Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Murray : On aurait pu avoir Alfredsson et Ryan

mardi 2013-08-13 / 17:53 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Murray : On aurait pu avoir Alfredsson et Ryan

Le propriétaire des Sénateurs d’Ottawa, Eugene Melnyk, a résolument prétendu dans une entrevue à un journal local, la semaine dernière, que son équipe devait prendre une décision en juillet: soit qu’elle conserve les droits sur leur capitaine Daniel Alfredsson en répondant à ses demandes salariales, soit qu’elle le laisse partir et qu’elle fasse un échange pour acquérir un attaquant d’impact comme Bobby Ryan.

Melnyk a déclaré au quotidien Ottawa Citizen, lundi, que la formation n’aurait pu s’offrir les deux, mais le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, ne partage pas son opinion.

« Je pense qu’Eugene est un trop dur envers lui-même dans ce scénario, a dit Murray à LNH.com. Nous avons discuté de la possibilité de faire signer un contrat à Alfie, tout en transigeant pour obtenir les services de Bobby Ryan, et cela tant au point de vue financier que des joueurs cédés aux Ducks d’Anaheim. »

Le 5 juillet, quand Alfredsson a quitté les Sénateurs et a signé un contrat avec les Red Wings de Detroit, maintenant des rivaux dans la section Atlantique, Murray avait indiqué qu’il avait reçu un chèque en blanc pour s’entendre avec son capitaine. Melnyk a cependant déclaré au Citizen que le chèque en blanc aurait annulé la possibilité d’acquérir Ryan dans un échange avec les Ducks car les Sénateurs auraient été dans l’obligation de dépasser leur budget en ayant les deux joueurs dans leur formation.

« Pour atteindre le montant d’argent qu’ils parlaient, en étant financièrement responsable et en s’assurant du succès de l’organisation, nous savions que nous devions acquérir un joueur de la trempe de Bobby Ryan, a dit Melnyk au quotidien. Et à la fin, quand j’ai parlé de chèque en blanc, ça signifiait que l’on n’aurait pu ajouter un tel genre de joueur. On aurait été incapable de se l’offrir. On ne pouvait tout simplement pas se le permettre. »

Murray a expliqué que bien qu’il aurait été difficile de s’entendre avec Alfredsson tout en acquérant Ryan, il y a eu, en fait, des solutions qui ont été discutées dans le but de permettre aux Sénateurs de compléter les deux transactions.

« Nous avons un budget et nous essayons bien fort de le respecter, donc, je pense qu’il (Melnyk) était un peu sévère envers lui-même à cet égard en ce que nous pouvions et nous pouvions faire, a dit Murray. Je ne dis pas que si Alfie était demeuré avec nous que nous aurions absolument obtenu Bobby Ryan dans un échange, mais nous avions discuté de le faire. »

Alfredsson a signé un contrat d’un an d’une valeur de 5,5 millions $ avec les Red Wings, et il reste encore deux saisons à l’entente de Ryan qui lui permet d’empocher 5,5625 millions $ par saison, mais qui ne comportera qu’un montant de 5,1 millions $ sur la marge salariale, selon Capgeek.com.

La masse salariale des Sénateurs est tout juste en-dessous des 54 millions $, ce qui les place au 29e rang de la LNH, et le jeune défenseur Jared Cowen, qui est joueur autonome avec compensation, n’a pas encore signé d’entente.

Melnyk a expliqué au Citizen que le budget de Sénateurs est établi afin de trouver un équilibre entre une bonne gestion et garder les prix des billets raisonnables, tout en bâtissant une équipe compétitive. Murray a indiqué que cette décision avait été prise, il y a quelques années, quand les Sénateurs avaient connu des difficultés en 2010-11 et qu’ils s’étaient débarrassés des vétérans Mike Fisher, Chris Kelly et autres pour obtenir des espoirs et des choix de repêchage lors de la date limite des échanges dans la LNH. C’est durant cette période que Murray a acquis l’actuel gardien no 1 de l’équipe, Craig Anderson, et que la reconstruction des Sénateurs a sérieusement commencé.

Depuis, les Sénateurs se sont qualifiés chaque saison pour les séries éliminatoires et au printemps, ils ont atteint la deuxième ronde avant d’être éliminés par les Penguins de Pittsburgh.

Murray avait alors fait savoir que lorsqu’il considèrera que la reconstruction via le repêchage sera atteint et que les jeunes auront acquis une belle maturité, les Sénateurs seront alors prêts à dépenser dans le but de devenir de sérieux prétendants à la coupe Stanley.

« Je pense que nous sommes en train de connaître assez de succès avec les jeunes, mais je crois fermement qu’on arrivera à une période où Eugene dira, ‘Nous sommes où nous voulions être, maintenant, passons à l’étape suivante et voilà comment nous allons faire’, avait dit Murray. Ensuite, il pourrait y avoir une opportunité pour acquérir un joueur de haut calibre ou un joueur qui coûte plus cher, quel que soit le cas. »

 

La LNH sur Facebook