Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Prédiction de l’équipe olympique américaine

    samedi 2013-08-31 / 12:14 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Il n’y avait pas de trios ni de duos de défenseurs à analyser plus tôt cette semaine lorsque USA Hockey a réuni 48 joueurs à Arlington, Virginie, en guise de préparation pour les Jeux de Sotchi.

    Le directeur général David Poile a fait une révélation étonnante dès le début: aucun des joueurs invités est né avant le 22 février 1980, le jour du Miracle on Ice à Lake Placid quand une bande d’étudiants américains a battu la meilleure équipe au monde venue de Russie.

    Les joueurs de l’équipe américaine à Sotchi seront plus vieux que ceux de 1980 mais devraient néanmoins être parmi les plus jeunes du tournoi olympique. Ce qui ne veut pas dire que l’expérience fera défaut: 16 des 48 joueurs invités en Virginie portaient le chandail américain aux Jeux de Vancouver en 2010.

    Ces joueurs ont fait partie de la transition de la vieille garde qui avait gagné la Coupe du Monde en 1996 et la médaille d’argent aux Jeux de 2002 à Salt Lake City. Ils constitueront cette fois le noyau d’une équipe dont on s’attend à ce qu’ils soient aussi les leaders.

    La situation est claire à quatre mois de l’annonce de la sélection officielle: les Américains sont forts devant le filet et en attaquants complets, mais manquent de joueurs d’élite au centre et sont incertains à la défense, où Poile et ses adjoints pourraient avoir des décisions difficiles à prendre.

    Voici à quoi pourrait ressembler la formation américaine à Sotchi en février.

    L’ÉQUIPE AMÉRICAINE DE COREY MASISAK

    GARDIENS

    Jonathan Quick, Los Angeles

    Son CV est sans appel. À moins d’une baisse de forme subite ou d’une blessure, il sera devant le filet le 13 février contre la Slovaquie.

    Ryan Miller, Buffalo

    Miller est peut-être le choix le plus évident parmi les autres gardiens, mais il est peu probable qu’il soit le numéro un. Quoique s’il pouvait recréer sa magie de 2010 d’ici la sélection…

    Jimmy Howard, Detroit

    Presque à égalité avec Craig Anderson. Et Cory Schneider n’est pas loin derrière, handicapé par son temps de glace. Howard devrait pouvoir compter sur une meilleure brigade défensive à Detroit et il a joué comme une star durant les dernières séries.

    ATTAQUANTS

    Zach Parisé, Minnesota

    Il n’est pas facile de prévoir la composition des trios à ce stade-ci, mais Parisé devrait jouer à gauche dans le premier.

    Dustin Brown, Los Angeles

    … Brown aboutirait donc dans le deuxième, ou le troisième trio.

    David Backes, St. Louis

    S’il reste en santé, c’est une valeur sûre. Mais sa position demeure un mystère. Il peut jouer à l’aile ou au centre et aboutir dans n’importe quel des trois premiers trios.

    Ryan Kesler, Vancouver

    Kesler doit confirmer qu’il est en santé. Si oui, il appartient à cette équipe et devrait se retrouver au centre d’un des trois premiers trios.

    Patrick Kane, Chicago

    Le gagnant du trophée Conn Smythe jouera à droite dans un des deux premiers trios et l’autre ailier sera...

    Phil Kessel, Toronto

    … Kessel! Kane et lui sont vus comme des joueurs capables de faire pencher la balance dans un match.

    Ryan Callahan, Rangers de New York

    Callahan, lui, devrait se retrouver à droite dans un des deux autres trios. Un trio avec lui et Brown, plus Backes ou le joueur qui suit dans cette liste, ne serait pas facile à affronter.

    Joe Pavelski, San Jose

    Comme Backes, il pourrait être utilisé au centre ou à l’aile. Avec Kesler, il a toujours été parmi les meilleurs aux mises en jeu chez les Américains, même si son taux de réussite a fléchi la saison dernière.

