Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les Islanders excités par leur premier match à Brooklyn

dimanche 2013-09-22 / 18:37 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Compton - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Islanders excités par leur premier match à Brooklyn

BROOKLYN – Les Islanders de New York et leurs partisans ont fait comme à la maison samedi soir.

Leur nouvelle maison. Du moins, presque.

Neuf jours après qu’ils eurent amorcé leur camp d’entraînement en foulant la glace du Barclays Center pour la première fois, les Islanders étaient de retour dans l’aréna qui deviendra leur domicile dans deux ans.

Les hauteurs de l’amphithéâtre arboraient les quatre bannières de la Coupe Stanley des Islanders, quoique temporairement. Leur orgue était là. Roger Luce, leur annonceur maison, était là. Leur propriétaire, Charles Wang, était là et a participé à la mise en jeu protocolaire aux côtés de

Bruce Ratner, le visionnaire derrière le Barclays Center et l’homme responsable du retour d’une équipe de sport professionnel des ligues majeures à Brooklyn (les Nets de la NBA y ont emménagé il y a un an).

Une foule de 14 689 personnes a assisté au tout premier match de la LNH à être disputé dans cet arrondissement et a créé une ambiance incroyable. Ça n’avait rien d’un match présaison habituel.

« En présaison, tu ne vois pas de foules comme celle-là, a déclaré l’entraîneur des Islanders

Jack Capuano. La musique, l’ambiance… quand les gars ont sauté sur la glace, on pouvait le sentir. Il y avait un petit quelque chose, le même type d’atmosphère que lors de notre dernier match au [Nassau] Coliseum l’an dernier contre Pittsburgh (en séries éliminatoires). C’est exactement ce qu’on espérait.

« En espérant que les gens aient apprécié le match. Ils n’avaient jamais vu un match ici. Tout le monde a eu la chance d’entrer dans l’amphithéâtre. C’était une superbe soirée. »

Pour les partisans des Islanders, c’était l’occasion de tester les nouvelles installations, pour un soir seulement. Le Nassau Veterans Memorial Coliseum, le seul domicile des Islanders depuis leurs débuts en 1972, continuera de l’être jusqu’à la fin de la saison 2014-15.

Mais malheureusement pour ces partisans, ils sont repartis bredouille samedi soir alors que les Islanders se sont inclinés 3-0 face aux Devils du New Jersey. Une performance solide du gardien des Devils Cory Schneider (26 arrêts) et du jeu erratique du côté des Islanders, surtout sur le jeu de puissance (0 en 5), a coulé New York.

On devra donc attendre encore un peu avant de pouvoir répondre à la question « Qui est le premier joueur des Islanders à avoir marqué le premier but de l’histoire du Barclays Center? ».

Au lieu de cela, c’est l’attaquant du New Jersey Jacob Josefson qui a inscrit le premier filet dans cet amphithéâtre. Josefson a réussi à pousser une rondelle libre derrière Evgeni Nabokov avec 10:14 d’écoulées dans la rencontre après que le gardien des Islanders eut été incapable de contrôler le retour du lancer de la pointe d’Anton Volchenkov.

Patrik Elias a doublé l’avance des Devils à 4:49 de la deuxième période. Après une belle passe de Josefson, Elias a effectué un tir des poignets vif du cercle gauche pour faire 2-0. Steve Bernier a complété la marque en avantage numérique à 2:31 du troisième tiers.

Ce qui s’est produit samedi n’est évidemment que le début pour le hockey des Islanders à Brooklyn. Mais d’une certaine façon, il s’agit aussi du point culminant de tout le travail acharné effectué par Wang au cours de la dernière décennie. Après des années à tenter d’assurer la construction d’un nouvel amphithéâtre dans la région, Wang a accepté l’invitation de Ratner de plutôt amener l’équipe à Brooklyn, une distance d’une quarantaine de kilomètres à l’Ouest.

« Charles a tenté de faire quelque chose dans la région qui ne pouvait être fait, a dit Capuano. Il a gardé l’équipe a New York. On est très contents. Pour nos gars de venir pour une première séance d’entraînement et ensuite un match, sachant que tous les billets allaient être vendus et que la foule allait être incroyable, c’était super comme ambiance. »

Si samedi est une quelconque indication, les partisans des Islanders de la ville de New York et de Long Island suivront leur équipe à Brooklyn dans deux ans, quand l’organisation deviendra locataire à temps plein. L’accueil que les Islanders ont reçu lorsqu’ils ont sauté sur la patinoire en est la preuve.

« C’était bruyant, a indiqué le capitaine des Islanders, John Tavares. C’était bien de voir tout ce support, de voir une salle comble. Évidemment, on l’apprécie beaucoup. C’était bien d’être accueilli à bras ouverts ici. »

Pour l’instant, Brooklyn devra retourner en mode « attente ». Les Islanders disputeront leurs deux prochaines saisons au Coliseum, un amphithéâtre désuet d’après les standards d’aujourd’hui, mais rempli d’histoire. Les Islanders, qui ont remporté 19 séries éliminatoires de suite entre 1980 et 1984 – un record de la LNH –, ont soulevé trois de leurs quatre Coupes Stanley de suite sur la glace du Coliseum.

Avec deux ans à faire à Uniondale, ils aimeraient bien lui offrir un cadeau de départ.

« Nous sommes très excités par notre nouvel amphithéâtre, mais en même temps il nous reste encore quelques années à passer au Nassau, a mentionné l’ailier gauche Matt Martin. Ce serait super de gagner une Coupe ici avec toute l’histoire qui s’y rattache. Ce serait bien de gâter nos partisans avec une Coupe Stanley avant de déménager à Brooklyn. »

Menés par Tavares, les Islanders possèdent un noyau de jeunes et talentueux joueurs motivés à bâtir sur ce qu’ils ont accompli la saison dernière, lorsqu’ils ont mis fin à une disette de six ans sans prendre part aux séries et donné du fil à retordre aux Penguins de Pittsburgh avant de finalement s’incliner en six matchs en quarts de finale de l’Est.

New York voudra se nourrir de cette expérience au cours des prochaines années, en plus de peut-être ajouter un joueur autonome clé ou deux lors des deux prochains étés avant de quitter le Coliseum.

« Quand le temps sera venu, nous serons excités d’être ici », a dit Capuano.

À en juger l’atmosphère qui régnait au Barclays Center samedi soir, Brooklyn est tout aussi excitée de les accueillir.

 

La LNH sur Facebook