Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    À son premier camp professionnel, Sean Monahan est en mission

    jeudi 2013-09-19 / 7:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    À son premier camp professionnel, Sean Monahan est en mission

    LNH.com poursuit son aperçu de la saison 2013-14, qui comprendra une étude en profondeur des 30 équipes pendant tout le mois de septembre.

    Les besoins des Flames de Calgary au centre pourraient être la porte d’entrée de Sean Monahan vers la LNH cette saison.

    Les Flames ont gravement besoin d’un joueur de centre autour duquel ils pourront bâtir. Ils espèrent que ce joueur soit Monahan, repêché sixième au total lors de l’encan de 2013 et le centre d’attention lors de l’entrée en scène de Calgary au sein de la Classique des jeunes étoiles plus tôt ce mois-ci.

    Monahan a été le plus haut choix des Flames depuis qu’ils avaient sélectionné Rico Fata au sixième rang en 1998. Il n’a aucune intention de finir comme Fata, qui n’est jamais devenu le joueur que les Flames espéraient qu’il devienne et qui a passé au moins les six dernières saisons en Europe après avoir disputé 230 matchs dans la LNH.

    L’athlète de 18 ans (Monahan aura 19 ans le 12 octobre) a passé l’été à ajouter des muscles à sa déjà imposante carrure de 6 pieds 2 pouces. Il pesait 200 livres à son arrivée au camp des recrues ce mois-ci et a indiqué qu’il était déterminé à toujours être avec les Flames lorsqu’ils amorceront leur saison régulière contre les Capitals de Washington le 3 octobre.

    « Je travaille d’arrache-pied pour que ça devienne réalité », a dit Monahan de la possibilité de se tailler un poste au sein de l’équipe. « Je sais qu’il y a certaines choses sur lesquelles je dois travailler pour y arriver, mais j’ai dédié tout mon été à régler tout ça. J’étais dans le gymnase six jours par semaine pour travailler mon conditionnement, qui je sais est très important au niveau supérieur. Je me suis surtout concentré à faire de la musculation, ce qui a plutôt bien fonctionné puisque j’ai acquis beaucoup de masse musculaire depuis le repêchage. Sur la glace, je me suis concentré sur mon explosion et j’ai eu l’immense chance de travailler sur ça quand on a eu notre camp de développement plus tôt cet été.

    « Je sens que je me suis vraiment amélioré et que je suis un joueur plus raffiné que je l’étais il y a quelques mois. »

    Mais Monahan a fait plus que seulement se préparer physiquement. Il a aussi passé du temps à étudier attentivement les joueurs de centre qu’il affrontera s’il se taille un poste au sein de l’équipe au lieu de retourner à son équipe junior des 67’s d’Ottawa dans la Ligue de l’Ontario, où il a récolté 78 points en 58 matchs la saison dernière.

    Monahan n’a pas perdu beaucoup de temps pour trouver des moyens de justifier qu’il méritait bel et bien sa place avec les Flames. Il a patiné avec le vétéran attaquant Mike Cammalleri cet été et à nouveau au début du camp d’entraînement.

    « C’est un joueur qui joue avec la tête haute et qui voit bien la patinoire, a indiqué Cammalleri. C’est une qualité très utile à avoir si tu veux produire à ce niveau. Les équipes sont bonnes défensivement, et tu dois être en mesure de lire le jeu, de jouer avec la tête haute et de savoir où se trouvent tes coéquipiers. Il a démontré qu’il est capable de faire tout ça. »

    Monahan a obtenu du temps de glace dans toutes les situations possibles à Ottawa, et il sent qu’il sera en mesure de s’habituer aux systèmes de jeu de l’entraîneur Bob Hartley à Calgary à temps pour contribuer aux succès des Flames.

    « Ce sont de bons systèmes, et je devrai m’y habituer si je veux jouer à Calgary, a-t-il dit. Je peux m’adapter à différentes situations; c’est quelque chose que j’ai fait toute ma carrière. »

    Si le premier match professionnel de Monahan du 14 septembre est une quelconque indication, il a de très bonnes chances d’amorcer la campagne avec les Flames.

    « Ce sport est une question de détails et de dévouement », avait évoqué Hartley après la performance de Monahan contre les Oilers d’Edmonton. « Regardez les repêchages année après année. On voit beaucoup de choix de première ou deuxième ronde, très talentueux, qui malheureusement n’atteignent pas la LNH… ou, après quelques années, qui délaissent tout simplement le hockey. Beaucoup d’habiletés, mais ils ne comprennent pas ce qu’ils doivent faire pour être un bon professionnel.

    « Sean Monahan, lui, il comprend. Il est prêt à apprendre. Il s’est présenté en très grande forme. C’est assez rare pour un joueur junior de s’amener à son premier camp et d’être un des joueurs avec la meilleure condition physique. Habituellement, ils ont besoin d’une année pour y arriver. Je lève mon chapeau à Sean Monahan – il a bien fait. »

     

    La LNH sur Facebook