    Bobby Ryan, Ottawa

    Sa production offensive a diminué un peu en 2012-13, mais il est presque assuré d’un poste et pourrait se retrouver à gauche dans le deuxième ou troisième trio, l’autre poste revenant à Brown.

    Derek Stepan, Rangers de New York

    Stepan est peut-être le moins réputé des cinq joueurs qui pourraient jour au centre, mais il pourrait tout aussi bien se retrouver dans le premier trio.

    Paul Stastny, Colorado

    Stastny n’a pas connu une grande saison en 2012-13, mais il a été drôlement impressionnant au Championnat du monde. Cette performance, plus ce qu’il a déjà accompli dans un chandail de l’équipe des États-Unis et son statut comme un des cinq meilleurs joueurs de centre américains devraient lui valoir d’être invité à Sotchi.

    James van Riemsdyk, Toronto

    C’est un gros joueur qui manque peut-être encore un peu de rapidité, ce qui sera un critère à considérer au moment des sélections finales.

    Max Pacioretty, Montréal

    Ce poste pourrait aussi être celui de T.J. Oshie. Ce sont deux joueurs différents et le choix pourrait se faire selon les besoins. Les deux pourraient aussi être sélectionnés de préférence au candidat surprise qui suit.

    Alex Galchenyuk, Montréal

    C’est un acte de foi. Il n’est pas un des 14 attaquants attendus en septembre mais s’il connaît une deuxième saison dans la LNH à la Tyler Seguin ou Steven Stamkos, les États-Unis pourraient être tentés de recourir à ce jeune attaquant talentueux et rapide qui a beaucoup d’expérience sur les grandes surfaces.

    DÉFENSEURS

    Ryan Suter, Minnesota

    Le défenseur numéro un.

    Ryan McDonagh, Rangers de New York

    Déjà une vedette en puissance, il pourrait améliorer ses statistiques offensives sous la direction d’Alain Vigneault à la place de John Tortorella.

    Kevin Shattenkirk, St. Louis

    Si les Canadiens sont un peu à court du côté gauche à la défense, chez les Américains le problème se pose à droite. Shattenkirk est probablement le plus sûr d’être retenu parmi les droitiers.

    John Carlson, Washington

    Ses statistiques offensive se sont ressenties du fait que Mike Green et Alex Ovechkin monopolisent la pointe en avantage numérique, mais il a très bien fait pour les Capitals à forces égales, même lorsque accompagné d’un défenseur moins qualifié, ce qui ne sera pas le cas à Sotchi.

    Jack Johnson, Columbus Blue Jackets

    Son CV dans un chandail d’une équipe nationale américaine est une bonne indication qu’il fera partie de l’équipe olympique.

    Keith Yandle, Phoenix

    Yandle a marqué 44 buts depuis le début de la saison 2009-10, soit plus que n’importe quel autre défenseur américain. Aucun autre défenseur dans cette liste, à l’exception du dernier, n’est reconnu avant tout comme un franc-tireur.

    Paul Martin, Pittsburgh

    Son poste pourrait tout aussi bien revenir à son coéquipier Brooks Orpik, qui était à Vancouver en 2010, ou à un autre qui lance de la droite comme Justin Faulk, Zach Bogosian ou même Seth Jones. Martin passe devant Orpik parce qu’on veut mettre l’emphase sur la rapidité sur les grandes patinoires olympiques.

    Dustin Byfuglien, Winnipeg

    Byfuglien est un choix peut-être trop évident pour être considéré le 25e. Il ne jouera peut-être pas 20 minutes par match sur une grande patinoire mais il peut certes être ce septième défenseur qui va seconder Suter en avantage numérique ou encore aller se planter devant le gardien adverse.

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    Detroit mène la série 1-0
    vs.
    Montréal mène la série 2-0
    vs.
    Pittsburgh mène la série 1-0
    vs.
    New York mène la série 1-0
    vs.
    Le Colorado mène la série 1-0
    vs.
    St. Louis mène la série 1-0
    vs.
    Anaheim mène la série 1-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook