Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Le camp d’entraînement du Canadien a été inauguré dans la continuité

vendredi 2013-09-13 / 20:11 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le camp d’entraînement du Canadien a été inauguré dans la continuité

BROSSARD, Québec - Il y a à peine neuf mois, le Canadien de Montréal savait à peine ce que voulait dire le mot « continuité ».

Il avait peu de temps pour se préparer à une brève campagne de 48 matchs avec un nouveau directeur général, un nouveau personnel d’entraîneurs et quelques nouveaux joueurs. Même les vétérans ne savaient pas ce qui les attendait.

Quant à lui, le nouvel entraîneur-chef n’avait pas trop idée de ses combinaisons de trio.

Michel Therrien a finalement fait de petites merveilles et le Canadien a entrepris sa saison avec une fiche de 6-2-0 en route vers une deuxième place dans l’Association de l’Est.

Mais autant le camp d’entraînement de l’hiver dernier se déroulait dans l’inconnu, autant celui de cette fin d’été s’insère dans une continuité.

« Le camp de l’an dernier a été vraiment exigeant et une grande part du crédit revient aux joueurs parce qu’ils ont accepté ce qu’on a essayé de leur enseigner, a souligné Therrien. Il va falloir faire quelques ajustements, mais les joueurs apprécient notre style de jeu et nous n’allons pas tout bouleverser, seulement quelques modifications que la plupart ne verront même pas de l’extérieur mais qui devraient nous aider. »

Therrien a conservé les mêmes trios et les mêmes principaux duos de défenseurs au cours des deux premiers jours du camp d’entraînement, ce qui fournit une bonne indication de ce à quoi pourrait ressembler son équipe pour le match d’ouverture contre les Maple Leafs de Toronto le 1er octobre au Centre Bell.

« Je suis de ceux qui croient vraiment que les membres d’un même trio doivent s’habituer à jouer ensemble et je veux leur donner cette chance, a confié Therrien vendredi. J’ai d’autres idées, mais je garde cette vision. J’ai d’autres options si ça ne fonctionne pas. Mais on espère que ça va fonctionner… »

Pour les vétérans, c’est une évolution bienvenue.

En deuxième moitié de la saison dernière, Therrien pouvait miser sur quatre duos établis à l’avant et il s’y en est généralement tenu. Ils étaient constitués de Tomas Plekanec et Brian Gionta, David Desharnais et Max Pacioretty, Lars Eller et Alex Galchenyuk, et Ryan White et Travis Moen. Les ailiers Rene Bourque, Brendan Gallagher, Brandon Prust, ainsi que Michael Ryder et Colby Armstrong, partis depuis, alternaient.

Depuis le début du camp d’entraînement, Plekanec et Bourque jouent en compagnie de la recrue Christian Thomas tandis que Gionta se rétablit d’une blessure au biceps, le nouveau venu Daniel Brière accompagne Desharnais et Pacioretty, Eller et Galchenyuk sont complétés par Gallagher, White et Moen composent le quatrième trio avec Prust.

On est loin des trios imprévisibles de la saison dernière.

« Chaque fois que vous vous retrouvez avec des joueurs avec lesquels vous vous êtes bien entendus par le passé rend les choses plus faciles, a expliqué Eller. Tous les joueurs préfèrent ça et c’est une bonne façon de créer une bonne relation tôt dans la saison. »

Développer cette bonne entente est spécialement important pour le trio d’Eller.

Galchenyuk et lui ont fini la saison 2012-13 en force, totalisant 25 points au cours des 14 derniers matchs, une séquence heureuse qui a pris fin quand Eller a subi une fracture au visage dès le premier match de la série contre les Sénateurs d’Ottawa.

Le fait que ce dernier revienne au jeu à la suite d’une blessure et que les deux autres vont entreprendre leur deuxième saison dans la LNH a amené Therrien à les laisser ensemble au début du camp.

« Je ne voulais pas trop chambarder ce trio, a-t-il dit. Ils ont très bien joué ensemble en fin de saison et j’ai voulu les réunir pour leur confiance et leur permettre de retrouver cette bonne chimie qu’ils avaient. »

Pour un joueur comme White, voir cette combinaison de trios s’est avéré un réconfort. Il n’a jamais entrepris un camp d’entraînement de la LNH dans un trio établi et s’il ne tient pas son poste pour acquis, c’est au moins plus encourageant que ce qu’il a vécu par le passé.

« Je pense qu’il nous envoie le message que nous avons quelques jours pour nous préparer et prouver que nous sommes prêts, a-t-il déclaré. Nous savons tous qu’aucun poste n’est assuré, je dois me battre chaque année et je sais que des jeunes rongent leur frein en attendant leur tour. C’est plaisant de ressentir que l’entraîneur nous respecte et que le poste nous appartient à moins de le perdre. »

Les duos défensifs sont mois établis en raison de la grave blessure au genou subie par Alexei Emelin, mais Therrien a eu recours aux mêmes pairs durant les deux premiers jours du camp: P.K. Subban avec son vieux pote Josh Gorges, Andrei Markov et Raphael Diaz, et la nouvelle acquisition Douglas Murray au côté de Francis Bouillon.

Mais c’est à l’avant que la continuité est la plus apparente et Eller a une bonne idée pourquoi.

« C’était notre point fort la saison dernière, notre identité, à savoir trois trios capables de marquer, et nous étions vraiment efficaces à cinq contre cinq, a-t-il rappelé. Si nous pouvons poursuivre dans cette veine, cela va nous mener loin. »

À son camp d’entraînement précédent, le Canadien se cherchait une identité. Il a beaucoup progressé depuis, de sorte qu’il peut espérer peut-être aller encore plus loin cette saison.

 

La LNH sur Facebook