Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30 : Les Blue Jackets sont remplis d’optimisme pour 2013-14

    samedi 2013-08-24 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Les Blue Jackets sont remplis d’optimisme pour 2013-14

    Pour une équipe qui n’a participé qu’aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley qu’une seule fois depuis son entrée dans la LNH en 2000, les Blue Jackets de Columbus sont extrêmement optimistes alors qu’ils se préparent pour leur première saison dans la nouvelle section Métropolitaine de l’Association de l’Est nouvellement aménagée.

    C’est fantastique ce qu’une belle fin de saison peut faire.

    Les Blue Jackets ont passé très près de se qualifier pour les séries éliminatoires, la saison dernière. Ils ont terminé à égalité avec le Wild du Minnesota en huitième place de l’Association de l’Ouest, mais ils ont été éliminés au bris d’égalité (Columbus a totalisé 19 victoires en temps réglementaire, trois de moins que Minnesota). La majorité de leurs 55 points ont été accumulés dans les deux derniers mois du calendrier de 48 matchs. Les Blue Jackets ont présenté un dossier de 20-5-3 après février, eux qui avaient connu un début de saison de 4-12-4.

    « Il y a beaucoup d’excitation », a dit l’entraîneur en chef, Todd Richards à LNH.com. « On attend beaucoup de la prochaine saison. Il y a vraiment de l’effervescence. Tout le monde veut parler de hockey, alors que ce n’était pas le cas auparavant. Cela est dû de la façon que nous avons terminé la saison, sans oublier le repêchage, où nous avons sélectionné à trois reprises en première ronde, le fait d’avoir fait signer un contrat au joueur autonome Nathan Horton et que nous avons fait signer des nouveaux contrats à Sergei Bobrovsky et au joueur de centre Artem Anisimov. Il y a plusieurs choses positives qui sont survenues et il y a une vraie, une véritable excitation ici. »

    La principale raison pour le redressement et l’optimisme autour de l’équipe a été les performances de Bobrovsky, acquis des Flyers de Philadelphie à l’été 2012. Le Russe, âgé de 24 ans, a obtenu sa chance quand Steve Mason a continué à avoir des difficultés devant le filet. Il a disputé assez de matchs pour remporter le trophée Vézina à titre de meilleur gardien de la LNH quand il a terminé avec une fiche de 21-11-6, une moyenne de buts de 2,00 et un taux d’efficacité de ,932. Il a été à son mieux dans les dernières semaines de la saison, présentant un dossier de 8-1-0 en neuf départs, alors qu’il n’a accordé que 15 buts.

    Le fait de gagner le trophée Vézina a été évidemment un grand exploit pour Bobrovsky, mais Richards prétend que l’honneur a reflété sur toute l’organisation.

    « Quand un joueur gagne l’un des principaux trophées, c’est tout un exploit pour une franchise, a dit Richards. Sergei a connu une grande saison. Il a bien fait individuellement, mais on a oublié de souligner le travail des joueurs devant lui. Il a fait des arrêts spectaculaires et je crois que la plupart des gardiens de la ligue en font pendant une saison, mais je considère que ses coéquipiers ont très bien joué devant lui. »

    Les Blue Jackets ont fait signer un contrat de deux ans à Bobrovsky cet été, et il devra prouver qu’il peut en faire autant pendant une saison complète de 82 matchs; le seul substitut de l’organisation avec une quelconque expérience de la LNH est Curtis McElhinney, âgé de 30 ans. La saison dernière, McElhinney a joué avec les Falcons de Springfield, le club école des Blue Jackets dans la Ligue américaine de hockey (LAH). En 69 matchs dans la LNH avec quatre équipes, il a conservé une fiche de 19-26-4 avec une moyenne de 3,10.

    « Il était très important pour notre franchise que nous gardions nos droits sur Bobrovsky, a dit Richards. Ce fut une grosse nouvelle pour notre équipe, une grosse nouvelle pour la ville que le meilleur gardien de la dernière saison soit de retour avec nous. »

    Le centre Brandon Dubinsky, qui entreprendra sa deuxième saison à Columbus, n’a aucun doute que Bobrovsky peut répéter ses performances de la dernière saison.

    « Je ne pense pas qu’il soit l’un de ces joueurs qui connaissent qu’une seule bonne saison, a dit Dubinsky à LNH.com. Il a une bonne éthique de travail. Je ne pense pas qu’il ait un gars dans la ligue avec qui j’ai joué ou que j’ai affronté qui travaille plus que lui. Il a la même concentration que Lundqvist (Henrik, le gardien des Rangers). Il possède tout ce que ça prend pour être un gardien d’élite; avec son éthique de travail, il n’y a aucune limite pour lui. Avec un tel gardien, on peut bâtir une équipe. »

    La signature du contrat de Bobrovsky a été l’un des deux événements majeurs survenus chez les Blue Jackets cet été. L’autre a été l’acquisition de l’ailier Nathan Horton, qui a remporté la Coupe Stanley avec les Bruins de Boston en 2011. Horton a terminé au deuxième rang de l’équipe durant les dernières séries éliminatoires avec 19 points et il a mené tous les joueurs avec un différentiel de plus-20. Le gros attaquant a signé un contrat de sept ans d’une valeur de 37,1 millions $ avec les Blue Jackets à titre de joueur autonome le 5 juillet. Il ne sera pas disponible au début de la saison car il a subi une opération pour soigner une épaule, mais Horton, en plus de Marian Gaborik, qui a été acquis en fin de saison, procurera aux Blue Jackets une force de frappe sur le flanc droit.

