Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30: Les Red Wings auront besoin de Jimmy Howard

    samedi 2013-08-17 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par David Kalan - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Les Red Wings auront besoin de Jimmy Howard

    Avec les Red Wings de Detroit, les attentes sont toujours de les voir batailler pour la Coupe Stanley à chaque saison et ce n’est pas un secret, pour y arriver, il faut un gardien qui est de plus en plus chaud à mesure que la température augmente au printemps.

    Les Red Wings ont accompli un fait remarquable en remportant quatre championnats au cours des 17 dernières saisons avec un portier différent devant le filet; mettant la main sur la Coupe Stanley en 1997 avec Mike Vernon, répétant l’exploit en 1998 avec Chris Osgood, répétant à nouveau pour un troisième championnat en 2002 avec Dominik Hasek et une quatrième fois en 2008 à nouveau avec Osgood.

    Remporter la Coupe Stanley à quatre occasions dans un délai relativement court est toujours un accomplissement impressionnant, mais d’y arriver avec des gardiens différents est particulièrement difficile. L’enclave de Detroit a traditionnellement été la position d’un joueur de qualité, mais n’a jamais été une position bien stable.

    Le directeur général Ken Holland espère que ce ne sera plus le cas après avoir fait signer Jimmy Howard au bas d’une prolongation de contrat de six ans et 31,75 millions $ au printemps dernier. Howard est le gardien partant des Red Wings depuis 2009-10 et a enregistré des chiffres solides chaque saison, mais en 2012-13, il a été superbe, avec une moyenne de buts alloués de 2,13 et un pourcentage d’arrêts de ,923.

    Cette prolongation de contrat écarte ce qui aurait pu représenter un point d’interrogation significatif la saison prochaine et même plus tard, une chose que Holland ne craignait plus au moment de l’annonce de la signature.

    « Non seulement je pense que c'est un très bon gardien, mais pour notre organisation, c'est la stabilité, avait déclaré Holland. C'est une position vraiment, vraiment importante. Nous avons un joueur qui veut être ici, qui a grandi à travers notre système et s'est amélioré chaque année. »

    L'importance de cette stabilité est devenue d'autant plus évidente en 2012-13, alors que Detroit a passé une grande partie de la saison à peiner à se maintenir en position de participer aux séries éliminatoires au sein d’une association de l’Ouest très compétitive.

    Comme ses statistiques l’indiquent, le jeu de Howard n’a pas été un problème.

    Detroit a peiné à marquer par rapport aux autres années, un fait qu’a admis l'équipe en embauchant Stephen Weiss et Daniel Alfredsson. Les Red Wings ont inscrit une moyenne de 2,54 buts par rencontre la saison dernière, la deuxième saison de suite où l’équipe voit sa production décliner et de loin leur pire rendement depuis que Howard occupe le poste de gardien partant.

    Ce genre de déficience nécessite impérativement un déploiement solide en défensive et comme les beaux jours de Nicklas Lidstrom et Brian Rafalski sont chose du passé, les Red Wings sont plus jeunes et moins bien nantis à la ligne bleue qu’ils ne l’ont été au cours des récentes années. Tous ces faits démontrent à quel point il est important de voir Howard poursuivre sur les prouesses de la saison dernière et apporter aux Wings une stabilité qui a fait défaut.

    Detroit espère que Weiss et Alfredsson, ou peut-être un Gustav Nyquist qui émerge, pourront remédier à ce problème, mais si ces ajouts n’augmentent pas la production offensive comme on s’y attend, la performance de Howard déterminera le sort des Wings.

    Mais les Red Wings ont la force de frappe nécessaire au sein de leurs six premiers attaquants pour batailler au sein de la Division Atlantique. Est-ce que Detroit est cette équipe qui peut faire jouer quatre trios et affronter des favoris à la Coupe Stanley tels les Blackhawks de Chicago, les Bruins de Boston et les Kings de Los Angeles au cours d’une série de sept rencontres ? Si la réponse est négative, un gardien de haut niveau capable de voler des matchs ou même égaliser une série éliminatoire est une nécessité.

    Howard a démontré la saison dernière qu’il pouvait être ce genre de gardien. Lors des matchs numéro 3 et 4 de la série demi-finale de l’Association de l’Ouest face à Chicago, il a stoppé 67 des 68 tirs de l’adversaire pour pousser les détenteurs du trophée des Présidents, qui avaient pourtant balayé Detroit durant la saison, au bord de l’élimination.

    Alors que la saison des Red Wings prenait fin en surtemps d’un septième match, Howard est demeuré alerte, arrêtant 33 des 35 tirs dirigés vers son filet. Si les Wings atteignent les rondes tardives des séries cette saison, la pression sera sur ses épaules afin qu’il répète ses exploits.

    Les Red Wings iront aussi loin que Jimmy Howard les mènera.

     

    La LNH sur Facebook