Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Analyse : Le contrat de Kadri pourrait influencer les négociations des autres joueurs autonomes avec compensation

mercredi 2013-09-11 / 19:41 / LNH.com - Joueurs autonomes 2013

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Le contrat de deux ans que Nazem Kadri a signé avec les Maple Leafs de Toronto mardi prouve à nouveau que le directeur général du Canadien de Montréal Marc Bergevin a renversé la vapeur dans la LNH l’année dernière en tenant tête au clan du défenseur P.K. Subban. Les deux parties s’étaient finalement entendues sur un contrat dit de transition.

Avant que Subban paraphe une entente d’une valeur de 5,75 millions $, les jeunes joueurs en quête d’un deuxième contrat professionnel comme Drew Doughty, Taylor Hall, Jordan Eberle, Jeff Skinner et Tyler Seguin se voyaient offrir de lucratifs contrats à long terme même si leur pouvoir de négociation était plutôt limité.

À cette époque, les dirigeants de la LNH s’inquiétaient de plus en plus du fait que ce deuxième contrat transitoire, qui devait permettre aux jeunes de faire leurs preuves, était graduellement relégué aux oubliettes.

Bergevin est venu tout chambarder la saison dernière en faisant preuve de patience. Subban est resté chez lui pendant tout le camp d’entraînement et les six premières parties de la saison avant de finalement accepter un contrat de deux ans d’une valeur de 5,75 millions $ qui avantageait surtout l’équipe. Kadri, qui exigeait supposément un contrat du même genre que celui de John Tavares (six ans et 33 millions $), s’est assuré de ne pas manquer le camp d’entraînement et le début de la saison en apposant sa signature au bas d’une entente de deux ans d’une valeur de 5,8 millions $.

Comme Subban l’année dernière, Kadri, qui a récolté 44 points en 48 parties la saison passée, a maintenant deux ans devant lui pour prouver aux Maple Leafs qu’il peut évoluer au centre du premier ou du deuxième trio sur une base régulière. Ensuite, à 24 ans, il sera admissible à l’arbitrage salarial en tant que joueur autonome avec compensation, ce qui devrait lui assurer un salaire beaucoup plus élevé. Il deviendra agent libre sans restrictions à l’âge de 27 ans.

Subban a fait ses preuves la saison dernière en remportant le trophée Norris. Il pourra se prévaloir de l’arbitrage salarial s’il ne signe pas de prolongation de contrat cette année, mais lui et le Canadien devraient s’entendre sur une entente à long terme plus lucrative d’ici la fin de la campagne. Et ce nouveau contrat sera pleinement mérité.

Le cas Subban illustre aussi les risques qui peuvent entourer ce genre de contrat de transition. Subban devrait signer une entente à long terme plus payante que ce qu’il aurait accepté avant de gagner le Norris. Le Canadien a économisé à court terme, mais il pourrait payer le fort prix à long terme.

La question est donc de savoir quels impacts auront les ententes signées par Subban et Kadri sur les cinq principaux joueurs autonomes sans compensation toujours sans contrat.

Examinons un peu chaque cas ainsi que les différentes possibilités.

Cody Hodgson, Sabres de Buffalo

[NDLR: Hodgson a signé un contrat de six ans d’une valeur de 25,5 millions $ mercredi soir]

Le contrat de deux ans de Kadri devrait permettre d’abattre le mur qui s’est érigé pendant les négociations entre les Sabres et Hodgson. Les Sabres peuvent se tourner vers l’entente de Kadri et sa production offensive de la dernière campagne (10 points de plus que Hodgson en autant de matchs) pour affirmer à leur jeune joueur qu’il est inutile d’espérer plus que deux ans et 5,8 millions $.

Le contrat de Kadri est exactement le type de référence dont les Sabres avaient besoin. Hodgson perd encore plus de pouvoir de négociation à cause de cette entente.

Derek Stepan, Rangers de New York

La situation de Stepan avec les Rangers est différente à plusieurs égards.

Premièrement, le centre des Rangers, qui est lui aussi joueur autonome sans compensation, a fait ce que Kadri et Hodgson n’ont toujours pas réussi : il a fait ses preuves pendant trois saisons complètes (212 parties) dans la LNH. Il a été le meilleur marqueur de sa formation l’an dernier avec 44 points en 48 matchs, c’est-à-dire une production identique à celle de Kadri. Il a aussi disputé 37 parties en séries éliminatoires, alors que Hodgson en a joué 12 avec les Canucks de Vancouver et Kadri n’en a disputé que 7.

Deuxièmement, Stepan sait que les Rangers ont accordé un contrat de six ans d’une valeur de 28,2 millions $ à son bon ami et coéquipier, le défenseur Ryan McDonagh, plus tôt cet été. Si McDonagh est l’un des deux meilleurs arrières des Rangers et si Stepan est leur premier centre, pourquoi Stepan ne pourrait-il pas obtenir une entente comparable à celle de son ami?

La situation n’est pas aussi simple que ça pour Stepan, et ce, pour deux raisons :

1. McDonagh avait droit à l’arbitrage salarial cet été, car il avait signé son premier contrat à l’âge de 21 ans, alors que Stepan a signé le sien à 20 ans. Donc, ce droit conférait plus de pouvoir de négociation à McDonagh.

