligue.

     

    La LNH sur Facebook