Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30 : Le Canadien compte sur Andrei Markov pour solidifier sa défense

    lundi 2013-08-19 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Le Canadien compte sur Andrei Markov pour solidifier sa défense

    Le retour en santé d’Andrei Markov est une des principales raisons qui expliquent l’exceptionnel début de saison du Canadien de Montréal en 2012-13. Un Markov en bonne santé, on n’avait presque jamais vu ça les deux années précédentes.

    Tant que le Canadien se dirigeait vers une fiche remarquable de 20-5-5, l’entraîneur Michel Therrien parlait souvent de son défenseur comme d’un « général », un joueur avec la capacité unique de contrôler l’allure d’un match où qu’il se trouve sur la patinoire.

    Il avait été absent si longtemps à la suite de deux déchirures majeures à son genou droit que plusieurs en étaient venus à oublier à quel point il pouvait faire la différence dans un match, que ce soit à sa façon calme et intelligente de sortir la rondelle de son territoire ou en dirigeant la circulation durant un avantage numérique.

    Markov a entrepris sa saison pendant le lock-out de la LNH en disputant 21 matchs avec le Vityaz de Checkov dans la KHL, déjà un de plus qu’au total de ses deux saisons précédentes.

    Jouant au côté de son compatriote russe Alexei Emelin de retour dans la LNH, il est redevenu le grand joueur qu’il était à ses deux premiers mois avec le Canadien. Il a notamment participé directement à huit des neuf premiers buts de son équipe en avantage numérique.

    Mais son jeu a commencé à se détériorer dans le dernier droit et les signes de fatigue devenaient de plus en plus évidents à chaque rencontre. Emelin et lui se sont mis à concéder régulièrement des buts à forces égales, et quand Emelin a subi à son tour une blessure majeure à son genou gauche le 6 avril, Markov s’est enlisé davantage.

    À la fin de la saison, le défenseur avait été sur la glace pour 36 des 79 buts, ou 45,6 pour cent, marqués contre le Canadien à forces égales. Markov a bien fini au quatrième rang des compteurs de son équipe, avec 30 points, mais son différentiel de moins-9 a été de loin le pire de son équipe.

    « C’est un compétiteur », a dit de lui le directeur général Marc Bergevin à la suite de l’élimination du Canadien aux mains des Sénateurs d’Ottawa. « C’est un solide défenseur et ces deux-là ont bien fait ensemble. Est-ce c’est dû à l’absence d’Emelin? Je ne sais pas. Mais après n’avoir pas joué pendant deux ans, jouer deux fois en deux jours et quatre en six ont fait paraître la fatigue. Mais somme toute, nous sommes très satisfaits de ses performances. »

    Reste à voir comment Markov, qui aura 34 ans le 20 décembre, pourra survivre à une saison de 82 rencontres, surtout qu’en cette année olympique, le calendrier sera aussi compressé que celui de la saison dernière.

    Avec Emelin encore au rancart jusqu’à la fin novembre au plus tôt, le Canadien se retrouvera de nouveau dépourvu à la ligne bleue, et P.K. Subban, Josh Gorges et Markov vont certainement être très occupés.

    Markov sera frais et dispos pour ces matchs en début de saison et ne devrait pas être éprouvé par la charge de travail. Mais c’est l’impact que toutes ces minutes passées sur la patinoire aura plus tard dans la saison qui pourrait devenir préoccupant.

    Beaucoup des succès du Canadien vont dépendre de la façon dont Markov va réussir à gérer ses énergies pour maintenir son niveau de jeu jusqu’à la fin.

     

    La LNH sur Facebook