2. Les Rangers sont maintenant dans une situation financière précaire. Leur marge de manœuvre par rapport au plafond salarial n’est plus que de 2,2 millions $ selon Capgeek.com. Cela ne suffit pas pour signer Stepan et respecter le plafond salarial sans procéder à une transaction, rétrograder quelqu’un ou placer quelqu’un sur la liste des blessés.

Si les Rangers veulent dérouler le tapis rouge pour Stepan en lui offrant une entente de six, celui-ci devrait retarder de deux ans le moment où il pourrait devenir agent libre sans restrictions. Techniquement, il pourrait se prévaloir de ce statut à la fin de la saison 2016-17. Un contrat de transition permettrait aux Rangers de compter sur un joueur motivé et de mieux gérer leur masse salariale, mais Stepan aurait alors droit à l’arbitrage à la fin de l’entente.

Les Rangers préfèrent ne pas envisager un contrat de quatre ans, car Stepan pourrait devenir libre comme l’air à la fin de l’entente et il aurait alors le loisir de négocier à sa guise.

Cody Franson, Maple Leafs de Toronto

Le contrat de Kadri a une influence directe sur Franson puisque les Maple Leafs n’ont plus qu’environ 2 millions $ disponibles pour lui. Le directeur général Dave Nonis peut trouver des façons d’aller chercher quelques sous par-ci par-là, mais il ne pourra pas offrir beaucoup plus que 2,1 millions $ à Franson.

Franson, qui a empoché 1,2 million $ la saison dernière, a pris le quatrième rang des défenseurs du circuit avec 25 mentions d’aide. Il avait droit à l’arbitrage salarial cet été, mais il a choisi de ne pas s’en prévaloir. Il aura de nouveau droit à l’arbitrage s’il signe une entente d’un an et s’il signe un contrat de deux, il deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de celui-ci.

Alex Pietrangelo, Blues de St. Louis

Les Blues souhaitent que Pietrangelo demeure dans leur organisation pendant très longtemps, mais pour l’instant, ils ne semblent pas prêts à lui soumettre une offre lucrative et de longue durée. Comme Pietrangelo ne semble pas disposé à accepter un contrat de transition, les négociations entre les deux parties sont dans l’impasse.

Pietrangelo chercherait à obtenir une entente semblable à celle de Doughty (8 ans, 56 millions $). Et dans son cas, il peut facilement expliquer pourquoi il se compare à Doughty plutôt qu'à Subban. Comparativement à ce qu’avait fait Subban avant d’accepter son contrat de transition, Pietrangelo a accompli beaucoup plus de choses dans sa carrière.

Pietrangelo a disputé trois saisons complètes (224 parties) et il a amassé 121 points avec un différentiel de plus-25. Avant la dernière campagne, Subban avait disputé deux saisons complètes (160 parties) et récolté 76 points avec un différentiel de plus-2.

Cependant, tout comme Subban l’an passé, tout ce que Pietrangelo peut faire pour faire avancer les négociations, c’est de rester chez lui. Subban l’a fait pendant six rencontres l’année dernière avant de signer son contrat.

Le directeur général des Blues Doug Armstrong a affirmé que Pietrangelo jouera à St. Louis cette année, mais personne ne sait exactement à partir de quand.

Jared Cowen, Sénateurs d’Ottawa

Dans le cas des Sénateurs et de Cowen, deux options valables se présentent à eux, mais le joueur et son agent ne semblent pas encore être certains de la voie à choisir.

Un contrat de transition pourrait convenir aux Sénateurs puisque Cowen n’a participé qu’à 90 rencontres et il a encore beaucoup à prouver. Cependant, une entente à long terme semblable à celle paraphée par Travis Hamonic avec les Islanders de New York plus tôt cet été pourrait aussi être viable si les Sénateurs croient que Cowen peut être leur défenseur numéro deux derrière Erik Karlsson pendant le reste de la décennie.

Hamonic a accepté un contrat de sept ans d’une valeur de 27 millions $, ce qui repousse de trois ans son admissibilité au statut d’agent libre sans compensation. Hamonic a misé sur la sécurité et les Islanders, qui voient en lui leur défenseur numéro un, profitent de son salaire qui n’encombre pas trop leur masse salariale.

Si Cowen devait signer un contrat semblable, et c’est apparemment ce qu’il recherche, il repousserait de deux ans son admissibilité au statut de joueur autonome sans compensation. Si le salaire est raisonnable, ce type de contrat pourrait fournir une option relativement économique pour un joueur que les Sénateurs apprécient. Cowen opterait alors pour la sécurité et céderait un certain pouvoir de négociation pour l’avenir.

Mais tout revient à ce que Bergevin a fait avec Subban.

Les Rangers, les Blues et les Sénateurs doivent décider si offrir un contrat à long terme à un jeune joueur en vaut la peine et s’ils peuvent en soutirer de bonnes performances à un coût raisonnable.

La balle est dans leur camp et ils sont prêts à agir comme les Maple Leafs l’ont fait avec Kadri.

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook