Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30: Markstrom et Huberdeau parmi les interrogations chez les Panthers

    dimanche 2013-08-18 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Mike Battaglino - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Markstrom et Huberdeau parmi les interrogations chez les Panthers

    Après une saison 2012-13 qui a créé beaucoup plus d’interrogations qu’elle n’a apportée de réponses chez les Panthers de la Floride, une question prend le haut du pavé parmi les autres : Que s’est-il passé ?

    Une chute libre de champions de division vers le dernier rang de la LNH a frappé les Panthers et à l’aube de la saison à venir on se demande si quelque chose d’autre peut tourner aussi mal.

    Ces six questions aideront à déterminer qui sont vraiment les Panthers de la Floride :

    1. Jacob Markstrom est-il prêt à assumer le rôle de gardien numéro un dans la LNH ?

    Les Panthers ne marquent pas beaucoup de buts, ils doivent donc empêcher les autres formations de remplir leur filet, ce qu’ils n’ont pas su faire la saison dernière. Les 170 buts alloués (excluant les buts en tirs de barrage) ont représenté le pire rendement de la ligue, soit 11 de plus que quiconque.

    La responsabilité principale d’arrêter la rondelle tombe maintenant sur les épaules de Markstrom, 23 ans, qui obtient le poste de gardien partant alors que les Panthers ont opté pour ne pas offrir un nouveau contrat à José Theodore et à conserver les services de Scott Clemmensen en tant que police d’assurance.

    « [Jacob] est loin d'être le gardien de but complet qui, nous l’espérons, il deviendra un jour », a affirmé le directeur général adjoint Mike Santos au quotidien Miami Herald cet été. « Mais, encore une fois, il est jeune. »

    Markstrom a accordé 68 buts en 23 matchs la saison dernière, affichant une moyenne de 3,22 buts alloués par rencontre et il a présenté un dossier de 8-14-1. Au cours du dernier mois de la saison, quand les Panthers ont opté pour faire jouer un certain nombre de jeunes joueurs sur une base régulière, il a accordé six buts dans un match à deux reprises, cinq buts à une occasion et quatre buts à deux reprises.

    « L'an dernier, nous avons été forcés d’agir ainsi à cause de la situation, en raison des blessures [notamment une blessure à l'aine à José Theodore], a déclaré Santos. [Jacob] a été placé dans une situation difficile compte tenu du moment où il a été rappelé et avec toutes les blessures qui nous affligeaient dans une saison écourtée. Je pense qu’il était peu probable de le voir débarquer ici et jouer au meilleur de ses capacités. »

    Markstrom a signé un contrat de deux ans le 15 juillet, il doit donc prouver qu'il est la réponse à long terme.

    2. Jonathan Huberdeau peut-il éviter la guigne de la deuxième saison suite à une opération à la hanche ?

    La saison où le joueur de 20 ans a remporté le trophée Calder s’est révélée être encore plus impressionnante lorsqu’on a admis qu’il devrait être opéré à la hanche.

    « Cela en dit long sur ce jeune joueur », a déclaré le directeur général Dale Tallon. « Il a joué blessé et a extrêmement bien joué. Et avec nos blessures, nous n'avions pas beaucoup de joueurs, les autres équipes se sont concentrées sur lui et il a tout de même contribué et a joué avec tout son cœur. Cela démontre quel genre de joueur et quel type de personne il est. Il a joué blessé et a quand même remporté le titre de recrue de l’année. »

    Huberdeau a terminé au deuxième rang des marqueurs des Panthers avec 14 buts et 31 points, tout en prenant part aux 48 matchs des siens. Cela représente une production de 23 buts et 53 points au prorata d’une saison de 82 rencontres, des statistiques qu’il devrait certainement être en mesure d'atteindre s'il demeure en bonne santé.

    « Vous-vous sentez bien, mais vous ne voulez pas aller trop vite », a dit Huberdeau à la mi-juillet. « Avec cette blessure il faut prendre votre temps, c'est un processus et je ne fais que le suivre. »

    3. Les Panthers peuvent-ils devenir la première équipe en 45 ans à voir deux de ses joueurs remporter le trophée Calder en autant d’années ?

    Depuis que Derek Sanderson a remporté le titre en 1968 et que son coéquipier des Bruins de Boston Bobby Orr l’avait également mérité au cours de l'année précédente, aucune équipe n’a compté dans ses rangs deux récipiendaires du trophée Calder de façon consécutive.

    Au cours des 13 dernières saisons, 13 équipes différentes ont eu dans leurs rangs un joueur qui a mérité le trophée Calder.

    Huberdeau est le premier de ce qui devrait être une longue lignée de futurs joueurs étoiles à émerger du réseau des filiales des Panthers. Les attaquants Nick Bjugstad, Vincent Trocheck et peut-être même Aleksander Barkov, joueur de 17 ans sélectionné au deuxième rang du repêchage 2013 de la LNH, auront amplement l’opportunité de répéter l’exploit de Huberdeau au cours de la saison 2013-14.

    « Nous allons y aller avec nos jeunes joueurs, a révélé Tallon. C’est le plan depuis le début et c’est ainsi que nous allons procéder. Les Barkov, Bjugstad, Drew Shore et Trocheck… Ces gars représentent l’avenir de notre équipe. C’est ce que nous aurons à faire, ici. »

    4. Erik Gudbranson peut-il répondre aux attentes liées à son rang de repêchage ?

    Troisième choix au total, tout comme Huberdeau, Gudbransson n’a pas rapporté les résultats escomptés en tant que défenseur.

    Dans son cas, tout s’est mis à dérailler partit du mois de septembre dernier, quand il s'est blessé en pratiquant le wakeboard. Il a été mis à l'écart et suspendu par les Panthers, ce qui lui a coûté un temps de développement précieux dans la Ligue américaine de hockey durant le lock-out.

    Après avoir amorcé sa saison le 7 février il a récolté quatre mentions d’aide en 32 rencontres et présenté un différentiel de moins-22. Il a d’ailleurs enregistré un différentiel de moins-41 au cours des deux dernières saisons combinées, à égalité au dernier rang du circuit avec Mark Streit.

    « C'était difficile », a dit Gudbranson au Miami Herald. « La saison n'a pas pris son envol positivement au plan personnel, après ma blessure à l’épaule. La saison a été ardue, nous avons essayé de la rendre meilleure par la suite, mais ce n’est pas arrivé. »

    À 21 ans, le joueur repêché en 2010 fait déjà face à la croisée des chemins dans sa carrière.

    « Je crois que nous avons eu une bonne conversation constructive avec lui à propos de ce qu’il avait à améliorer cet été », a révélé l’entraîneur Kevin Dineen au Miami Herald. « Il a déjà fait des pas en avant pour s’assurer que sa préparation en serait exactement au point où nous le désirons. »

    5. Les Panthers auraient-ils dû repêcher Seth Jones ?

    Si Gudbranson ne parvient pas à s’améliorer, la décision de passer outre la sélection de Jones va être davantage scrutée à la loupe.

    Les Panthers ont perdu la loterie pour le premier choix au repêchage de la LNH en 2013 aux mains de l'Avalanche du Colorado, qui ont opté pour Nathan MacKinnon au tout premier rang. Parlant au deuxième échelon, la Floride a aussi opté pour un attaquant en sélectionnant Barkov au détriment de Jones, le défenseur qui était le joueur classé au tout premier rang chez les patineurs ayant évolué en Amérique du Nord par le Bureau central de dépistage de la LNH.

    Interrogé la veille du repêchage à propos des avantages et des inconvénients de choisir Jones, Tallon avait ceci à dire :

    « Parmi les avantages, il y a le fait que nous pourrions compter sur le meilleur groupe de jeunes défenseurs du hockey professionnel. Nous aurions sous la main un bon jeune arrière qui peut vraiment solidifier cette position au cours des nombreuses années à venir. Mais cela pourrait affecter notre attaque, tout d’abord parce que nous ne pourrions mettre la main sur un attaquant prolifique, en particulier dans cette année de repêchage. Mais à long terme, je pense que nous aurions beaucoup plus d’offensive en provenance de l’arrière.

    « Parlant de l’option de sélectionner un attaquant, eh bien c’est une nécessité. Cela donne à nos autres joueurs issus des repêchages des deux dernières années un peu plus de temps pour se développer, pour prendre davantage confiance et marquer plus de buts. Puis, lors de leur rappel, ils se retrouvent davantage prêts à livrer la marchandise. »

    Avec Dmitry Kulikov, qui à 22 ans vient de connaître une saison où il a fait un pas en arrière dans son développement à la ligne bleue des Panthers, on ne jugera pas Barkov que sur son jeu, du moins à court terme.

    Jones a chuté au quatrième rang et a abouti chez les Predators de Nashville, qui pourraient l’utiliser parmi leurs quatre premiers défenseurs au cours de la saison à venir.

    6. Est-ce que les Panthers vont trouver les eaux agitées dans la Division Atlantique ?

    Même si la Division Sud-Est a produit autant de champions de la Coupe Stanley que toute autre division depuis la saison 2003-04 (deux), le réalignement n'a pas été tendre envers les Panthers.

    La Floride quitte un groupe d’équipes où on pouvait qualifier la compétition de confortable pour joindre les rangs d’un groupe d’équipes dont la tradition gagnante est riche, soit les Bruins de Boston, les Red Wings de Detroit, le Canadien de Montréal, les Sénateurs d'Ottawa et les Maple Leafs de Toronto, au sein de la Division Atlantique.

    À première vue, les Panthers seront probablement en compétition avec le Lightning de Tampa Bay et les Sabres de Buffalo pour la sixième place. Ajoutez à cela un carnet de voyage de 45,136 milles (selon Ontheforecheck.com), la plupart dans l’Association de l’Est.

    Le bon côté des choses? Les Snowbirds en provenance de la côte est qui passent l'hiver en Floride pourraient remplir le BB & T Center pour assister à des matchs de leur équipe préférée.

     

    La LNH sur Facebook