Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Bernier, Fleury, Giguère et Crawford discutent de la saison à venir au Sommet des gardiens CCM/Reebok

jeudi 2013-08-22 / 18:30 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Bernier, Fleury, Giguère et Crawford discutent de la saison à venir au Sommet des gardiens CCM/Reebok

BROSSARD, QuébecJonathan Bernier a sauté sur la glace du centre d’entraînement du Canadien de Montréal mardi dans l’uniforme de l’ennemi, et il ne pouvait pas être plus heureux.

Bernier était l’un des quatre gardiens de la LNH à participer au Sommet des gardiens CCM/Reebok, un événement qui leur permet d’essayer leurs nouvelles jambières pour la saison à venir, ainsi que de tourner des vidéos promotionnels pour l’entreprise qui leur fournit l’équipement avec lequel les cerbères affrontent les tireurs de la LNH tout au long de l’année.

Dans le cas de Bernier, il s’agissait de la toute première fois qu’il enfilait le fameux gilet bleu et blanc de sa nouvelle équipe, les Maple Leafs de Toronto, et il souriait d’une oreille à l’autre lorsqu’il s’est vu dans son nouvel uniforme.

« C’est la première fois que j’essaie le chandail. Il me va très bien », a-t-iI déclaré au LNH.com avant de se diriger vers une séance photo.

Dans quelques semaines, Bernier portera ce chandail de manière plus régulière au camp d’entraînement des Maple Leafs et, pour la première fois depuis des années, il aura une chance légitime de se battre pour obtenir la majeure partie des départs.

Bernier a passé toute sa carrière dans l’ombre du gardien des Kings de Los Angeles Jonathan Quick, et il pourra maintenant lutter pour le poste de gardien partant puisque les Maple Leafs ont fait son acquisition en retour du gardien Ben Scrivens, de l’attaquant Matt Frattin et d’un choix de deuxième ronde au repêchage 2014 de la LNH.

Le seul hic, c’est que les Maple Leafs comptaient déjà sur un très bon gardien en James Reimer, qui a terminé la dernière campagne au huitième rang dans la LNH avec un pourcentage d’arrêts de ,924 en plus de conserver une fiche de 19-8-5 et une moyenne de buts alloués de 2,46.

Peu importe cet obstacle qui se dresse entre lui et le poste de gardien numéro un qu’il a si longtemps convoité, Bernier demeure excité par la chance qu’il a de se présenter au camp d’entraînement des Maple Leafs avec une occasion réelle de jouer régulièrement cette saison.

« J’y suis habitué, a expliqué Bernier. Je suis convaincu que les Leafs ont effectué cette transaction car ils croyaient qu’il y aurait une saine compétition entre moi et Reimer, et c’est exactement ce que je recherche, soit de montrer ce dont je suis capable afin d’obtenir du temps de jeu, et de bien m’acclimater à ma nouvelle équipe. »

Au cours de la saison morte qui a précédé la saison 2012-13, Bernier avait très hâte au camp d’entraînement, puisque Quick avait subi une opération et qu’il aurait la chance de disputer la majorité des parties en début de saison. Mais en raison du lockout, cette chance ne s’est jamais présentée.

« J’avais prévu participer à beaucoup de matchs avant Noël, mais ce n’est pas arrivé, a-t-il raconté. Mais j’ai tout de même connu une bonne saison, et je suis très confiant à l’approche du camp, et c’est ce qui est important. C’est un nouveau départ pour moi, alors j’ai très hâte. »

Un autre gardien présent au Sommet des gardiens CCM/Reebok se trouve dans une situation semblable à celle de Bernier, car il se présentera au prochain camp d’entraînement pour se battre pour le poste de numéro un, mais le contexte ne pourrait être plus différent.



Le gardien des Penguins de Pittsburgh Marc-André Fleury se trouvait sur place, et il a déclaré que le camp d’entraînement ne pouvait pas arriver assez vite, lui qui a passé un long été à réfléchir au balayage qu’a subi son équipe aux mains des Bruins de Boston dans le cadre de la finale de l’Association de l’Est, ainsi qu’au peu de temps qu’il a passé devant le filet au cours des séries éliminatoires.

« J’ai hâte de recommencer et d’entamer la saison », a déclaré Fleury au LNH.com. « J’ai eu un goût amer dans la bouche pendant un bon moment après les séries. Je veux simplement retourner à Pittsburgh et disputer des rencontres. »

Fleury a admis avoir modifié légèrement sa routine d’entraînement au cours de la saison morte, mais il ne croit pas que le prochain camp d’entraînement sera différent des autres auxquels il a participé.

