Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les Oilers ont fini de reconstruire, il est temps de gagner

vendredi 2013-09-13 / 16:09 / LNH.com - Nouvelles

Par Derek van Diest - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Oilers ont fini de reconstruire, il est temps de gagner

EDMONTON – Les Oilers d’Edmonton ne veulent plus être considérés comme une jeune équipe appelée à un brillant avenir.

Pour leur nouvel entraîneur Dallas Eakins, la période de reconstruction est complétée et le temps est venu d’afficher des résultats.

« Nous ne sommes pas en construction, nous ne sommes pas une jeune équipe, a-t-il insisté. Nous visons maintenant à gagner tous les soirs et c’est ce qu’on va tenter de faire.

« Nous ne pouvons aller de l’avant sans tenir compte du passé, mais cela dit, je me fous de ce qui s’est passé ici la saison dernière, l’année d’avant et l’autre année d’avant. C’est un nouveau départ, avec quelques nouveaux entraîneurs, de nouveaux joueurs et, le plus important, de nouvelles attentes. »

Les Oilers n’ont pas joué en séries depuis le septième match de la grande finale de 2006 (perdue 3-1 contre les Hurricanes de la Caroline). Depuis, ils ont terminé au tout dernier rang de classement général à deux reprises et profité de trois premiers choix de repêchage grâce à leur chance à la loterie.

À leur cinquième entraîneur en six ans, les Oilers parlent encore de passer à l’étape suivante.

« Il faut que nous accédions aux séries, a reconnu Sam Gagner. Nous avons connu notre part de défaites ici. Perdre vous aide à acquérir de la maturité, mais ce n’est jamais drôle. Notre noyau de joueurs est demeuré à peu près le même ces dernières années et nous avons beaucoup à prouver. Nous avons hâte de relever le défi et de nous battre pour une place en séries. »

Les Oilers n’ont apporté aucun changement majeur à la formation qui s’est classée 12e dans l’Ouest la saison dernière.

Ils ont échangé leur capitaine Shawn Horcoff, rapatrié le défenseur Andrew Ference et mêlé les cartes dans leurs deux derniers trios.

Les gros changements sont survenus au niveau de la direction. Le directeur général Steve Tambellini a été remplacé par l’ancien entraîneur Craig MacTavish et l’entraîneur Ralph Krueger a lui aussi été congédié après une seule saison derrière le banc.

« Il va y avoir du changement quand les succès ne viennent pas, a constaté Gagner. Nous n’en avons pas eu, nous ne sommes même pas passés proche. C’est important pour nous de réaliser que le temps est venu que ça change. On l’a dit avant et il s’agit de livrer la marchandise. »

Les Oilers misent sur l’expérience supplémentaire acquise par des jeunes comme Gagner, Jordan Eberle, Taylor Hall, Ryan Nugent-Hopkins, Nail Yakupov, Justin Schultz et Jeff Petry. C’est sur eux que repose la responsabilité de mener l’équipe aux séries.

« Je vois comme une bonne excuse d’être étiqueté comme une jeune équipe et cela nous permet de progresser, a noté Gagner. Mais c’est fait maintenant, nous avons traversé beaucoup d’adversité en groupe et il est temps d’aller de l’avant. Nous avons un bon mélange de vétérans et de jeunes joueurs et nous devons passer à l’étape suivante. Peu importe comment on nous étiquette, il faut gagner. »

Faire partie de la nouvelle division Pacifique en compagnie des Sharks de San Jose, des Kings de Los Angeles, des Ducks d’Anaheim, des Coyotes de Phoenix, des Canucks de Vancouver et des Flames de Calgary ne rendra pas la tâche facile. Sans compter que la pression de gagner sera encore plus forte.

« On atteint un point où on devient fatigué de se faire dire comment on va devenir une bonne équipe et on veut y arriver, a expliqué Eberle. La saison dernière a été difficile parce que j’estime que nous avions justement une bonne équipe et que nous avions une place en séries après la date limite des échanges, mais cette mauvaise séquence de six matchs nous a tués. Cela nous a motivé à travailler plus fort cet été et j’aime l’atmosphère dans le vestiaire, les gars ont hâte d’aller sur la glace. »

Les partisans des Oilers semblent avoir une attitude à la fois confiante mais prudente à l’aube d’une nouvelle saison, après avoir été régulièrement déçus ces dernières années.

« Pour être en ville, je sais que les gens sont excités, a noté Eberle. Ils l’ont été au cours des dernières saisons, mais celle-ci est particulière. À cause des changements apportés et du nouveau départ que nous visons. Les partisans méritent une meilleure équipe. On leur a causé bien des maux de tête et il nous faut livrer la marchandise, c’est aussi simple que ça. »

 

La LNH sur Facebook