Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30: Les gardiens et Clarkson au centre des questions chez les Maple Leafs

    jeudi 2013-08-22 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Les gardiens et Clarkson au centre des questions chez les Maple Leafs

    Les Maple Leafs de Toronto ont mis fin à leur disette de neuf ans dans les séries éliminatoires, la saison dernière, mais ils ont été expulsés du quart de finale de l’Association de l’Est en subissant une défaite crève-cœur en s’effondrant dans le septième match à Boston.

    Après avoir pansé leurs blessures, les Maple Leafs se sont relevés et ont connu un été intéressant en effectuant quelques échanges qui ont attiré des éloges et des mépris à travers la LNH, spécifiquement à Toronto.

    Les Leafs veulent croire qu’ils sont sur la bonne voie avec le genre d’équipe que l’entraîneur en chef, Randy Carlyle, aime soit une formation robuste, physique, à la limite sans règles, mais ils font face à plusieurs questions à l’aube de la saison 2013-14.

    Voici les six questions:

    1. Qui est le gardien no 1? – Les Maple Leafs en ont peut-être deux.

    James Reimer a connu une assez bonne saison pour aider Toronto à se qualifier pour les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2004. Pour récompenser Reimer, le directeur général Dave Nonis a acquis un gardien qui lui fera compétition.

    Jonathan Bernier a longtemps été considéré comme un gardien partant, mais parce qu’il évoluait derrière Jonathan Quick à Los Angeles, il n’a jamais eu la chance de jouer sur une base régulière. Il devra gagner son poste à Toronto, mais ses chances de devenir no 1 avec les Maple Leafs sont beaucoup plus grandes qu’à L.A.

    Reimer a été solide, mais n’a pas été spectaculaire la saison dernière avec 19 victoires, une moyenne de 2,46, un taux d’efficacité de ,924 et quatre jeux blancs. Bernier, dans un rôle secondaire avec les Kings, a gagné neuf matchs en 14 départs et a conservé une moyenne de 1,88 et un taux d’efficacité de ,922.

    Personne ne dit que les Maple Leafs devront nommer leur gardien no 1 à la fin du camp d’entraînement, car il est toujours bon d’avoir deux gardiens en qui vous avez confiance dans une saison de 82 matchs. Si tout se déroule selon les plans, Reimer et Bernier se motiveront mutuellement et se partageront peut-être la tâche de manière équitable durant la saison régulière.

    Cependant, si les Maple Leafs ne veulent pas seulement se qualifier pour les séries, mais aussi causer des dégâts lorsqu’ils y seront, ils auront besoin qu’un de leurs gardiens émergent en tant que no 1. Ça devrait être une grande compétition à surveiller.

    2. Est-ce que le bon travail de Nonis lui permettra d’en venir à une entente avec Nazem Kadri et Cody Franson? – C’est une bonne chose que Nonis ait signé une prolongation de cinq ans avant d’avoir eu à faire face à cette situation, car c’est une question épineuse.

    Kadri et Franson sont deux joueurs autonomes avec compensation et ils devraient obtenir une augmentation de salaire, mais les Maple Leafs sont à près de 5 millions $ du plafond salarial selon CapGeek.com. Nonis a dit à LNH.com la semaine dernière qu’il croit que les Maple Leafs ont une marge assez importante pour en venir à une entente avec les deux joueurs avant le début du camp d’entraînement, mais il a aussi mentionné qu’il y avait eu une pause dans les négociations et qu’il n’y avait rien de nouveau depuis.

    Selon des reportages diffusés à la fin de juillet, dont celui du journaliste Darren Dreger, de TSN, Nonis pourrait envisager d’échanger Franson. Ce n’est pas arrivé encore et il n’y a aucune indication que cela est sur le point de se concrétiser, mais Nonis doit au moins considéré cette option.

    Franson, 26 ans, a connu sa meilleure saison en 2012-13 (29 points en 45 matchs) et il représente une énigme pour n’importe quelle équipe.

