Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30 : Les Hurricanes souhaitent plus de constance de la part de Skinner

    vendredi 2013-08-23 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Les Hurricanes de la Caroline ont surpris beaucoup de monde en faisant de Jeff Skinner le septième choix du repêchage de 2010. L'attaquant leur a donné raison en gagnant un poste dans la LNH dès l'âge de 18 ans puis en marquant 31 buts à sa toute première saison et en terminant au premier rang des compteurs des recrues avec un total de 63 points pour mettre la main sur le trophée Calder.

    Mais il n'a jamais répété pareille production. À 21 ans, il va entreprendre sa quatrième saison dans la LNH et inaugurer un contrat de six ans d'une valeur de 34,35 millions $. Son entraîneur croit que le moment est venu pour lui de franchir une nouvelle étape dans son développement.

    « C'est une grosse année pour Jeff », a déclaré Kirk Muller à LNH.com. « Il n'a pas été invité par Équipe Canada (au camp de développement en vue des Jeux de Sotchi) et je suis certain qu'il a été déçu. Il réalise qu'il a connu des séquences où il ne jouait pas au niveau de Jeff Skinner. Il est rendu à une étape de sa carrière où nous pouvons exiger de la régularité dans son jeu. »

    La deuxième saison de Skinner a été ralentie par une commotion cérébrale qui l'a tenu à l'écart pendant cinq semaines. Il avait 12 buts et 24 points à sa fiche en 30 matchs avant cette blessure mais a été limité à huit buts en 34 rencontres à son retour au jeu.

    Il a subi une autre commotion la saison dernière, ratant cinq matchs, et il a terminé avec une fiche de 13-9-24 en 42 rencontres, qu'il peut certainement améliorer.

    Muller compare les ennuis de Skinner à ceux éprouvés par le défenseur Tyler Myers à Buffalo, le gagnant du trophée Calder en 2010 qui en arrache depuis.

    « Lorsque vous obtenez du succès tôt comme ça, a-t-il dit, la situation devient différente en raison de l'attention que vous suscitez, des autres joueurs qui vous portent davantage attention et du fait que vous devez travailler fort pour répéter les mêmes succès. »

    La pression que s'impose lui-même Skinner est un autre aspect du problème. Il a signé son nouveau contrat à l'été 2012 et après avoir marqué cinq buts à ses cinq premiers matchs, il a été limité à huit à ses 37 suivants. Muller croit que plus il travaillait fort pour produire à la hauteur de son contrat, plus cela nuisait à son jeu offensif.

    Pour éviter que cela se répète, Muller a confié que la plupart de ses discussions avec son joueur depuis la fin de la dernière saison ont tourné autour de l'importance pour lui de mettre son jeu à point, spécialement quand il n'a pas la rondelle, de façon à ce qu'il puisse contribuer même quand il ne marque pas.

    « Ce que j'espère lui faire réaliser, c’est l'importance de bien jouer sans la rondelle dans cette ligue, a raconté l'entraîneur. Aujourd'hui plus que jamais c'est devenu aussi important que votre production. Regardez une équipe comme Chicago qui vient de gagner la Coupe, ses meilleurs joueurs jouent de la bonne façon. C'est ce que nous devons faire. Peu importe qui vous êtes, vous devez être très bon sans la rondelle. Quand vous signez un gros contrat comme lui, vous commencez par regarder vos statistiques offensives et si elles ne sont pas bonnes, ça devient difficile. Il faut apporter des corrections et ce qu'on essaie de faire c'est de l'éduquer. Si vous faites toutes ces petites choses, tout va tomber en place et vous allez recommencer à être productif. C'est un processus d'apprentissage qu'il commence à comprendre. »

    Muller dit comprendre de son côté que Skinner ne deviendra jamais un candidat au trophée Selke comme Jonathan Toews à Chicago. mais que la réponse qu'il a obtenue a été positive.

    « Il est encore jeune, et c'est nouveau pour lui, a-t-il rappelé. C'est difficile parfois, mais il faut être patient avec ces jeunes. C'est une question de maturité et d'apprentissage. Mais quand ils parviennent à tout mettre en place, ils deviennent de vrais bons joueurs. Jeff a ce grand talent d'être une menace offensive imposante, un joueur qui peut changer l'allure d'un match. Il est plaisant à voir aller. Il faut maintenant qu'il ait cette même fierté de bien jouer sans la rondelle et il va devenir encore beaucoup plus efficace. »

    Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série débute le 18 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
     

    La LNH sur Facebook