Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30 : Les Sénateurs espèrent voir les bénéfices d’une saison difficile

    mardi 2013-08-20 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Les Sénateurs espèrent voir les bénéfices d’une saison difficile

    Il n’y a peut-être aucune équipe dans la LNH qui anticipe autant l’arrivée de la saison 2013-14 que les Sénateurs d’Ottawa.

    Avec tous les drames qui ont entouré cette équipe depuis le cinquième match de la dernière campagne, le directeur général Bryan Murray a hâte de récolter les fruits de l'adversité qu’ont surmontée ses joueurs et son personnel d'entraineurs en 2012-13.

    Pour ceux qui ont une mémoire défaillante, au cours du premier mois de la saison, les Sénateurs avaient déjà perdu les services du récipiendaire du trophée Norris, le défenseur Erik Karlsson (tendon d'Achille), de Jason Spezza (dos) et de Jared Cowen (hanche) avec ce que l'on croyait être des blessures qui devaient mettre un terme à leurs saisons (même si les trois sont finalement revenus au jeu). De plus, ils ont également dû se passer des services du gardien Craig Anderson (cheville) et de l’ailier gauche de premier plan Milan Michalek (genou) durant de longs moments.

    Ils ont perdu les services de Spezza et Karlsson en l’espace de quelques jours à la fin janvier et Murray peut maintenant admettre qu’il n’entrevoyait pas comment son équipe pourrait surmonter des pertes de cette envergure et se qualifier pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Non seulement les Sénateurs sont parvenus à se qualifier, ils ont même remporté une première série en six ans.

    « Quand Spezza s’est blessé et qu’Érik a été coupé, j’ai pensé que ce serait une longue saison, a expliqué Murray à LNH.com. Les jeunes m’ont prouvé que j’avais tort. Ils se sont accrochés chaque soir. »

    Ces « jeunes » que sont les Kyle Turris, Mika Zibanejad, Jakob Silfverberg, Patrick Wiercioch, Colin Greening, Zack Smith et bien d’autres ont rempli des rôles que personne n’aurait pu envisager, tandis que d’autres joueurs encore plus jeunes, qu’on n’envisageait jamais voir évoluer dans la LNH dès la saison dernière, ont rempli les postes vacants.

    L’entraîneur Paul MacLean a fait fonctionner le tout en arrivant à convaincre ses joueurs qu’ils pouvaient encore gagner sans l’apport de leurs vedettes et il a été récompensé dans ses efforts en méritant le trophée Jack Adams ainsi qu’une prolongation de contrat de trois ans.

    Maintenant, avec tous ces jeunes joueurs qui ont vu leur développement s’accélérer à la vitesse supérieure à cause des circonstances, Murray s’attend à voir les bénéfices briller au cours de la saison qui vient.

    « La courbe d’apprentissage pour ces jeunes joueurs a été énorme et je crois que chacun devrait s’en trouver amélioré, a dit Murray. Il y en aura bien un qui ne connaîtra pas le départ auquel nous nous attendons, mais outre cela, je pense que trois ou quatre de ces gars devraient être considérablement améliorés après avoir traversé ces épreuves.

    « C’est ainsi que vous construisez une équipe de hockey, lorsque vous en leur donnez la chance, la plupart s’améliorent et votre équipe devient meilleure en fin de compte. Nous avons payé le prix pour les blessures l’an dernier, mais des opportunités ont été offertes à ces gars et je pense que le résultat indique que notre équipe devrait être meilleure. »

    C'était le sentiment sous-jacent à la suite de l'élimination d'Ottawa en séries éliminatoires aux mains des Penguins de Pittsburgh, c’est-à-dire que le meilleur était encore à venir. Mais malheureusement pour Murray, le drame ne s’est pas arrêté une fois la saison terminée. En fait, la majeure partie de celui-ci ne faisait que commencer.

    Le capitaine des Sénateurs Daniel Alfredsson a décidé à la fin du mois de juin qu'il disputerait une saison de plus, mais pas à Ottawa, après un malentendu contractuel apparent ou une dispute, tout dépendant de quel côté vous vous situez, situation qui l'a amené à signer un pacte d'un an pour 5,5 millions $ avec les Red Wings de Detroit.

