Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Bowman a bâti une possible dynastie malgré les contraintes du plafond salarial

mercredi 2013-09-04 / 23:06 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Bowman a bâti une possible dynastie malgré les contraintes du plafond salarial

Après avoir été contraint de démanteler environ la moitié de l’alignement qui avait remporté la Coupe Stanley au cours de l’été 2010, le directeur général des Blackhawks de Chicago Stan Bowman a fait tout ce qui était en son pouvoir pour bâtir l’équipe qui pourrait devenir la première dynastie depuis l’avènement du plafond salarial.

« Il continue à conserver le noyau de l’équipe intact, et il a accordé de bons contrats », a expliqué à LNH.com l’analyste du NHL Network et ancien directeur général Craig Button. « Je crois que cette équipe pourra aspirer sérieusement à la Coupe Stanley pendant environ cinq, six ou sept ans. Les Blackhawks pourront-ils mettre la main sur deux, trois, quatre ou cinq championnats? Je ne le sais pas. Mais je sais par contre qu’ils sont en excellente posture pour y arriver. »

Après avoir observé Bowman manœuvrer adroitement pendant cet été de célébrations, il est difficile de contredire Button. Il manque au moins un championnat aux Blackhawks pour qu’il soit légitime de parler de dynastie, un concept qui semblait inimaginable au moment où le plafond salarial a été mis en place il y a huit ans.

La parité créée par le plafond salarial devait gêner les hommes comme Bowman dans leur tâche d’assembler des équipes championnes composées de jeunes joueurs à l’approche de leur apogée et de contrats imposants. Le plafond devait forcer les directeurs généraux à choisir qui allait rester et qui allait partir, provoquant ainsi des décisions déchirantes, et ramenant les meilleures équipes à la hauteur du peloton.

C’est ce qui est arrivé aux Blackhawks en 2010; ils n’ont pas passé la première ronde en 2011 ni en 2012.

Mais Chicago a remporté la Coupe Stanley à nouveau la saison dernière, et pourrait répéter cet exploit, peut-être même à plusieurs reprises, dans un avenir rapproché. Cette situation a été rendue possible puisque, alors qu’il devait laisser partir quelques joueurs en 2010, Bowman a identifié les joueurs qu’il jugeait irremplaçables, leur a accordé des contrats à long terme et a rebâti la profondeur de l’équipe avec des joueurs de soutien qui ont accepté des contrats plus modestes.

L’ailier droit Marian Hossa a d’abord accepté un contrat de 12 ans d’une valeur de 63,3 millions $ en juillet 2009.

L’ailier droit Patrick Kane, le centre Jonathan Toews et le défenseur Duncan Keith ont ensuite vu leur prolongation de contrat entrer en vigueur au début de la saison 2010-11. Kane et Toews ont signé des contrats de cinq ans d’une valeur de 31 millions $, alors que Keith a déjà disputé trois saisons d’un pacte de 13 ans qui lui rapportera 72 millions $.

La prolongation de contrat de cinq ans et 29 millions $ du défenseur Brent Seabrook a commencé en 2011-12, soit un an avant celle de l’attaquant Patrick Sharp, celle-là d’une durée de cinq ans et de 29,5 millions $.

Plus tôt cet été, l’ailier gauche Bryan Bickell a accepté une offre de quatre ans et 16 millions $, six jours avant de devenir joueur autonome sans compensation. Puis cette semaine, Bowman s’est assuré des services du défenseur Niklas Hjalmarsson et du gardien Corey Crawford en leur faisant signer des contrats d’une durée respective de cinq et six ans.

Dès 2014-15, Hjalmarsson empochera 4,1 millions $ par saison, soit une hausse de 600 000 $ par rapport à son salaire actuel. Crawford gagnera de son côté 6 millions $ par année en moyenne à compter de 2014-15, une augmentation colossale comparativement au salaire de 2,67 millions $ qu’il touchera cette saison. Le gardien a toutefois mérité le respect et la confiance de ses coéquipiers et de ses entraîneurs la saison dernière, alors que ses performances lui ont permis d’être considéré pour le trophée Conn Smythe et de mettre la main sur la Coupe Stanley.

