Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30 : Les Blue Jackets ont besoin que Gaborik retrouve sa touche de marqueur

    samedi 2013-08-24 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Les Blue Jackets ont besoin que Gaborik retrouve sa touche de marqueur

    Les espoirs des Blue Jackets de Columbus de participer aux séries éliminatoires pourront être atteints si Marian Gaborik répète ses performances offensives survenues lorsque l’année de la saison commence par un chiffre impair.

    Gaborik connaît une séquence de saisons pour le moins magique quand les années commencent par un chiffre impair. En 2007-08, 2009-10 et 2011-12, il a marqué au moins 41 buts, amassé au moins 76 points et présenté un différentiel de plus-15 en ne ratant pas plus de six matchs par saison. Mais les saisons suivantes, il n’a pu faire mieux que 13, 22 et 12 buts au cours de campagnes qui ont été marquées par des blessures et de l’instabilité.

    Après une saison qui commençait par un chiffre impair (2011-12), au cours de laquelle il a inscrit 41 buts et mené les Rangers de New York à deux victoires de la finale de la Coupe Stanley, la campagne 2012-13 – qui commençait par un chiffre pair –, a été moins bonne pour lui. Gaborik a subi une opération à une épaule après le parcours des Rangers dans les séries du printemps 2012. Et malgré le long repos en raison du lock-out, il n’a jamais retrouvé sa touche, a été la cible des critiques de l’entraîneur John Tortorella et a été cédé aux Blue Jackets à la date limite des échanges de la LNH, quand il n’a pas imposé sa clause de non-échange.

    Gaborik, âgé de 31 ans, a procuré aux Blue Jackets un peu plus de mordant à l’attaque, en marquant trois buts et en totalisant huit points en 12 matchs disputés en fin de saison alors que l’équipe effectuait une remontée qui s’est avérée vaine pour participer aux séries. Mais sa volonté de lever sa clause de non-échange et de se joindre à une équipe qui n’a participé aux séries qu’une seule fois dans toute son histoire a impressionné l’entraîneur Todd Richards, tout comme ce qu’il a fait sur la patinoire.

    « Il voulait se joindre à nous, a dit Richards à LNH.com. Le fait d’acquérir [Gaborik] et de faire signer un contrat à Nathan Horton (qui était joueur autonome) démontre que nous sommes sur la bonne voie. »

    L’attaquant Brandon Dubinsky, un coéquipier de Gaborik avec les Rangers avant d’être échangé aux Blue Jackets, l’été dernier, a déclaré que le triple marqueur de 40 buts était prêt à lever sa clause de non-échange car il pouvait voir que l’équipe s’en allait dans la bonne direction.

    « Cette place est devenue une destination, a dit Dubinsky à LNH.com, Et je pense que [Gaborik] a pu s’apercevoir de cela avec les joueurs qui compose cette équipe. Nous sommes contents qu’il ait accepté de se joindre à nous. »

    Cette saison, les Blue Jackets pourront compter sur Gaborik dès le début de la saison complète de 82 matchs, et Richards a hâte de voir ce qu’un Gaborik en santé peut faire. Gaborik a subi une opération au cours de l’été pour soigner une blessure abdominale, mais il est supposé être rétabli à temps pour le camp d’entraînement.

    « Nous sommes enthousiastes de l’avoir pour une saison complète, a dit Richards. On a vu un peu de ce qu’il était capable de faire. Il a apporté une menace offensive à notre équipe. Je le qualifie de joueur de trois zones, il peut s’emparer de la rondelle dans notre territoire, la transporter et aller marquer un but, soit en raison de sa vitesse ou avec son excellent tir. Il peut démarrer si rapidement. »

    À son mieux, Gaborik est l’une des grandes menaces offensives de la ligue et l’un des joueurs les plus difficiles à contrer. Il est le genre de joueurs dont les habiletés attirent les adversaires, laissant ainsi ses coéquipiers libres.

    « J’ai découvert qu’en raison de sa vitesse et de sa menace en zone offensive, les adversaires trichent un peu plus avec lui ou reculent un peu plus dans leur territoire, a analysé Richards. Ça crée plus d’espace, nous pouvons donc jouer un style plus offensif.

    « Dans un match, je l’ai vu foncer sur un défenseur et l’attaquant qui se repliait croyait qu’il y avait un danger et il est allé aider son coéquipier. Cela a libéré un de nos joueurs, Gaborik lui a fait une belle passe et nous avons marqué un but. Pour moi, c’est ce qu’il nous offre. »

    Et c’est exactement ce que les Blue Jackets ont besoin. Columbus a terminé au 25e rang de la LNH pour les buts marqués la saison dernière et a raté les séries éliminatoires même s’il alignait le gagnant du trophée Vézina en Sergei Bobrovsky. Une autre belle saison du gardien de 24 ans pourrait être gâchée et les espoirs des Blue Jackets pourraient s’évanouir si Gaborik ne retrouve pas sa touche magique.

     

    La LNH sur Facebook