Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30 : Ward et le rendement du premier trio sont parmi les questions chez les Hurricanes

    vendredi 2013-08-23 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Ward et le rendement du premier trio sont parmi les questions chez les Hurricanes

    Les Hurricanes de la Caroline avaient passé un été occupé en 2012, faisant l'acquisition de Jordan Staal et Alexander Semin, mais ont néanmoins raté les séries pour une quatrième année consécutive et pour la sixième fois en sept ans depuis qu'ils ont gagné la Coupe Stanley en 2006.

    Une combinaison de blessures et de mauvais rendements peut expliquer leurs déboires de la saison dernière, qui les a vus passer du premier rang de la division Sud-Est au début de mars au 13e rang de l'Association de l’Est à la fin du calendrier,

    Comment donc les Hurricanes vont-ils réussir à offrir un rendement plus constant qui leur permettrait de se classer pour les séries? Les réponses aux six questions suivantes pourraient nous en fournir une bonne indication.

    1. Cam Ward peut-il rester en santé?

    Le 3 mars, les Hurricanes ont battu les Panthers de la Floride 3-2 mais ont perdu les services de Ward en deuxième période, victime d'une grave blessure au genou gauche. Le gardien n'a plus joué de la saison et les Hurricanes n'ont gagné que sept de leurs 27 dernières rencontres.

    Ward n'a que 29 ans mais il avait pris part à 68 matchs et plus dans quatre des cinq saisons précédentes, ce qui implique beaucoup d'usure.

    Les Hurricanes ont engagé Anton Khudobin, qui a présenté une fiche de 9-4-1 à Boston la saison dernière, mais Kirk Muller s'attend à retrouver un Ward en santé et affamé.

    « Je pense que comme le poste de gardien de l'équipe olympique canadienne semble vraiment ouvert, il va vouloir démontrer qu'il peut être le numéro un », a déclaré l'entraîneur des Hurricanes à LNH.com. « Il a beaucoup à prouver. Il veut revenir sur la carte comme un des meilleurs. »

    2. La défense pourra-t-elle tenir le coup?

    En bonne partie à cause des blessures, les Hurricanes ont eu recours à 12 défenseurs en 2012-13, à égalité pour le deuxième plus grand nombre dans la LNH, et seulement quatre ont pris part à au moins 40 matchs. Les conséquences ont été évidentes puisque les Hurricanes ont été la deuxième équipe ayant concédé le plus de buts (151), avec la deuxième pire moyenne (3,31).

    Le directeur général Jim Rutherford a effectué des changements à la défense, faisant l'acquisition d'Andrej Sekera via un échange et de Mike Komisarek au marché des joueurs autonomes. Joe Corvo n'a pas obtenu de nouveau contrat même s'il a été le meilleur compteur parmi les défenseurs, et quelques autres n'ont pas été invités à revenir.

    Ryan Murphy, un choix de première ronde en 2011, devrait jouer un rôle important cette saison après avoir disputé quatre matchs lorsque rappelé d'urgence en 2012-13, et d'autres jeunes parmi Michal Jordan, Austin Levi,le québécois Danny Biega et Tommi Kivisto pourraient mériter un poste.

    « Sekera et Komisarek sont des vétérans, a rappelé Muller. « Nous croyons que Mike peut rebondir et que Sekera nous donnera plusieurs minutes. Mettez ces deux-là avec (Joni) Pitkanen, en espérant qu'il soit à 100 pour cent, et avec (Justin) Faulk et (Tim) Gleason, c'est un groupe très décent. Ajoutez des jeunes comme Murphy qui poussent pour se faire un poste et nous avons une dimension différente à l'arrière. Nous croyons que nous pouvons être un peu plus forts à l'arrière et accorder moins de buts. »

    3. Le premier trio pourra-t-il répéter sa magie?

    Dès l'ouverture de la saison, Muller a décidé de composer un trio avec Eric Staal au centre, Jiri Tlusty à gauche et sa nouvelle acquisition Semin à droite. Ces trois attaquants ont marqué 42,5 pour cent des buts des Hurricanes, soit 54, et totalisé 135 points.

    En assumant que Staal sera complètement remis de sa blessure à un genou subi au Championnat du monde, les trois devraient être de nouveau réunis. Mais auront-ils la même touche magique?

