Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30 : La grosse question à Pittsburgh concerne Fleury

    jeudi 2013-08-29 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : La grosse question à Pittsburgh concerne Fleury

    Les Penguins avaient rassemblé la plus belle collection de talents de la LNH mais un point d’interrogation important subsistait à Pittsburgh avant le début des dernières séries éliminatoires, et il concernait le gardien de but.

    Et pour une deuxième année de suite, Marc-André Fleury en a arraché. Mais cette fois, les Penguins avaient un bon plan B et Tomas Vokoun les a aidés à se rendre jusqu’en finale de l’Association de l’Est. Et rendus là, c’est leur spectaculaire attaque qui a fait faux bond aux Penguins, humiliés en quatre matchs par les Bruins de Boston.

    Les Penguins ont toujours une attaque qui fait peur et ils ont vu à se renforcer en défense au cours de l’été. Fleury et Vokoun sont toujours là, et la pression sera sur celui qui devra faire mieux en séries s’il veut demeurer un gardien de concession.

    « C’est un peu comparable à la situation de Matt Cooke il y a quelques années quand tout le monde disait que nous devions nous débarrasser de lui », a rappelé le directeur général Ray Shero. « Nous avons travaillé avec lui et il a accepté de changer. Il a fait ce qu’il fallait faire et je crois vraiment qu’il est devenu un joueur utile et productif. Marc-André devra (aussi) répondre aux questions à son sujet par ses performances sur la glace. »

    Voici la question évidente à son sujet, plus cinq autres auxquelles les Penguins devront trouver des réponses s’ils veulent gagner la Coupe Stanley une première fois en cinq ans.

    1. Quelle direction prendra Fleury à la croisée des chemins?

    Vous voulez une statistique étonnante? Fleury a eu 28 ans la saison dernière et a remporté 249 victoires en saison régulière dans la LNH. Martin Brodeur, le meneur de tous les temps, a eu 28 ans durant les séries de l’an 2000, et il avait 242 victoires à sa fiche.

    La différence, bien sûr, demeure les séries. Depuis qu’il a gagné la Coupe Stanley en 2009, Fleury a accédé aux séries à quatre reprises et n’a jamais affiché un taux d’arrêts supérieur à ,900, atteignant le fond du baril à ,833 il y a deux ans et enchaînant avec une pauvre moyenne de ,883 en cinq matchs disputés le printemps dernier.

    Plutôt que de chercher le meilleur moyen de s’en départir au plus vite, les Penguins vont essayer de retrouver le gardien qui a conservé un taux d’arrêts de ,933 en 2008 et s’est posé comme un mur face aux Red Wings de Detroit lors des sixième et septième matchs de la finale de 2009.

    « Ma décision de le garder a d’abord été prise parce que c’est vraiment difficile de trouver un gardien. Alors de s’en débarrasser ou de racheter son contrat, O.K. c’est une réaction, mais par qui je vais le remplacer ?, a expliqué Shero. À 28 ans, il n’y a pas un gardien dans la ligue qui a gagné autant de matchs que lui ces quatre dernières années, ces trois dernières années, ces deux dernières années. Il a gagné plus que quiconque et il faut commencer par gagner des matchs pour accéder aux séries.

    « Pour Marc, il s’agit de franchir les étapes nécessaires pour s’améliorer. Il arrive à un moment important de sa carrière, cela ne fait aucun doute. Il y a encore des aspects de son jeu qu’il peut améliorer et sur lesquels il peut se concentrer. C’est sur quoi on va continuer de travailler avec lui. Il est sérieux quand il dit qu’il veut s’améliorer et il devra le faire. »

    Fleury aura un nouveau coach en 2013-14, Mike Bales à la place de Gilles Meloche. Et après avoir perdu les services du défenseur à caractère défensif Rob Scuderi il y a quatre ans, les Penguins ont finalement comblé le vide qu’il avait laissé… en le réengageant.

    Il y aura beaucoup d’attention portée sur celui qu’on surnomme « Flower ». Et après la saison qui vient, il ne restera plus qu’une année à son contrat, ce qui devrait rendre la tâche aux Penguins plus facile s’ils veulent l’échanger ou racheter son contrat. D’un autre côté, Fleury pourrait négocier une prolongation de contrat s’il retrouve le niveau d’un gardien classé dans le premier tiers de la ligue.

    « Marc-André n’est pas celui qui était devant le filet à la fin de notre saison et c’est pourquoi on pose des questions, a déclaré l’entraîneur Dan Bylsma. Nous pensons qu’il sera cette saison le même gardien que la saison dernière, ou qu’il y a deux ou trois ans, et qu’il va gagner un tas de matchs. Il va en gagner 38, 39, 40 ou 41 pour nous, ça ne fait aucun doute, c’est ce que je crois et c’est ce qu’on attend de lui. Tomas aussi va nous aider. Nous n’allons pas utiliser Marc-André pendant 70 rencontres, Tomas aura à jouer de gros matchs lui aussi.