« Je ne pense pas, a-t-il affirmé. Le camp de cette année sera simplement une bonne occasion de retrouver ma forme de match et de retrouver mon synchronisme. »

Les deux autres gardiens à prendre part au Sommet des gardiens CCM/Reebok se trouvent dans des situations complètement opposées. Il s’agit du vétéran Jean-Sébastien Giguère de l’Avalanche du Colorado et du gardien Corey Crawford des Blackhawks de Chicago.



Giguère est fébrile à l’idée de jouer pour son nouvel entraîneur Patrick Roy, son idole de jeunesse, et aussi de pouvoir profiter des conseils de son ancien entraîneur des gardiens, François Allaire, alors que les deux hommes ont fait équipe avec Anaheim. Giguère croit que de pouvoir être associé à Allaire représente une bonne manière de terminer sa carrière, mais il pense également que le nouvel entraîneur des gardiens pourra aider énormément le jeune gardien partant Semyon Varlamov.

« Je suis impatient de travailler à nouveau avec François », a indiqué Giguère au LNH.com. « Il a accompli tellement de choses pour ma carrière, alors je ne pouvais pas demander mieux que de faire équipe avec lui pour clore ma carrière. Je crois qu’il aidera aussi [Varlamov]. Nous avons tous les deux connu une saison difficile l’an dernier, et nous n’avons pas été à la hauteur en tant qu’équipe, ce qui inclut tout le monde. À mon avis, la position de gardien de but ne devrait pas être un problème pour notre formation. Nous serons prêts dès le départ. Nous avons déjà travaillé ensemble cet été tous les trois, alors ce sera très intéressant. »

Il peut parfois être étrange d’être dirigé par un entraîneur qui s’y connaît quand même un peu en matière de gardien de but, mais Giguère ne croit pas que Roy interviendra de manière indue avec ses gardiens au cours de la saison.

« Chaque fois que j’accorderai un mauvais but, je me dirai “J’espère qu’il en a accordé un semblable dans sa carrière”, a blagué Giguère. Mais il devra s’occuper de 23 joueurs, alors je ne pense pas qu’il aura beaucoup de temps pour interagir avec ses gardiens. Ce sera surtout entre moi, [Varlamov] et l’entraîneur des gardiens.

« Ce sera notre petite équipe, au sein de l’équipe, et je soupçonne que s’il doit communiquer avec nous, ce sera surtout avec François. D’un autre côté, s’il veut me donner des conseils, je serais stupide de ne pas l’écouter. Il a été l’un des meilleurs gardiens de l’histoire, ou peut être le meilleur, alors lorsqu’il nous parle, on se doit de l’écouter. »

Alors que Giguère et l’Avalanche sont enthousiastes à l’idée de repartir à neuf, les Blackhawks et Crawford tenteront de leur côté de miser sur la continuité cette année. Mais avant de se replonger dans la saison à venir, Crawford a encerclé une date importante sur son calendrier.

Le 2 septembre, la Coupe Stanley lui sera remise afin qu’il puisse la partager avec les résidents de sa ville natale de Châteauguay, au Québec, une municipalité située sur la Rive-Sud de Montréal, de l’autre côté du fleuve St-Laurent.

« C’est quelque chose d’important », a avoué Crawford au LNH.com. « J’ai grandi là-bas, et c’est une bonne ville de hockey, alors tout le monde est très excité. Avec tout le soutien que j’ai reçu de la part de mes amis, de ma famille et de tout le monde à Châteauguay et des villes environnantes, ce sera très spécial de revenir et d’être en mesure d’apporter la Coupe, et de laisser les enfants et les joueurs de hockey mineur la regarder et prendre des photos, tout en profitant de la journée. »

En ce qui concerne la prochaine saison, Crawford devra apporter un ajustement majeur, puisque Stéphane Waite, l’entraîneur des gardiens des Blackhawks depuis plusieurs années, a quitté l’équipe pour s’entendre avec le Canadien.

« C’est évidemment très difficile de perdre Steph, car nous avons travaillé ensemble pendant longtemps, a confié Crawford. C’est difficile, mais ça fait partie du hockey, et ça arrive assez fréquemment. »

L’ajustement à Steve Weeks, le nouvel entraîneur des gardiens, ne sera que l’un des ajustements que Crawford devra effectuer au cours d’un été très court, en raison des longues séries éliminatoires et des célébrations encore plus longues. Il sait que les Blackhawks auront une cible dans le dos cette saison, mais il a hâte d’entreprendre cette nouvelle aventure.

« Mon travail sera le même lorsque la saison s’amorcera, a-t-il souligné. Nous pourrions rencontrer quelques difficultés à titre de champions de la Coupe Stanley. Les équipes en donnent toujours un peu plus lorsqu’elles nous affrontent.

« Ce sera cependant un défi intéressant pour notre équipe. »

 

La LNH sur Facebook