Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30 : Les jeunes défenseurs des Predators font partie des interrogations à Nashville

    lundi 2013-08-12 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30 : Les jeunes défenseurs des Predators font partie des interrogations à Nashville

    Les Predators de Nashville ont terminé la saison 2012-13 avec le quatrième pire dossier de la LNH, mais le directeur général David Poile croit fermement que des jours meilleurs attendent son équipe.

    Il aura raison si l’entraîneur Barry Trotz peut trouver une manière d’inciter ses joueurs à trouver le fond du filet. Les Predators ont longtemps été une équipe qui excellait dans l’art de marquer par comité. Ils ont cependant échoué lamentablement à cet égard la saison dernière, alors qu’ils ont compté deux buts ou moins dans 27 de leurs 48 rencontres, cumulant une fiche de 3-17-7 lorsque cela se produisait, ce qui leur a valu de conclure la saison au 14e rang de l’Association de l’Ouest.

    Naturellement, l’une des grandes questions qui entourent l’équipe en vue de la campagne 2013-14 concerne l’attaque. L’an dernier, aucun joueur des Predators n’a obtenu plus de douze buts, et seulement trois en ont marqué dix ou plus.

    « Nous pouvons compter sur des joueurs qui appartiennent à l’élite mondiale comme [le capitaine] Shea Weber et [le gardien] Pekka Rinne, qui arrivent à l’apogée de leur carrière respective, et notre objectif est de profiter de cette situation et de bâtir autour d’eux une équipe gagnante, a expliqué Poile. Mon travail est de trouver les bons éléments pour les entourer afin de nous donner la meilleure chance possible de remporter la Coupe Stanley. C’est toujours notre objectif, et pour l’atteindre, la première étape est de se qualifier pour les séries éliminatoires. »

    Voici donc six questions auxquelles les Predators devront répondre en vue de la saison 2013-14 :

    1. Est-ce que l’attaque de Nashville peut sortir de son marasme? – La priorité de Poile au cours de la saison morte était d’améliorer son offensive, puisque son équipe n’avait marqué que 2,27 buts par rencontre l’an dernier, à égalité avec les Panthers de la Floride au dernier rang de la ligue. Le vétéran DG s’est attelé à la tâche dès la journée d’ouverture du marché des joueurs autonomes, alors qu’il a mis sous contrat quatre attaquants. De plus, les dépisteurs des Predators croient que le jeune espoir suédois Filip Forsberg pourrait apporter une précieuse contribution à sa première saison complète en Amérique du Nord, et que l’espoir Austin Watson pourrait graduer dans la LNH cette saison, ajoutant ainsi des munitions à l’attaque.

    Les Predators ont maintenu un dossier de 13-6-2 lorsqu’ils ont marqué plus de deux buts l’an dernier. Ils se doivent de s’améliorer au chapitre des lancers au filet, eux qui n’ont dirigé que 25,9 lancers par rencontre vers le filet adverse, au dernier rang de la ligue.

    « Pour les Predators de Nashville, l’emporter par la marque de 3-2 a toujours été une formule gagnante », a admis Poile.

    2. Est-ce que joueurs acquis sur le marché des joueurs autonomes feront une différence? - Poile espère que son travail acharné en vue d’améliorer son offensive porteront leur fruit, lui qui a conclu des ententes avec le centre Matt Cullen et les ailiers Viktor Stalberg, Eric Nystrom et Matt Hendricks dès l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

    Cependant, aucune des nouvelles acquisitions de Poile n’a amassé plus de 49 points en une saison complète en carrière, ce qui signifie que les Predators pourraient être obligés de continuer à mériter leurs victoires en se fiant à un jeu défensif hermétique et au travail exceptionnel de leur gardien. Cullen, dont la moyenne de 0,64 point par rencontre de la dernière campagne était sa meilleure depuis qu’il avait récolté 0,83 point par partie en 2007-08, procure de la profondeur au centre, mais il reste à voir si joueur de 36 ans peut faire preuve de la constance nécessaire afin d’évoluer sur les meilleurs trios.

    Stalberg est un joueur très rapide au gabarit imposant, Nystrom n’arrête jamais de travailler et est très efficace en échec avant, alors qu’Hendricks est un joueur polyvalent qui fait preuve d’une excellente éthique de travail.

    3. Est-ce que les espoirs Seth Jones et Filip Forsberg pourront devenir des joueurs d’impact? -- Trotz a été très impressionné par ces deux joueurs au camp de perfectionnement de l’équipe au mois de juillet.

    « J’ai croisé beaucoup de joueurs qui ont connu de belles carrières, et ils se comportaient tous plus ou moins de la même manière, a souligné Trotz. Je ne peux pas l’expliquer, mais c’est quelque chose que l’on remarque, et je crois que ces deux jeunes possèdent ce facteur qui fait la différence, peu importe ce que c’est. Bien que je ne peux l’exprimer en mots, je vous assure que ces deux joueurs ont ce qu’il faut. »

    Dans un monde idéal, les deux joueurs obtiendraient un poste dès le camp d’entraînement et continueraient de prendre de la maturité et de se perfectionner tout en contribuant aux succès des Predators en 2013-14. Jones a glissé jusqu’à Nashville au 4e rang du dernier repêchage de la LNH le 30 juin, alors que Forsberg a été obtenu des Capitals de Washington le 3 avril 2013, lui qui avait été le 11e choix au total au repêchage de 2012.

