Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30 : Malgré les changements, les Wings devraient encore être compétitifs

    samedi 2013-08-17 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par David Kalan - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Malgré les changements, les Wings devraient encore être compétitifs

    Alors que la LNH subit son plus grand réalignement structurel en 15 ans, aucune équipe ne sera plus affectée par ces changements que les Red Wings de Detroit.

    Depuis 1981, les Red Wings ont appelé l’Association de l’Ouest – anciennement connue sous le nom de la Conférence Campbell – leur maison, mais comme la Ligue a procédé à des changements et à un nouveau format à quatre divisions, Detroit est l'une des trois équipes, avec les Blue Jackets de Columbus et les Jets de Winnipeg, à changer d’association.

    Le déménagement est légèrement mitigé pour Detroit, qui doit dire au revoir à plusieurs fortes rivalités géographiques, notamment une des plus vieilles rivalités de la LNH avec les Blackhawks de Chicago. Mais la perte des déplacements sur de courtes distances Chicago, St. Louis ou Nashville sera compensée par le fait de ne plus avoir à effectuer les nombreux voyages dans l'Ouest pour faire face à des équipes telles Vancouver ou Los Angeles. Ces périples à travers la Division Pacifique étaient un fardeau plus lourd qu’il ne paraissait sur les épaules de l’équipe, étant donné que Detroit est situé à l'heure de l'Est et devait disputer une importante partie de son calendrier à 22h00, H.E. et même plus tard, ce qui constitue des heures où l’écoute est plus difficile en milieu de semaine pour les partisans.

    Dorénavant, les Red Wings disputeront la majorité de leur calendrier régulier à des heures plus raisonnables pour leurs partisans, tout en endurant théoriquement moins d’usure au niveau physique. Et même si Detroit se retrouve au sein d’un groupe totalement différent dans la Division Atlantique, l’équipe affrontera des visages familiers, comme ses compatriotes des six équipes originales que sont Boston, Montréal et Toronto, qui font aussi partie du groupe.

    « Je crois que c’est un grand moment pour nos partisans », disait le défenseur Niklas Kronwall à Redwings.com, plus tôt cette année. « Ils seront en mesure de visionner nos rencontres à heures de grande écoute plus souvent que par le passé. Et évidemment, le fait d’affronter Montréal, Toronto et Boston plus souvent, j’espère que cela va représenter une étincelle de plus au niveau de l’enthousiasme des amateurs. Je sais que ce sera le cas pour nous, assurément. »

    En plus des changements au niveau du calendrier, les Red Wings vont aussi avoir à travailler avec quelques changements apportés à l’alignement alors que la saison prendra son envol. Après un parcours en séries éliminatoires 2013 qui a pris fin sur un effondrement collectif en deuxième ronde face aux Blackhawks, série au cours de laquelle Detroit détenait une avance de 3-1, le directeur général Ken Holland a fait deux acquisitions significatives à l’ouverture du marché des joueurs autonomes, ajoutant le joueur de centre Stephen Weiss et le capitaine de longue date des Sénateurs d’Ottawa, Daniel Alfredsson.

    Les deux représentent des signatures d’impact, alors que Weiss vient ancrer le deuxième trio de Detroit et Alfredsson apporte des habiletés offensives dynamiques et une présence en tant que leader dans un vestiaire qui compte déjà sur des joueurs expérimentés ayant déjà remporté des championnats. Detroit a longtemps représenté une destination de choix pour les meilleurs joueurs autonomes, mais l’arrivée d’Alfredsson est venue comme une surprise compte tenu de ses liens avec Ottawa qui datent de plusieurs saisons, là où il a toujours joué depuis son entrée dans la LNH en 1995. Alfredsson a même admis lors de sa conférence de presse d’introduction que son départ d’Ottawa était peu probable, même une semaine avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

    « À mesure que nous nous approchions de l’autonomie, des pensées se sont mises à résonner dans ma tête sur le fait qu’après 18 ans, je n’avais toujours pas remporté de Coupe Stanley. C’est mon rêve, a dit Alfredsson à ce moment. Tout le monde sait que le but à Detroit est de demeurer au sommet et de remporter des championnats. Ils l’ont fait par le passé. Je suis très excité d’avoir cette opportunité à ce stade de ma carrière, de tenter le coup pour remporter la Coupe Stanley et accomplir un rêve que je caresse depuis longtemps. »

    Il ne faut pas s’attendre à voir Alfredsson simplement sauter sur l’occasion. Même à 40 ans, il a été un contributeur régulier, enregistrant 26 points en 47 rencontres la saison dernière, ajoutant quatre buts et six mentions d’aide en 10 parties lors des séries éliminatoires.

    La signature de Weiss au bas d’un contrat de cinq ans et 24,5 millions $ est un pari risqué suite à une saison particulièrement difficile en 2012-13, là où il a récolté quatre points en 17 parties avec les Panthers de la Floride avant de voir sa saison prendre fin après une opération à un poignet. Avant la dernière saison, Weiss, le meneur de tous les temps chez les Panthers au niveau des parties jouées et des mentions d’aide, a été un marqueur régulier et un bon fabricant de jeu, amassant en moyenne 19 buts et 33 mentions d’aide au cours des six saisons précédentes.

    Ces ajouts font des Red Wings une meilleure équipe, mais il y a un prix à payer. Parmi les joueurs qui ont quitté, on compte l’attaquant Valtteri Filppula, qui a déménagé son apport offensif constant et son solide pourcentage lors des mises au jeu à Tampa Bay, via le marché des joueurs autonomes. Le centre Damien Brunner, qui a terminé cinquième marqueur de la formation à sa première campagne en Amérique du Nord, est toujours joueur autonome et s’attend à signer ailleurs après avoir rejeté l’offre initiale de contrat des Red Wings. L’ailier Daniel Cleary, un solide contributeur dans les deux sens de la patinoire durant huit saisons à Detroit, ne devrait pas être de retour, malgré l’intérêt mutuel, à cause des contraintes liées au plafond salarial.

    RED WINGS DE DETROIT

    Ajouts: C Stephen Weiss, AD Daniel Alfredsson

    Départs: C Valtteri Filppula, D Carlo Colaiacovo

    Agents libres: C Damien Brunner, AD Daniel Cleary, G Daniel Larsson, D Ian White, AG Jan Mursak, C Francis Paré, G Jordan Pearce, C Brent Raedeke

    Principaux espoirs: C Riley Sheahan, AD Tomas Jurco, AD Martin Frk

    Detroit a également procédé au rachat du contrat du défenseur Carlo Colaiacovo, qui n’a joué que six parties au cours de la première saison d’une entente de deux ans et de 5 millions $.

    Malgré tous ces changements, toutefois, la plupart du noyau est de retour. Le centre Pavel Datsyuk, qui à 35 ans a mené l’équipe au niveau des points la saison dernière avec 49 points en 47 rencontres, a paraphé une prolongation de contrat de trois saisons au cours de la présente saison morte, tandis que le capitaine Henrik Zetterberg et ses 48 points en 46 rencontres demeurera au sein de la première ligne des Wings avec Datsyuk. Johan Franzen, qui a sans doute connu la meilleure saison parmi les joueurs des Wings à l’exception de Datsyuk, devrait encore apporter sa contribution constante des deux côtés de la patinoire. Les Wings pourraient aussi profiter d’un peu de renfort suite au retour d’un Darren Helm en santé, qui devrait pivoter le troisième trio après avoir raté toutes les rencontres de son équipe à l’exception d’une seule, suite à une blessure au dos, lors de la dernière campagne.

    Du côté de la défensive, Kronwall demeure le doyen d’un groupe d’arrières qui offre un juste mélange jeunesse et d’expérience. Jimmy Howard, qui a signé une prolongation de contrat de six ans et 31,75 millions $ cet été, devrait à nouveau figurer parmi les meilleurs gardiens du circuit.

    Les Wings ont passé la majorité de la dernière saison à vivoter autour de la huitième place dans l’Ouest, une position peu habituelle pour l’équipe qui détient la plus longue série active d’apparitions consécutives en séries éliminatoires avec 22.

    On pourrait blâmer une production offensive moins soutenue qu’à l’habitude, alors que Detroit a terminé à égalité avec Vancouver au 19e rang dans la Ligue au niveau des buts marqués, et l’équipe souhaite avoir réglé ce problème avec les acquisitions effectuées au cours de la saison morte.

    Malgré une offensive anémique, une fois que les Red Wings sont parvenus à solidifier leur position parmi les huit premières, ils ont prouvé qu’ils pouvaient surprendre en série en prenant la mesure des Ducks d’Anaheim et en passant bien près d’éliminer les éventuels champions de la Coupe, les Blackhawks.

    Peu importe leur changement d’association, avec les éléments en place chez les Red Wings cette saison, une 23e présence de suite en séries éliminatoires devrait être atteignable même si Detroit a besoin d’un peu de temps pour s’adapter à son nouvel alignement et à sa nouvelle division. Compte tenu du talent au sein de la formation, il n’y a pas de raison de croire que l’équipe ne puisse envisager un parcours vers une cinquième Coupe Stanley en 18 ans.

    Dans la Ville de l’automobile, il semble que plus les choses changent, plus la situation reste la même.