    « La question qu’on me demande concerne les prochaines séries, parce que je sais ce qui va se passer en saison régulière. C’est quelque chose à quoi Marc-André est confronté cet été, un problème qu’il va devoir régler, on n’attendra pas en avril. On va aborder le sujet immédiatement avec Marc, en fait c’est déjà commencé, et cela va se poursuivre au camp d’entraînement et tout au cours de la saison. »

    2. À quoi va ressembler le nouveau troisième trio et pourrait-on ajouter plus de profondeur à l’attaque?

    Matt Cooke et Tyler Kennedy sont partis au Minnesota et à San Jose après avoir fait partie du troisième trio pour le plus gros des cinq dernières saisons. Quand Jordan Staal était sur place, cela donnait même un des meilleurs troisièmes trios dans la LNH.

    Brandon Sutter sera le centre du nouveau troisième trio, mais ses ailiers pourraient être déterminés au camp d’entraînement. Jussi Jokinen pourrait être l’un d’eux. Il a bien fait en remplacement de Sidney Crosby à son arrivée de la Caroline et il est un joueur polyvalent.

    Dustin Jeffrey pourrait en être un autre. Il a été inséré dans la formation de façon sporadique ces dernières années. Une autre possibilité pourrait être un des joueurs autonomes engagés à prix modique, avec Matt D’Agostini comme candidat le plus probable. Un jeune espoir pourrait aussi mériter un poste.

    « Nous avons Brandon Sutter et Jussi Jokinen, a rappelé Bylsma. Ces deux-là vont jouer un rôle important. Puis nous avons un neuvième attaquant, un 10e, un 11e…, je ne veux pas dire que tous ces postes sont disponibles mais il y a de la place pour de la compétition. Ça pourrait être un ailier gauche ou un ailier droit, ou encore un jeune joueur. Ça pourrait être D’Agostini. Il possède des habiletés et a connu des bonnes années dans cette ligue. »

    3. Qui sera le sixième attaquant?

    Les cinq premiers attaquants sont déjà connus et le sixième complètera vraisemblablement un trio avec Evgeni Malkin et James Neal. Le favori pour occuper ce poste recherché est Beau Bennett, qui ne sera pas éligible de peu au titre de recrue de l’année parce qu’il a disputé 26 rencontres en 2012-13.

    « Ce sera assurément le cas au camp d’entraînement, a confié Bylsma. Il y a quelques autres possibilités, mais Beau est un gars qui, d’après moi, pourrait connaître une excellente saison. Il a un fort quotient intellectuel pour le hockey, un fort sens du jeu avec la rondelle. Il peut vraiment faire des jeux. »

    4. Où se situe Simon Després dans la brigade défensive?

    Després a été un choix de première ronde en 2009 et il a toujours été en tête de liste des espoirs des Penguins à la défense. Il a pris part à 33 matchs la saison dernière, mais à seulement trois dans les séries.

    Il devrait disputer sa première saison complète dans la LNH. Il pourrait se retrouver au côté de Letang dans le premier duo ou avec Matt Niskanen dans le troisième. Le talent et le potentiel sont là mais on peut en dire de nombreux jeunes espoirs qui cognent à la porte des Penguins.

    « Simon est passé par un processus d’apprentissage ces dernières années en ce qui concerne le jeu défensif et l’importance d’être fiable et solide dans son territoire, a raconté Bylsma. C’est un gros joueur et il peut patiner, se défendre et jouer physiquement. Il a le talent pour faire des jeux, faire une première passe. Il peut ajouter beaucoup d’éléments à son jeu. Je pense qu’il a appris à être constant et à jouer dans son territoire dans cette ligue. Il est plus que capable de s’imposer et de nous aider dans quelque rôle que ce soit. »

    5. Qui jouera un plus grand rôle en désavantage numérique?

    Cooke a été un des meilleurs joueurs des Penguins en désavantage numérique au fil des années, le deuxième attaquant le plus utilisé la saison dernière. Douglas Murray a quant à lui été le quatrième défenseur le plus utilisé à la suite de son acquisition.

    Tous deux sont partis et Scuderi est un candidat évident à l’arrière. À l’avant, Jokinen a rempli ce rôle la saison dernière en Caroline. Joe Vitale pourrait aussi être utilisé plus souvent en plus d’être le centre du quatrième trio.

    6. Les Penguins vont-ils recommencer à marquer des buts?

    Oui.

    Parce qu’ils ont les joueurs pour le faire.

    Les Penguins ont marqué à profusion en saison régulière et au cours des deux premières rondes éliminatoires. Tirer des conclusions après une léthargie de quatre matchs serait une erreur.

    Les Penguins auront encore une des meilleures machines offensives de la LNH en 2013-14. C’est prévenir les buts contre, spécialement de la part des gardiens, qui déterminera leur sort.

     

    La LNH sur Facebook