    « Filip a démontré (au cours de son bref séjour avec Nashville en 2012-13) qu’il avait le talent, le gabarit et l’humilité qu’il faut pour réussir… ainsi qu’une confiance tranquille en ses moyens, a confié Trotz. Quelques fois, les autres joueurs ne sont pas entichés des jeunes joueurs, car ces derniers sont imbus d’eux-mêmes, mais je peux vous assurer que nos joueurs ont adoré Filip Forsberg. Ils savent qu’il sera une pièce importante de la formation pendant plusieurs saisons. »

    Il reste à voir si l’un ou l’autre de ces joueurs aura un impact cette saison, mais il ne fait pas de doutes qu’ils sont tous deux prêts à évoluer dans la LNH. Jones aura peut-être une motivation supplémentaire après avoir glissé de quelques rangs au repêchage.

    4. Est-ce que le gardien Pekka Rinne pourra rebondir? – En fin de compte, peu importe à quel point l’attaque de Nashville s’est améliorée, cette équipe est dépendante de la tenue de son exceptionnel gardien de but.

    Les Predators espèrent que celui qui a été deux fois finaliste pour le trophée Vézina sera prêt à temps pour le camp d’entraînement, lui qui a subi une opération arthroscopique à la hanche gauche en mai. L’opération, qui nécessite environ quatre mois de récupération, était requise pour corriger un problème qui était connu des dirigeants de l’équipe la saison dernière. C’est peut-être ce qui explique que Rinne a présenté son plus faible pourcentage d’arrêts (,910) en cinq saisons complètes. Rinne, qui arrive au sixième rang dans la LNH avec 152 victoires depuis la saison 2008-09, est demeuré à Nashville pendant sa réadaptation.

    « La décision d’y aller avec l’opération a été difficile à prendre », a assuré Rinne au Tennessean le 13 juillet dernier. « Je savais que la route vers la guérison serait longue. Je suis maintenant sûr que je serai prêt pour le début de la campagne. »

    Poile a tenu à voir la situation d’un angle positif.

    « La bonne nouvelle, c’est que l’année où Tim Thomas a subi son opération [à la hanche], il a gagné le trophée Vézina la saison suivante, et les Bruins ont remporté la Coupe Stanley », a-t-il rappelé.

    5. Est-ce que le défenseur Ryan Ellis peut devenir un atout dans le jeu de transition? – Malgré deux rétrogradations à Milwaukee dans la Ligue américaine de hockey (LAH) la saison dernière, il existe des raisons de croire qu’Ellis pourra s’imposer cette année. Il profitera des enseignements quotidiens de l’entraîneur adjoint Phil Housley, l’un des défenseurs les plus productifs de l’histoire de la LNH, qui est de plus sensiblement du même gabarit que lui.

    Avouons-le, Ellis n’a pas été repêché en première ronde (11e au total) du repêchage de 2009 pour son jeu en défensive, mais bien pour sa capacité à relancer rapidement l’attaque. Cependant, Ellis n’a pas été en mesure d’imposer cette facette de son jeu en 64 rencontres dans la LNH, réparties sur deux saisons. Ellis a jusqu’ici amassé cinq buts et 17 points au cours de sa courte carrière.

    Ce qui nous amène à l’arrivée de Housley, le deuxième meilleur pointeur américain de l’histoire de la LNH avec 1232 points. Il`a aussi participé à sept Matchs des étoiles en plus d’être finaliste au trophée Norris remis au meilleur défenseur du circuit en 1992. Ellis, qui entame la dernière année de son premier contrat et qui sera joueur autonome avec compensation au terme de la campagne, peut créer des chances de marquer à lui seul en plus de provoquer des pénalités. La direction espère qu’il connaisse finalement une bonne saison, et qu’il devienne un élément clé de l’équipe à cinq contre cinq sur une troisième paire de défenseurs.

    6. Est-ce que les Predators peuvent récolter 100 points? – Les Predators ont trouvé qu’il était beaucoup plus difficile de gagner à un rythme qui leur permettrait d’atteindre le plateau des 100 points sans Ryan Suter, mais ils ont toutefois été en mesure de demeurer compétitifs en 2012-13, eux qui ont perdu par un but en temps réglementaires à sept reprises, en plus de s’incliner neuf fois en prolongation.

    Même si les Predators n’atteignent pas la centaine cette saison, il n’est pas ridicule de croire qu’ils vont amasser au moins 90 points. Pour ce faire, Trotz insiste sur le fait qu’il est essentiel de revenir à la base et de se rappeler quelle est la culture de l’organisation.

    « [En 2011-12], nous avons terminé dans le top 10 dans quatre catégories – les buts pour, les buts contre, l’avantage numérique et l’infériorité numérique – et nous n’avons pas terminé parmi les dix premiers dans une seule de ces catégories l’an dernier, a analysé Trotz. Nous devons travailler sans relâche et être difficiles à affronter… il s’agit de notre culture. Nous voulons profiter de l’avantage de la glace au Roman Coliseum. »

    Les Predators ont conclu la dernière campagne avec une fiche de deux matchs sous la barre de ,500, en plus de conserver une fiche de 5-14-5 sur la route.

    Suivez Mike Morreale sur Twitter : @mikemorrealeNHL

     

    La LNH sur Facebook