    En santé, Staal peut facilement prétendre à une saison de 30 buts et 75 points, tandis que Semin avait conservé une moyenne de 31 buts par année à Washington avant de se joindre aux Hurricanes.

    Beaucoup pourrait défendre de Tlusty, qui a établi de nouvelles marques en carrière de 23 buts et 38 points dans un calendrier de seulement 48 rencontres, ce qui équivaut à 39 buts et 65 points en 82 matchs. Pourra-t-il produire au même rythme alors que son trio sera étudié et attendu de pied ferme?

    Muller croit que oui et a comparé ce trio à celui de Mike Modano, Brett Hull et Jere Lehtinen du temps qu'ils étaient ses coéquipiers à Dallas.

    « Vous avez un gros travailleur, un fabricant de jeux et un marqueur, a-t-il dit. Ils tirent beaucoup de fierté d'être un vrai trio numéro un. »

    4. Les unités spéciales seront-elles spéciales?

    Les Hurricanes ont terminé la dernière saison au 27e rang en avantage numérique et au 28e en désavantage. C'est un vieux problème en Caroline, où le jeu de puissance s'est toujours classé dans le dernier tiers de la ligue depuis 2008-09, quand il avait été 19e, tandis qu'en infériorité numérique, les Hurricanes ont résisté à une moyenne de plus de 81 pour cent à une seule reprise depuis 2008-09, et encore une fois de justesse, à 81,2 pour cent, en 2011-11.

    C'est en avantage numérique que Murphy pourrait avoir le plus d'impact. Ce jeune défenseur doué pour l'attaque pourrait être le chaînon qui manquait à la ligne bleue pour passer la rondelle à des attaquants talentueux.

    En désavantage, avoir deux bons duos en santé pourrait aider. La saison dernière, Muller a surtout eu recours à Faulk et Gleason. La venue de Sekera et Komisarek et le retour en santé de Pitkanen devraient soulager leur tâche,

    « Je dirais que les deux choses les plus importantes pour nous sont, numéro un, les unités spéciales, et numéro deux, les buts contre, a dit Muller. C'est là-dessus qu'on se concentrera au camp d'entraînement. »

    5. Quelle différence fera un camp d'entraînement complet?

    Muller en sera à sa troisième saison en Caroline mais à son premier camp d'entraînement complet, ce qui pourrait faire une grosse différence pour mieux implanter son système.

    « Depuis que je suis ici, c'est comme si on avait toujours manqué de temps, a raconté Muller. On était toujours en mode rattrapage. La saison dernière avec le lock-out, on n'avait que quelques jours ici et là (pour s'entraîner). Cette saison nous allons être capables de respirer un peu et de travailler sur des problèmes. Nous aurons du temps. »

    Muller a aussi rappelé que depuis son arrivée en Caroline, il a appris à connaître non seulement ses joueurs, mais aussi certains jeunes espoirs, ce qui va faciliter son évaluation au camp d'entraînement.

    « Nous pourrons maintenant nous concentrer davantage sur notre personnel, sur des joueurs qui sont à Charlotte (dans la Ligue américaine de hockey) depuis un certain temps. Ce sera la première fois qu'on pourra vraiment le faire », a-t-il expliqué.

    6. Elias Lindholm pourra-t-il créer un impact?

    Rutherford n'a pas eu besoin de surveiller Lindholm longtemps au camp de développement pour se faire une forte idée de ce qui attend le cinquième choix du dernier repêchage.

    « L'occasion est là pour lui d'entreprendre la saison avec les Hurricanes, a indiqué le directeur général. « Je serai déçu s'il ne correspond pas à tous les rapports que nous avons et à ce que j'ai vu de lui. »

    L'attaquant de 6 pieds 1 pouce et 192 livres a amassé 30 points en 48 matchs avec l'équipe de Brynas dans la Ligue d'élite suédoise en 2012-13 et est reconnu pour sa polyvalence et ses habiletés des deux côtés de la patinoire. Mais sera-t-il en mesure d'étaler tout son talent dans la LNH à 18 ans?

    « Il n'a pas à briller dès le premier jour, a noté Rutherford. Nous savons tous qu'avec des joueurs en santé nous avons une bonne équipe pour entreprendre le camp d'entraînement. Il pourra donc progresser à son propre rythme. Mais avec l'expérience qu'il a, je ne pense pas que ça va lui prendre beaucoup de temps pour s'adapter. »

    Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

     

    La LNH sur Facebook