    Horton a indiqué que l’une des raisons pour laquelle il s’est entendu avec les Blue Jackets, une équipe qui n’était habituellement pas une destination préférée des joueurs autonomes, c’est qu’il croit que l’équipe va dans la bonne direction avec le président des opérations hockey John Davidson, le directeur général Jarmo Kekalainen et Richards.

    « Je veux apporter ce que je peux à l’équipe », a dit Horton après avoir signé son contrat. « Je veux marquer des buts, batailler pour la possession de la rondelle, amener la rondelle au filet comme le fait un attaquant de puissance. Mais je ferai tout ce qu’il faut, tout ce que l’entraîneur me demandera peu importe où je suis utilisé. Je serai heureux de faire tout cela, car je veux participer aux séries éliminatoires, comme tout le monde.

    BLUE JACKETS DE COLUMBUS

    Ajouts: AD Nathan Horton, AD Jack Skille, G Jeremy Smith

    Départs: G Michael Leighton

    Agents libres: D Adrian Aucoin, AG Vinny Prospal, C Colton Gillies

    Principaux espoirs: D Ryan Murray, C Boone Jenner

    « Je crois que nous formons une équipe pour atteindre notre but. C’est l’une des raisons pour laquelle nous sommes si enthousiastes. Il y une effervescence et je la ressens depuis que je suis ici. »

    Selon Richards, le fait qu’un joueur comme Horton accepte de jouer à Columbus indique que la franchise est dans la bonne direction.

    « C’est le signe que nous sommes sur la montée, a-t-il dit. Avant cette année, Columbus n’était pas une place privilégiée par les joueurs. Il aurait pu se joindre à n’importe quelle autre équipe de la LNH, mais il a choisi de venir ici. »

    Les Blue Jackets espèrent que Gaborik continuera sur sa tendance en 2013-14. Au cours des six dernières saisons dont les années commencent par un chiffre impair, Gaborik a marqué au moins 40 buts, a totalisé au moins 76 points et a présenté un différentiel de plus-15. Gaborik a inscrit trois buts et récolté huit points en 12 matchs après avoir été acquis des Rangers de New York lors de la date limite des échanges. Mais depuis son entrée dans la LNH, il a cependant marqué 30 buts ou plus sept fois, ce qui procure aux Blue Jackets le genre de joueurs qu’ils ont perdu quand Rick Nash a été échangé aux Rangers l’été dernier.

    Gaborik est l’un des cinq ex-Rangers au sein de la formation. Le défenseur Tim Erixon et les joueurs de centre Anisimov et Dubinsky sont arrivés dans l’échange impliquant Nash. Ce dernier est le meneur de tous les temps de la franchise au chapitre des buts. L’expérimenté défenseur Fedor Tyutin, lui, a passé les cinq dernières saisons avec les Blue Jackets.

    Tyutin et Jack Johnson, acquis des Kings de Los Angeles en février 2012, ont formé un solide duo, ce qui pourrait aider à l’arrivée du jeune Ryan Murray, le deuxième choix au repêchage 2012 de la LNH. L’an dernier, une blessure à l’épaule qui a nécessité une opération lui a fait perdre ses illusions de décrocher un poste à l’âge de 18 ans. Il a fait savoir qu’il était complètement rétabli et il est désireux de démontrer ce qu’il peut faire.

    « Je me sens très bien, a-t-il dit à LNH.com. Mon épaule va bien. Au printemps, j’étais dans l’entourage de l’équipe, j’ai pu faire de la rééducation et j’ai assisté à plusieurs matchs. J’ai appris beaucoup en regardant les joueurs se préparer, combien ils sont sérieux et combien ils travaillent fort.

    « Mon but est de faire partie de la brigade défensive de l’équipe la saison prochaine. C’est à moi de gagner mon poste, mais c’est certainement mon objectif. »

    Les Blue Jackets auront besoin d’une très bonne saison de Gaborik et de Horton après avoir terminés au 24e rang de la ligue au chapitre de l’attaque, la saison dernière. Mark Letestu a mené les Blue Jackets avec 13 buts, et Anisimov a été le seul autre joueur des Blue Jacket encore dans la formation à dépasser le plateau des 10 buts.

    Richards prétend que les ajouts de Gaborik et de Horton devraient procurer aux Blue Jackets un élan qui leur permettra de se qualifier pour les séries éliminatoires dans l’Association de l’Est.

    « Nous avons acquis deux joueurs qui ont démontré qu’ils pouvaient marquer des buts dans ce calibre », a-t-il dit.

    La bonne fin de saison des Blue Jackets a enthousiasmé les partisans de l’équipe qui n’ont jamais vu leurs favoris remporter un match éliminatoire. Richards a dit qu’il peut ressentir l’excitation, mais l’une de ses taches sera de faire en sorte que les attentes ne soient pas trop élevées pour une équipe dont la seule participation aux séries remonte à 2009.

    « Avec toutes les bonnes choses qui sont survenues au cours de l’été, les attentes sont plus élevées, a admis Richards. Les amateurs s’attendent à plus. Nous devons franchir une autre étape, nous avons avancé de deux étapes la saison dernière, on ne peut faire un pas en arrière. »

     

    La LNH sur Facebook