    À Ottawa, les retombées liées au départ d’Alfredsson ont été majeures, mais les Sénateurs ne se sont pas retrouvés les mains vides, loin de là !

    Murray a embauché Clarke MacArthur, qui était avec les Maple Leafs de Toronto, pour deux ans et 6,5 millions $, soit 1 million $ de plus que le montant imputé au cap salarial des Red Wings, suite à l’embauche d’Alfredsson pour la saison 2013-14.

    Au cours des deux dernières saisons, MacArthur a marqué 28 buts et amassé 35 passes, pour un total de 63 points en 113 matchs en évoluant sur un deuxième trio à Toronto.

    Alfredsson a été plus productif et il apporte évidemment un coffre au trésor rempli d’intangibles pratiquement inégalé dans la LNH. Mais dans les circonstances, MacArthur s’avère un remplaçant adéquat, surtout qu’à 28 ans, il a 12 ans de moins qu’Alfredsson.

    SÉNATEURS D'OTTAWA

    Ajouts: AD Bobby Ryan, D Joe Corvo, AG Clarke MacArthur

    Départs: AD Daniel Alfredsson, AD Stefan Noesen, AD Jakob Silfverberg, D Sergei Gonchar, D André Benoît, C Peter Regin, AD Hugh Jessiman, D Mike Lundin

    Agents libres: AG Guillaume Latendresse

    Principaux espoirs: AG Dave Dziurzynski, C Mike Hoffman, C Jean-Gabriel Pageau, C Shane Prince, AG Matt Puempel, AD Mark Stone

    La valeur de MacArthur comme remplaçant d’Alfredsson devient beaucoup plus importante suite à l'acquisition de Bobby Ryan des Ducks d'Anaheim par Bryan Murray, une transaction qui lui a coûté Silfverberg, son meilleur espoir en la personne de Stefan Noesen et un choix de première ronde en 2014.

    Ryan donne aux Sénateurs leur marqueur le plus naturel depuis le départ de Dany Heatley en 2009 et Murray est excité par la possibilité d'aligner au sein de son équipe un trio composé de Ryan avec Spezza et Michalek, pour former ce qui pourrait être l'une des lignes offensives les plus puissantes de la LNH.

    « Il ne fait aucun doute que Bobby Ryan est un marqueur, a déclaré Murray. Il a de bonnes mains, une bonne tête de hockey, il sait comment jouer. Si vous questionnez Dany Heatley, je l'ai entendu dire que Jason Spezza avait été la raison pour laquelle il a inscrit 50 buts durant quelques années, et je pense que Bobby a le même genre de talent quand vient le temps de finir les jeux. Les deux ensemble devraient être de la vraie dynamite. Et si Michalek y joint sa vitesse et son éthique de travail, je pense que le trio devrait être vraiment excellent. »

    Avec les ajouts de Ryan et MacArthur pour compenser les départs d'Alfredsson et Silfverberg de l’alignement 2012-13, en plus de considérer la poursuite du développement des jeunes joueurs d’Ottawa, il n’est pas utopique de penser que les Sénateurs formeront une meilleure équipe cette saison.

    Murray, pour sa part, a très hâte de le découvrir. Mais une chose qu'il a apprise de la saison dernière, c’est de ne pas supposer quoi que ce soit, parce que les choses peuvent changer radicalement en cours de route.

    « Nous ne savons pas vraiment à ce stade-ci, a dit Murray. Nous supposons qu’avec Spezza, Michalek, Karlsson, Cowen en bonne santé et un Anderson à 100 pour cent, je l'espère à long terme, notre équipe sera très différente de ce qu'elle était. Mais je dois dire que j'étais assez fier de la façon dont ils ont joué l'année dernière.

    « Nous avons hérité du surnom de ‘Pesky Sens’ (NDLR : ou ‘Sénateurs fatigants’) pour une raison, ces jeunes joueurs ne savaient jamais quand arrêter d'essayer. Nous arrivions en troisième période avec un déficit de deux buts et nous revenions de l’arrière gagner. C'est devenu une vraie caractéristique de notre équipe. Donc, quand vos vétérans sont de retour au jeu et que tout le monde va bien, aurez-vous cette même persévérance à la fin ? Nous devons le savoir. »

     

    La LNH sur Facebook