Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30: Avec un nouveau joueur de centre, Stewart est le facteur clé des Blues

    mardi 2013-08-13 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

    ST. LOUIS – La quête des Blues de St. Louis en vue de trouver un joueur de centre complémentaire à des ailiers a peut-être été l’un des secrets les moins bien gardés dans la LNH au cours de l’été.

    L’idée était que cela pourrait aider offensivement une équipe qui a de la difficulté à marquer des buts afin qu’elle puisse accéder à l’étape suivante, en plus d’acquérir un joueur qui pourrait devenir le centre no 1 de la formation.

    Les Blues ont fait signer un contrat d’un an d’une valeur de 4 millions $ au vétéran Derek Roy pour deux raisons: premièrement pour lui permettre de retrouver la solide production qu’il a connue alors qu’il jouait avec les Sabres de Buffalo et plus important encore, pour développer une belle chimie avec l’attaquant de puissance Chris Stewart.

    Stewart, âgé de 25 ans, qui a récemment signé un contrat de deux ans d’une valeur de 8,3 millions $, a connu plusieurs hauts et bas au cours de sa jeune carrière, au début avec l’Avalanche du Colorado et maintenant avec les Blues.

    Les Blues ont acquis Stewart en 2011 en compagnie du défenseur Kevin Shattenkirk en retour du défenseur Erik Johnson, le premier choix du repêchage 2006 de la LNH. Stewart a démontré sa capacité à prendre en charge des matchs, tout en connaissant de longues léthargies. L’attaquant de 6 pieds 2 pouces pesant 231 livres a de bonnes mains pour un joueur aussi imposant et il peut jouer un style robuste contre les meilleurs de cette catégorie.

    Les Blues, qui ont été éliminés par les Kings de Los Angeles au cours des deux dernières saisons, espèrent que Stewart retrouvera la touche qui lui a permis de marquer sept de ses 18 buts, un sommet d’équipe, au cours d’une séquence de sept matchs la saison dernière. C’est le genre de séquences que le Torontois a tendance à réaliser, mais il peut aussi connaître l’inverse, comme il l’a fait en n’inscrivant seulement trois buts dans les 18 dernières rencontres de l’équipe.

    « On ne peut mettre de chiffres quand on parle de statistiques, a dit Stewart. Je pense que si je peux jouer de la manière que je peux et profiter de mes chances, j’aurai de bonnes statistiques.

    « En ce qui concerne mes objectifs personnels, je les fais passer après ceux de l’équipe. Je vais tout faire pour aider l’équipe autant que possible, match après match. »

    L’entraîneur en chef des Blues, Ken Hitchcock, qui a dirigé les deux joueurs sur la scène internationale, a déjà hâte de les voir jouer ensemble au camp d’entraînement. L’expérimenté entraîneur croit que les deux profiteront de la présence de l’autre.

    « Nous sommes à l’aise avec des duos, ce que nous voulons c’est former des trios, a déclaré Hitchcock. Nous voulons vraiment voir Stewart jouer avec Roy.

    « Stewart est souvent à découvert dans les zones dangereuses et nous croyons que Roy a la patience pour le repérer, car c’est la principale qualité de Derek. Il a accumulé plusieurs points en jouant avec Thomas Vanek à Buffalo. Il permettait aux autres de se placer et il faisait des jeux que plusieurs autres joueurs ne pouvaient faire. »

    Stewart, qui a marqué 28 buts à ses deuxième et troisième saisons dans la ligue, a vu sa production chuter à 15 buts et 30 points en 79 matchs avec les Blues en 2011-12. C’est le genre de léthargie qui a poussé Hitchcock à déplacer Stewart du premier au quatrième trio afin qu’il soit plus constant.

    Quand Stewart a semblé être dans une production plus constante la saison dernière, son nom a alimenté les rumeurs d’échange. Le directeur général des Blues, Doug Armstrong, n’a jamais abandonné ses espoirs envers Stewart après lui avoir fait signer un contrat d’un an avant la dernière saison. Stewart s’est ressaisi et a mené les Blues avec 18 buts et 36 points avant de s’entendre pour deux ans, le mois dernier.

    Mais les Blues ont besoin que Stewart, qui vient de se marier, produise de façon constante et continue de se développer. C’est bien d’être créatif, mais les Blues aimeraient que leur gros attaquant impose sa présence devant les buts.

    « Si nous voulons connaître du succès et gagner dans les séries éliminatoires, Chris devra jouer un rôle important, a dit Armstrong. Nous l’avons acquis dans un échange parce que nous croyons qu’il pourrait être un élément important d’une bonne équipe. Je suis impatient de le revoir retrouver sa touche, d’augmenter son temps d’utilisation et de marquer 30 buts et plus.

    « On n’a jamais perdu espoir en lui. On l’a acquis pour une raison. Il a connu deux saisons consécutives de 30 buts et c’est tout un exploit dans une ligue où il est difficile de marquer… Les attaquants de puissance sont difficiles à dénicher. »

    Stewart, qui totalise 100 buts et 202 points en 319 matchs dans la LNH aura l’opportunité de se développer avec un manieur de rondelle aussi patient que Roy. Les Blues ignorent toujours qui complètera la paire, mais ils considèrent qu’ils ont déjà les deux tiers d’une ligne qui pourrait être très bonne.

    « Le défi de Stewy est seulement de trouver pourquoi il a du succès, a dit Hitchcock. Une fois qu’il aura compris cela, il ne voudra plus lever le pied.

    « Je pense qu’il commence à comprendre que plus il travaille, plus il va marquer des buts. Donc, plutôt que de chercher à marquer, il va chercher à compétitionner et les choses tomberont en place d’elles-mêmes. C’est difficile d’affronter des joueurs talentueux qui jouent comme cela. »

    Avec plusieurs coéquipiers talentueux, Stewart croit qu’il peut être une pièce du casse-tête.

    « Il n’y a aucune limite ici, a dit Stewart. On a plusieurs bons joueurs offensifs. Je crois que mon travail n’est pas vraiment de transporter la rondelle. Je pense que je dois la remettre et foncer au filet, faire les choses simplement. Ce sont dans les matchs où j’ai simplifié mon jeu que j’ai connu le plus de succès.

    « Je considère qu’il n’y a pas de limite pour notre équipe. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série débute le 18 avril
    vs.
    Montréal mène la série 1-0
    vs.
    Pittsburgh mène la série 1-0
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    Anaheim mène la série 1-0
    vs.
    La série débute le 17 avril
     

    La LNH sur Facebook