Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Bruins ne manquent pas de motivation cette saison

lundi 2013-09-09 / 17:10 / LNH.com - Nouvelles

Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Bruins ne manquent pas de motivation cette saison

BOLTON, Mass. - La courte saison qui suit la conquête de la Coupe Stanley est un fardeau que chacune des 30 équipes de la LNH accepterait volontiers de subir.

Les Bruins de Boston, deux ans après avoir remporté la Coupe, ne sont toutefois pas dans cette situation alors qu’ils se préparent à l’ouverture du camp d’entraînement. En juin, ils ont été éliminés par les Blackhawks de Chicago lors du sixième match de la finale de la Coupe Stanley. Les deux équipes ont eu des émotions différentes pendant la saison morte. Les Bruins savent ce que vivront les Blackhawks cet automne, alors qu’on parlera beaucoup de leur victoire lors de différentes cérémonies ainsi que des effets secondaires de la Coupe Stanley dans la Ville des Vents.

Entre-temps, les Bruins, eux, ne seront qu’une équipe comme les autres sauf qu’ils auront eu moins de temps de repos que 28 autres équipes. Ils n’auront pas à composer avec le même genre de battage publicitaire qui avait entouré leur reprise des activités en 2011 après qu’ils aient battu les Canucks de Vancouver pour remporter la Coupe Stanley.

« Parce que ça ne s’est pas terminé comme on le voulait, c’est beaucoup plus facile d’oublier ça, n’est-ce pas ? », a dit l’entraîneur-chef des Bruins Claude Julien lundi avant le tournoi annuel de l’équipe au club The International.

Après que les Bruins eurent célébré pendant l’été qui avait précédé et vécu tout le faste et les événements qui sont associés aux champions en titre au début de la saison 2011-12, Julien et son personnel s’étaient assurés d’éliminer les séquelles mentales et physiques de leur triomphe de la saison précédente – plus de chapeaux, de vêtements ou de photos avec la Coupe.

Mais il ne sera pas nécessaire d’en faire autant avec la marchandise du titre des Bruins de l’Association de l’Est. En fait, des joueurs voudront cependant garder ces possessions pour se souvenir qu’ils n’ont pas été capables de compléter le travail et faire en sorte que ça leur rappelle la conquête de la Coupe Stanley.

« Je pense que ça devrait nous motiver beaucoup », a dit le joueur de centre Patrice Bergeron. « Chaque année quand on n’accomplit pas ce qu’on veut réussir, c’est toujours une motivation – une motivation additionnelle – qui devrait aider l’année suivante. Je pense que l’année précédente (en 2012), c’était différent de perdre lors de la première ronde. De toute évidence, c’était un sentiment différent et très amer sachant qu’on aurait pu se rendre beaucoup plus loin.

« L’an passé, on s’est rendu jusqu’au bout mais on a échoué à la toute fin. Et de toute évidence, je pense que ça fait encore plus mal parce qu’on était si près… Je pense qu’il est aussi très important de retrouver sa concentration. On ne peut pas trop penser à l’an passé, mais il est sûr qu’on peut utiliser ça comme une source de motivation. »

Il y avait aussi un bon côté à n’être plus qu’à deux victoires de la Coupe Stanley.

« Il faut continuer et retenir les aspects positifs de la dernière saison, a dit le défenseur Adam McQuaid. Quand on est aussi proche, il se produit beaucoup de bonnes choses. Et on se tourne alors vers la saison suivante et les possibilités qu’elle pourrait procurer. Espérons qu’on se rendra là et qu’on sortira gagnant cette fois-ci. »

Le tournoi de golf des Bruins a permis aux joueurs, au personnel d’entraîneurs et à la direction de l’équipe de se revoir pour la première fois depuis la finale de la Coupe Stanley. Bergeron et son coéquipier Gregory Campbell, qui évolue aussi au centre, sont deux joueurs étant en meilleure condition physique qu’au mois de juin.

Bergeron a indiqué qu’il est encore un peu endolori à la cage thoracique, mais qu’il est rétabli de sa perforation au poumon, de sa luxation à l’épaule et des blessures aux côtes qui l’avaient incommodé lors du sixième match contre les Blackhawks. Campbell patine depuis quelques semaines après un long été au cours duquel il s’est rétabli d’une fracture de la jambe subie lors de la finale de l’Association de l’Est. Les deux vétérans s’attendent à être en santé quand s’ouvrira le camp d’entraînement.

Les nouveaux-venus Jarome Iginla et Loui Eriksson ont profité de cette réunion pour s’imprégner de la culture des Bruins. Les deux joueurs patinent avec leurs nouveaux coéquipiers lors de séances informelles d’entraînement depuis plus d’une semaine. Au cours des dernières années, il était rare que des nouveaux-venus de ce calibre se retrouvent avec les Bruins. Le directeur général Peter Chiarelli a surtout gardé le même groupe de joueurs d’une saison à l’autre.

Cependant, différentes circonstances ont mené aux départs de Nathan Horton, Tyler Seguin, Rich Peverley et Andrew Ference. Iginla et Eriksson sont les joueurs de renom qui devraient les remplacer. De petits ajustements à la formation des Bruins pourraient être ce dont avait besoin l’équipe après avoir atteint la finale de la Coupe Stanley à deux reprises lors des trois dernières années.

« Il y a deux côtés à ça, a dit Bergeron. On n’aime pas nécessairement voir des gars partir. Et vous savez, cela dit, qu’on a de nouveaux gars, de nouveaux visages qui s’amènent et qui veulent gagner. Selon moi, ça aide assurément une équipe. Je pense qu’on voit la motivation dans les yeux de ces gars-là, et qu’on veut en faire autant soi-même quand on saute sur la glace. Je pense donc que c’est une bonne chose que ces gars-là soient avec nous. »

Même si son équipe ne s’est pas encore entraînée officiellement sur la glace, Julien souligne que ses joueurs qui sont de retour sont encore déterminés à réussir. Mais si les nouveaux joueurs peuvent les motiver encore davantage, l’entraîneur-chef accueille favorablement toute chose susceptible de produire une fin différente à celle de la saison dernière.

« Je pense aux gars que nous avions l’an passé, à ce qu’ils ressentaient dans le vestiaire, aussi en leur parlant maintenant, je sais qu’ils ont la volonté d’y revenir, a dit Julien. En amenant des gars, Iginla et Eriksson, qui n’ont jamais gagné et qui le veulent énormément, ça nous rend encore meilleurs. Ce sont des gars expérimentés qui savent comment faire pour être numéro un quand ce sera le temps. J’ai toujours dit qu’il faut jouer son meilleur hockey de la saison à ce moment-là pour y parvenir. Il faut s’assurer que ça se produise et une fois qu’on y est, ces gars-là avec de l’expérience et qui sont affamés, feront assurément de nous une meilleure équipe. »

Avec une équipe ayant une nouvelle apparence, si les Bruins jouent à la hauteur des attentes des joueurs, du personnel d’entraîneurs et de la direction, ils pourraient encore avoir à composer l’an prochain avec les nombreuses distractions qui suivent la conquête de la Coupe Stanley.

 

La LNH sur Facebook