    Nonis pourrait néanmoins faire signer un contrat aux deux joueurs s’il peut convaincre Kadri (22 ans) d’accepter une entente similaire à celle qu’a signée le défenseur du Canadien de Montréal, P.K. Subban, en janvier. Ce genre de contrat est habituellement d’une durée de deux ans d’un montant raisonnable (moins de 3 millions $), ce qui l’inciterait à bien jouer afin d’obtenir une lucrative entente à son prochain contrat, quand le plafond salarial devrait être plus élevé que les 64,3 millions $ de cette saison.

    3. Est-ce que David Clarkson retrouvera la touche de marqueur de 30 buts qu’il a connu une fois au New Jersey? – Même si Nonis a indiqué qu’il ne s’attendait pas à ce que Clarkson marque 30 buts, le directeur général ne lui aurait pas fait signer un contrat de sept ans, s’il n’avait pas cru que l’attaquant de puissance n’est pas en mesure de le faire.

    Clarkson a marqué 30 buts en 2011-12, mais seulement 15 en 48 matchs la saison dernière avec les Devils du New Jersey. Ce qui lui a permis d’obtenir un contrat de sept ans d’une valeur de 36,75 millions $ le 5 juillet, ce qui a immédiatement amené des comparaisons avec l’ex-attaquant de puissance des Maple Leafs, Wendel Clark, qui a inscrit 30 buts à quatre reprises dans l’uniforme torontois, atteignant un sommet personnel de 46 buts en 1993-94.

    Clarkson a apprécié les comparaisons avec Clark, son joueur favori quand il était enfant à Mimico en banlieue de Toronto. Il doit maintenant faire face à la pression qu’amène le fait d’être celui qui est supposé être le nouveau Clark dans l’uniforme bleu et blanc.

    Le plan, au moins à l’aube du camp d’entraînement, est de voir si Clarkson peut développer une certaine chimie avec Kadri (en présumant que Nonis a réussi à le mettre sous contrat).

    Les Maple Leafs ont conservé leurs droits sur Tyler Bozak, qui devrait être le centre du premier trio, flanqué de Phil Kessel et de James van Riemsdyk. Ce qui laisse Kadri, Clarkson et peut-être Joffrey Lupul sur la deuxième ligne qui a le potentiel d’être menaçante. Cette unité pourrait permettre à Clarkson de retrouver sa touche de marqueur sans délaisser ses autres forces dans les zones dangereuses, ce qui en fait l’attaquant de puissance qu’il est.

    4. Est-ce que Jake Gardiner est prêt à occuper un poste régulier? – Si le défenseur joue comme il l’a fait dans les séries éliminatoires, il n’y a aucun doute à cette question.

    Après avoir passé à travers une saison d’essai, une partie dans la LNH et l’autre dans la Ligue américaine de hockey (LAH), campagne qui a été marquée par une commotion cérébrale qui l’a importuné beaucoup plus longtemps que prévu, Gardiner a été l’un des meilleurs joueurs des Leafs lors des six derniers matchs de la série quart de finale de l’Association de l’Est disputés contre les Bruins de Boston.

    Il ressemblait plus à la version du joueur qui a totalisé 30 points en 75 matchs à sa saison recrue en 2011-12. Il était loin d’être le joueur instable qu’il a été dans les 12 matchs de la saison régulière.

    Gardiner a utilisé sa vitesse, sa touche, sa perspicacité défensive et son bon coup de patin pour amasser cinq points en six matchs éliminatoires. Il a quitté la ville de Toronto après l’humiliante défaite dans le septième match avec une confiance retrouvée et un sentiment d’appartenance. La meilleure partie de son jeu a peut-être été qu’il était encore prêt à prendre des risques, ce qu’il avait perdu au cours de la saison régulière.

