Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30 : Le jeu de puissance est un point d’interrogation chez les Rangers

    mardi 2013-08-27 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Tal Pinchevsky - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Le jeu de puissance est un point d’interrogation chez les Rangers

    Sur papier, les Rangers de New York semblaient une fort bonne équipe la saison dernière. Ils ont fini la saison en force, survivant à de nombreuses blessures pour se classer deuxième de la division Atlantique avant d’éliminer en première ronde des séries des Capitals de Washington qui traversaient pourtant une période très fructueuse.

    Mais les Rangers n’ont pas fait le poids en deuxième ronde contre les Rangers de New York, s’avouant vaincus en cinq matchs. Cette élimination a fait ressortir des lacunes en attaque au sein d’une équipe bourrée de joueurs étoiles, ce qui a éventuellement coûté son poste à l’entraîneur John Tortorella.

    Alain Vigneault est maintenant en charge, après avoir échangé son poste avec Tortorella à Vancouver, et ce sera à lui, entre autres, de trouver les réponses à six questions qui se posent à une équipe parmi les meilleures sur papier.

    1 – Comment l’offensive va réagir avec un nouvel entraîneur?

    Avec des joueurs solides à l’arrière et un des meilleurs gardiens au monde en Henrik Lundqvist, la défense devrait de nouveau être un point fort. Mais l’offensive étouffait par moments dans le système très discipliné de Tortorella. On espère donc que Vigneault redonne du pep à une attaque menée par Rick Nash.

    Les Canucks de Vigneaut se sont classés parmi les cinq premières équipes de la LNH pour le nombre de buts marqués au cours des trois dernières années, menant même la LNH en 2010. Il va y avoir une période d’adaptation à New York mais le fait que les Rangers comptent sur plusieurs bons vétérans comme le capitaine Ryan Callahan devrait favoriser la transition.

    « J’ai toujours pensé que le capitaine est une arme dans les mains de l’entraîneur et qu’il doit faire passer son enseignement aux joueurs et vice-versa, c’est-à-dire faire connaître l’opinion des joueurs à l’entraîneur, a expliqué Callahan. C’est ce genre de relation que nous devons établir (avec Vigneault). C’est quelque chose sur quoi nous allons travailler à mesure que je vais apprendre à le connaître. »

    2 – Chris Kreider et J.T. Miller vont-ils se développer?

    Toute la saison dernière, on s’est demandé comment bien utiliser les deux meilleurs espoirs offensifs de l’équipe sans retarder leur développement.

    Kreider avait été impressionnant lors des séries 2012, mais il n’a marqué qu’un but à ses 13 premiers matchs de la saison 2012-13 et il a été envoyé dans la Ligue américaine de hockey (LAH) avant d’être rappelé au cours du dernier mois de la saison. Il a été laissé de côté à l’occasion durant les séries mais a semblé se retrouver contre les Bruins, assurant la seule victoire des Rangers grâce à un but en période supplémentaire.

    Miller, le 15e choix du repêchage de 2011, a excellé au Connecticut et avec l’équipe américaine gagnante de la médaille d’or au Championnat mondial de hockey junior. Rappelé par les Rangers en février, il a marqué deux buts à son premier match à domicile mais n’a pas trouvé le fond du filet à ses 24 matchs suivants et est retourné dans la Ligue Américaine. On s’attend à ce que Kreider et lui s’établissent définitivement à New York cette saison.

    3 – Les Rangers se remettront-ils d’un premier mois exigeant?

    Aucune autre équipe n’aura à affronter un calendrier aussi difficile en début de saison. Pendant qu’on complètera les dernières rénovations au Madison Square Garden, les Rangers iront disputer leurs neuf premiers matchs sur la route. Ce fut un peu semblable en 2011, au début des rénovations, quand les Rangers ont disputé leurs sept premiers matchs à l’étranger et ils s’en étaient sortis avec une fiche de 3-2-2.

    Cette situation inhabituelle pourrait être aggravée par l’absence de quelques joueurs importants. Callahan et Carl Hagelin, un autre attaquant, relèvent d’opérations à l’épaule et pourraient devoir rater les premières semaines de la saison. Le défenseur Marc Staal, lui, a entrepris un programme de réhabilitation mais on ne sait toujours pas si la grave blessure à un œil subie en mars va affecter son jeu.

    4 – Brad Richards pourra-t-il se ressaisir?

    Les choses auraient difficilement pu aller plus mal pour Richards à sa deuxième année d’un contrat de neuf ans et 60 millions $. Il a très bien entrepris la saison au centre d’un trio prometteur entre Marian Gaborik et Rick Nash, mais cette première semaine d’activités aura été le fait saillant de sa saison.

    Sa production a diminué progressivement mais il a fini en force en quand on l’a réuni à Mats Zuccarello, une addition de fin de saison, pour les deux dernières semaines du calendrier. Il a complété sa saison en cumulant 11 points (5-6) à ses six derniers matchs, mais il est disparu dans les séries, limité à un but en 10 rencontres avant d’être laissé de côté pour les deux derniers matchs contre les Bruins.

    On a pensé que les Rangers pourraient racheter son riche contrat, mais on a choisi de le garder avec l’espoir qu’il retrouve ses moyens.

    5 – Pourra-t-on améliorer le jeu de puissance?

    Les Rangers avaient des lacunes évidentes en attaque mais aucune n’a été plus claire que leur jeu en avantage numérique. A chacune des deux dernières saisons, le jeu de puissance des Rangers s’est classé 23e avec un taux de réussite de 15,7 pour cent. Cette faiblesse est devenue carrément troublante avec une moyenne de 9,1 pour cent en séries.

    Tortorella a testé plusieurs joueurs au poste de quart-arrière, passant de Richards à Derick Brassard, mais rien n’y fit.

    Vigneault a façonné un des meilleurs jeux de puissance de la ligue à Vancouver et on espère bien qu’il fera profiter sa nouvelle équipe de son expertise.

    6 – La fenêtre est-elle en train de se fermer?

    Les Rangers ont fait signer une prolongation de contrat de quatre ans à Ryan McDonagh au cours de l’été et ils ont fait l’acquisition des attaquants Dominic Moore et Benoit Pouliot au marché des joueurs autonomes. Mais on aura à prendre de graves décisions l’été prochain, qui pourraient influencer la suite des événements.

    Plusieurs joueurs importants pourront obtenir leur autonomie en 2014 et les pressions seront fortes pour qu’on les garde tous. On parle notamment de Callahan, Brassard et Brian Boyle chez les attaquants, de Dan Girardi et Anton Stralman à la défense, ainsi que des deux gardiens, Lundqvist et Martin Biron.

    Kreider, Zuccarello et le défenseur Michael Del Zotto auront droit au statut de joueur autonome avec restrictions s’ils ne signent pas de nouveaux contrats.

    S’il semble impossible de garder tout ce monde, il y a au moins un joueur, et pas le moindre, qui ne se voit pas déménager ailleurs.

    « J’adore ça ici. Je crois que le plus important est qu’on se parle déjà, a dit Lundqvist. Il n’y a pas de pression à régler ça tout de suite. »