À l’heure actuelle, 14 joueurs qui ont fait partie de l’édition championne de Chicago l’an dernier sont sous contrat pour au moins les deux prochaines saisons pour un total d’environ 59,7 millions $ selon le site Capgeek.com. De plus, les attaquants Andrew Shaw et Michal Handzus ont des ententes valides pour la prochaine campagne.

« L’un des éléments importants de notre plan est de déterminer quels joueurs sont essentiels à nos succès et de s’assurer qu’ils fassent partie de notre équipe pendant longtemps », a indiqué Bowman.

Pour que ce plan fonctionne, Bowman prend le pari que le plafond salarial continuera de grimper, mais comme le dernier lockout de la LNH appartient maintenant au passé, il ne s’agit pas davantage d’un pari que d’une hypothèse éclairée.

Le plafond salarial a augmenté chaque année entre 2005-06 et 2012-13. Il a été manuellement ramené à 64,3 millions $ pour la saison à venir en raison du lockout de l’an dernier.

« Traditionnellement, il a connu une hausse, a souligné Bowman. Si notre sport continue à croître de la même façon, le plafond devrait continuer à monter. Nous pourrions débattre toute la journée du montant de cette hausse, mais au bout du compte, il devrait augmenter. »

Si les revenus de la ligue augmentent au même rythme qu’avant le dernier conflit de travail, et que le plafond salarial remonte au dessus de la barre des 70 millions $, les Blackhawks ne devraient pas avoir de difficulté à respecter le plafond salarial pour les années à venir, et ce même lorsque Kane et Toews recevront une hausse de salaire après la saison 2014-15, eux qui touchent présentement 6,3 millions $ par saison.

La tâche de Bowman est facilitée par la pléiade d’espoirs des Blackhawks qui attendent leur tour. Button indique que les Blackhawks auront « l’embarras du choix » en parlant du groupe d’espoirs de Chicago, composé notamment du gardien Antti Raanta, des attaquants Brandon Pirri, Teuvo Teravainen et Mark McNeill, ainsi que des défenseurs Adam Clendening et Stephen Johns.

Les Blackhawks n’auront pas à mettre de pression sur eux.

« La chose la plus importante à propos de Stan est qu’il ne dépend pas de ce qui pourrait arriver, et qu’il ne pourchasse aucune option, a ajouté Button. Il a une approche très calculée. Trop souvent, les directeurs généraux pourchassent des joueurs. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le plafond salarial va grimper, alors [les contrats de] Toews et de Kane deviendront, je ne veux pas dire plus faciles à régler, mais disons qu’il lui sera certainement possible de s’entendre avec ces deux joueurs. »

Peu importe comment fluctuera le plafond salarial, la situation des Blackhawks n’est pas inquiétante pour au moins les deux prochaines campagnes, surtout que le premier contrat de l’attaquant Brandon Saad se terminera après la saison 2014-15.

Bowman pourra s’attaquer dès l’été prochain au défi de s’assurer que Toews et Kane demeurent à Chicago pour le reste de leur carrière, car ils seront alors admissibles à une prolongation de contrat, et qu’il aura alors une meilleure idée du montant de la hausse du plafond salarial. Par la suite, il pourra s’occuper du cas de Seabrook, dont le contrat prendra fin après la saison 2016-17.

Les contrats de Sharp, Hossa, Bickell, Keith, Hjalmarsson et Crawford expirent tous après cette date.

« Ils ont prouvé qu’ils pouvaient gagner, a noté Bowman. Ce sont des gagnants. »

Et ils pourraient également tous faire partie d’une dynastie.

 

La LNH sur Facebook