    Il était extrêmement important pour Gardiner qu’il termine bien la saison après tout ce qu’il avait vécu au cours de la campagne. Il avait besoin de commencer l’été avec une forte dose de confiance et il est maintenant prêt à faire la différence dans l’uniforme des Maple Leafs.

    5. Est-ce que Dave Bolland peut être autant productif que le prétend Nonis? – Nonis a émis un surprenant commentaire peu de temps après avoir acquis Bolland le 30 juin au repêchage 2013 de la LNH. Il a indiqué qu’il croyait que Bolland, qui a inscrit le but victorieux dans la conquête de la Coupe Stanley par les Blackhawks de Chicago, pourrait être plus productif s’il était utilisé à des fins plus offensives. Il a ressorti les statistiques que Bolland a obtenues dans la Ligue junior de l’Ontario quand il avait totalisé 130 points en 65 rencontres avec les Knights de London en 2005-06.

    Peut-être que Nonis voulait passer sous silence le fait que Bolland n’a amassé que sept buts et 14 points en 2012-13 alors qu’il était le centre du deuxième trio complété par Patrick Kane et Patrick Sharp. Il a été relégué sur un autre trio dans les séries et il a joué un rôle différent et plus efficace.

    Toronto aimerait bien sûr voir Bolland augmenter sa production, lui qui a inscrit 19 buts à deux reprises dans sa carrière et a connu un sommet personnel de 46 points en 2008-09. Il est cependant prévu qu’il jouera au centre du troisième trio, à moins que Bozak et/ou Kadri connaissent des difficultés.

    Les Maple Leafs croient que Bolland peut jouer sur un des deux premiers trios si le besoin se fait sentir, mais il est plus efficace quand il joue sur un trio énergique. Chicago l’a utilisé de cette façon en 2010 et de la même manière dans les dernières séries, et c’est pourquoi il a remporté la Coupe les deux fois.

    Les Maple Leafs ne devraient pas essayer d’enlever à Bolland ce qu’il fait de mieux, mais il est assez bon offensivement pour marquer sa part de buts, et c’est peut-être ce que recherchait Nonis.

    6. Quelle est la bonne chose à faire avec Morgan Rielly? – La réponse va dépendre de la performance de Rielly au camp d’entraînement. La seule chose qui est sûre, c’est qu’il est trop jeune pour commencer la saison dans la LAH avec les Marlies. Le défenseur de 19 ans, qui a été le premier choix des Maple Leafs (5e) en 2012, entreprendra la saison dans la LNH ou il retournera dans la Ligue junior de l’Ouest.

    Si Rielly impressionne, les Maple Leafs pourraient lui faire commencer la saison dans la LNH, ce qui leur permettrait de lui donner l’essai maximal de neuf matchs avant que son contrat d’entrée ne prenne effet. Les Leafs pourraient alors voir s’il est prêt pour la LNH.

    En outre, si Rielly se distingue au camp d’entraînement, Nonis aurait des décisions difficiles à prendre, à savoir quels sont ceux qui composeront sa brigade défensive, ce qui soulève des questions concernant l’avenir des joueurs comme Paul Ranger, Mark Fraser, Korbinian Holzer, T.J. Brennan et peut-être même John-Michael Liles.

    Si Rielly n’impressionne pas, la décision sera facile et il sera cédé aux Warriors de Moose Jaw. Ce ne sera pas un désastre pour Rielly qui serait l’un des joueurs les plus âgés au sein d’une jeune équipe, ce qui lui permettrait de développer son leadership qui pourrait s’avérer utile à la longue à Toronto.

    Cependant, les dirigeants des Maple Leafs ne sont pas certains qu’il serait profitable que Rielly passe une autre saison dans la Ligue junior de l’Ouest. Il a maintenu une moyenne de près d’un point par match à Moose Jaw la saison dernière et ils ne sont pas convaincus s’il a encore besoin d’une autre saison chez les juniors pour poursuivre son développement.

    Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook