Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les nouveaux propriétaires des Devils se concentreront sur les affaires

jeudi 2013-08-15 / 16:33 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Les nouveaux propriétaires des Devils se concentreront sur les affaires

NEWARK, N.J. – Les clés des Devils du New Jersey ont officiellement été cédées à un groupe d’hommes d’affaires déterminés à stimuler la franchise sans se mêler des affaires du hockey qui sont dirigées par le directeur général Lou Lamoriello.

Joshua Harris et David Blitzer, diplômés de l’Université de la Pennsylvanie et qui ont fait leurs fortunes dans le redressement des entreprises privées, ont complété leur achat des Devils en finalisant la transaction avec le président sortant et directeur associé, Jeffrey Vanderbeek, jeudi. L’achat comprend les intérêts d’exploitation à long terme de l’équipe dans l’amphithéâtre Prudential Center et les autres intérêts connexes.

Harris et Blitzer sont également copropriétaires des 76ers de Philadelphie de la NBA, qu’ils ont acheté pour la somme de 280 millions $ en 2011. Ils n’ont pas dévoilé le prix qu’ils ont payé pour les Devils.

Vanderbeek, qui est reconnu pour avoir aidé à construire le Prudential Center au centre-ville de Newark, demeurera en tant que conseiller senior.

« Nous avons acheté l’équipe dans le but de gagner », a déclaré Harris, dont la fortune est évaluée à 2,1 milliards $ selon Forbes. « Il s’agit de construire une équipe gagnante à long terme à Jersey et de remporter plusieurs Coupes Stanley. Évidemment, on ne peut rien prédire dans le monde du sport, mais l’historique de la franchise est reconnu et tout ce que nous avons à faire et de ne pas tout gâcher. Mais nous allons tenter d’être innovateurs. »

En plus de laisser Lamoriello s’occuper des affaires quotidiennes des opérations hockey, Harris et Blitzer se fieront sur l’ex-dirigeant du Madison Square Garden, Scott O’Neil, en tant que nouveau directeur exécutif des Devils. O’Neil s’occupera des opérations commerciales de l’équipe et du Prudential Center.

O’Neil travaille déjà avec Harris et Blitzer à titre de président du comité exécutif des opérations commerciales des 76ers. Il a accepté cette position le mois dernier et il a indiqué qu’il prévoit partager son temps entre Newark et Philadelphie. Il a récemment acheté une maison à Westchester, Pennsylvanie.

O’Neil connaît Lamoriello depuis près d’une décennie en raison de sa précédente occupation de président de Madison Square Garden Sports.

« Quand tu apprends à connaître Harris et Blitzer, leur intégrité et leur caractère les rendent vraiment particuliers et c’est ce qui m’a attiré de travailler avec des gens comme eux, a déclaré O’Neil. Ce sont des hommes de famille. Ce n’est pas une surprise qu’ils aient très bien réussis. Mais, quand vous travaillez dans ce domaine, vous voulez savoir s’ils ont les ressources? S’ils veulent gagner? Combien c’est important? J’ai appris. Ils sont très compétitifs. Ils veulent gagner et ils ont les ressources pour gagner. »

Lamoriello, qui est à l’emploi des Devils depuis 26 ans, a indiqué qu’il ne connaissait pas Harris ou Blitzer avant la semaine dernière, mais il a passé beaucoup de temps avec eux depuis et il est convaincu qu’on lui donnera les outils pour bâtir une équipe gagnante.

« Ma principale préoccupation était de connaître s’ils savaient ce qui était nécessaire pour gagner et ce que ça prenait, a dit Lamoriello. Tout le monde veut gagner, mais pas tout le monde sait comment. Je suis 100 pour cent à l’aise, ils savent comment gagner. Ils sont créatifs, ils sont intuitifs et ils veulent essayer d’avoir un avantage de quelque manière que ce soit. J’étais à l’aise avec cela et je suis juste honoré d’être ici aujourd’hui. »

Blitzer espère que Lamoriello, qui aura 71 ans en octobre, demeurera en poste aussi longtemps qu’il le veut.

« Cette équipe est synonyme d’excellence et nous voulons poursuivre dans cette direction. Donc, nous ne voulons pas intervenir dans ce que Lou et son personnel ont incroyablement bien fait pendant leurs carrières, a affirmé Blitzer. Je crois que les Devils du New Jersey font l’envie de 99 pour cent des équipes de la LNH en ce qui concerne leurs performances sur la patinoire. Nous ne voulons vraiment pas changer cela. »

Ce qu’ils veulent accomplir, c’est de développer les Devils et le Prudential Center au point de vue commercial par le biais de sociétés en commandites, ventes de billets et faire en sorte que l’amphithéâtre soit occupé sur une base annuelle avec des concerts et des spectacles familiaux. Ils veulent aussi continuer de travailler avec la ville de Newark afin de poursuivre la revitalisation urbaine, revitalisation qui a été facilitée par la présence du Prudential Center, qui a ouvert ses portes en octobre 2007.

« Nous croyons que le sport est une plateforme pour rendre le monde meilleur, a lancé Harris. Nous croyons fermement en cela et évidemment, c’est plus que seulement vendre des billets et gagner des matchs, même si ces deux aspects sont importants. Ça signifie aussi d’être impliqué dans la communauté et c’est ce que nous voulons faire. Nous l’avons fait à Philadelphie avec les Sixers et nous le ferons ici. »

Les nouveaux propriétaires ont rejeté l’idée de déménager les 76ers à Newark. O’Neil a indiqué qu’il préférerait présentement garder les Devils comme principal occupant du Prudential Center afin d’avoir plus de dates disponibles pour les autres activités.

Les 76ers sont les principaux occupants du Wells Fargo Center, qui est la propriété de Comcast-Spectacor, la même compagnie qui possède les Flyers de Philadelphie. En conséquence, Harris et Blitzer ne peuvent contrôler les autres activités de l’amphithéâtre. Ils peuvent maintenant le faire au Prudential Center.

« Quand vous êtes propriétaire de l’amphithéâtre et d’une équipe, vous avez plus de flexibilité qu’en tant que locataire, a indiqué Harris. Nous aurons plus de contrôle ici et il est évident que nous aurons à penser à la location de l’amphithéâtre pour les concerts et pour les autres événements, ce que tu n’as pas à penser quand tu es seulement propriétaire d’une équipe de basketball. »

Vanderbeek a qualifié cette journée de « sombre », car les Devils étaient sa passion. Il aurait préféré conserver l’équipe, mais il ne pouvait pas le faire d’un point de vue financier et il a été incapable d’attirer des partenaires minoritaires pour l’aider.

« Je ne serais pas humain, si je n’avais pas de sentiments mitigés, a dit Vanderbeek. Dans le même ordre d’idées, c’est une journée excitante. Il va y avoir de grandes choses à l’avenir. Ça va certainement solidifier la franchise des Devils au New Jersey pour une longue période, ce qui a toujours été mon objectif. Ils seront de bons propriétaires. Je suis convaincu qu’ils ont tout ce qu’il faut. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook