Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30: Même les champions ont des questions à se poser

    jeudi 2013-08-08 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Même les champions ont des questions à se poser

    Depuis les Red Wings de Detroit il y a 15 ans, aucune équipe n’a gagné la Coupe Stanley deux fois de suite. Les Blackhawks de Chicago ont la formation pour répéter l’exploit, mais c’était aussi le cas pour les Kings de Los Angeles la saison dernière…

    Les modifications apportées à l’équipe championne sont peu significatives, en tout cas beaucoup moins qu’après leur conquête de la Coupe en 2010 quand ils ont dû laisser partir près de la moitié de leur formation régulière en raison des contraintes du plafond salarial. Cette année, les Blackhawks n’ont à remplacer que trois joueurs qui étaient en uniforme lors de leur dernier match à Boston, soit Dave Bolland et Michael Frolik, qui ont été échangés, et Viktor Stalberg, dont le contrat n’a pas été renouvelé.

    Les Blackhawks ont tout ce qu’il faut pour gagner la Coupe encore une fois, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas eux aussi des questions à se poser. En voici six.

    1. Qui sera le centre du deuxième trio?

    Ils sont pas moins que cinq candidats légitimes et deux négligés, mais Brandon Saad et Brandon Pirri, le champion compteur de la Ligue américaine de hockey (LAH), devraient être les premiers considérés.

    Pirri apparaît comme le candidat idéal. Non seulement est-il un centre naturel et productif en attaque, mais sa présence au sein du deuxième trio permettrait à l’entraîneur Joel Quenneville de garder Saad à l’aile gauche et de faire jouer Bryan Bickell dans les deux premiers trios. Pirri doit convaincre son entraîneur de la qualité de son jeu défensif, comme c’est le cas depuis trois ans.

    « Il n’y a pas de doute qu’il peut faire le travail en attaque, mais ce n’est jamais le jeu offensif qui vous mène jusqu’ici », a rappelé le responsable du dépistage amateur Mark Kelley à LNH.com.

    Quenneville a déclaré qu’il aimait l’idée de voir Saad contrôler la rondelle davantage, mais on ne sait absolument pas ce qu’il peut faire au centre au niveau de la LNH.

    Les autres candidats sont Andrew Shaw, Marcus Kruger et Michal Handzus. Quenneville préférerait confier un rôle moins important à ce dernier, un vétéran de 36 ans, mais il en a parlé comme d’une option sûre au besoin. Les négligés sont Patrick Sharp et Drew LeBlanc. Quenneville préfère Sharp à l'aile gauche mais il sait qu’il peut compter sur lui au centre si nécessaire. LeBlanc, qui a joué deux matchs avec les Blackhawks en avril après avoir signé un contrat professionnel, devra connaître un camp d’entraînement exceptionnel pour être dans la lutte. Il semble plutôt destiné à entreprendre la saison dans la Ligue américaine.

    2. Nick Leddy jouera-t-il mieux que lors des dernières séries éliminatoires?

    Espérons le car sinon les Blackhawks auront un problème. A 22 ans, Leddy devrait progresser au lieu de régresser.

    Quenneville lui a fait moins confiance à mesure que la série finale avançait et il a joué une moyenne de moins de cinq minutes par match lors des trois derniers matchs.

    Leddy est censé être un défenseur agile et habile à déplacer la rondelle, mais il est demeuré stationnaire durant les séries et sujet aux revirements. Il n’a amassé aucun point à ses 17 derniers matchs et a terminé avec un différentiel de moins-8.

    Les Blackhawks lui ont témoigné leur confiance en lui accordant un contrat de deux ans au début de juillet, reste à voir si ce ne sera qu’un contrat de transition avant un autre plus lucratif ou un qui le mènera nulle part.

    3. Marian Hossa est-il en santé?

    Quenneville répond que oui.

    « Tous nos joueurs devraient être prêts », a-t-il dit.

    Hossa a raté le troisième match de la finale en raison d’un mal de dos et il n’était pas à 100 pour cent de sa forme lors des matchs suivants. Après avoir cru une opération nécessaire, les médecins ont jugé que le temps allait assurer la guérison.

    Hossa a amassé 16 points en 22 matchs des séries, après en avoir totalisé 31, dont 17 buts, en 40 matchs de la saison régulière.

    4. Qui va remplacer Michael Frolik en désavantage numérique?

    Bowman était conscient du risque qu’il prenait en envoyant Frolik à Winnipeg le jour du repêchage, mais il devait bien se douter qu’il avait sous la main des candidats valables pour le remplacer en désavantage numérique.

    Quenneville a révélé avoir à l’œil Ben Smith pour remplir ce rôle important. Les Blackhawks ont conservé un taux d’efficacité supérieur à 87 pour cent en infériorité numérique pendant la saison régulière et de près de 91 pour cent en séries.

    Smith devra d’abord s’assurer de rester avec l’équipe au camp d’entraînement, mais on s’attend à ce que ce soit une formalité. Quenneville veut un joueur agressif, rapide et avec un certain talent offensif pour jouer avec Kruger en désavantage numérique, et il préférerait ne pas avoir à recourir à des joueurs de ses deux premiers trios comme Hossa et Jonathan Toews, qui forment généralement la deuxième unité en désavantge numérique.

    S’il ne gagne pas la bataille pour le poste de deuxième centre, Saad pourrait aussi être un candidat.

    5. Bryan Bickell pourra-t-il poursuivre sur sa lancée des séries et justifier son riche contrat?

    Les Blackhawks ne lui auraient pas consenti un contrat de 16 millions $ pour quatre ans s’ils ne croyaient pas en lui. Et Bickell n’auraient pas laissé passer sa chance de tester le marché des joueurs autonomes s’il n’avait pas cru aux Blackhawks.

    Quenneville le voit comme l’attaquant de puissance idéal avec son physique (6 pieds 4 pouces pesant 233 livres), sa robustesse, ses habiletés et ses bonnes mains autour du filet. Il a bien fait dans le premier trio en fin de saison à la gauche de Toews et Patrick Kane, qui ont trouvé plus d’espace pour manœuvrer en plus d’une option pour marquer des buts de près du filet.

    Bickell doit maintenant prouver qu’il peut s’imposer sur une base régulière en construisant à partir de sa performance de neuf buts et 19 points lors des dernières séries. A 27 ans, le temps est venu pour lui de faire sa marque, surtout au prix qu’il sera payé.

    « Il va y avoir plus de pression », a convenu le premier intéressé. « On va compter davantage sur moi. Je pense avoir franchi une grande étape en séries quant à la façon dont je dois jouer et au niveau de constance que je dois respecter, et je sens que je peux le faire chaque soir. Je sais ce qu’il faut faire maintenant, ce qu’on attend de moi, et je pense pouvoir l’apporter. »

    6. Corey Crawford va-t-il bien s’entendre avec Nikolai Khabibulin et le futur entraîneur des gardiens?

    La saison dernière, Crawford, le gardien auxiliaire Ray Emery et l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite ont entretenu une excellente relation de travail. Les gardiens se motivaient l’un et l’autre et se livraient une belle lutte aussi bien à l’entraînement que lorsque venait leur tour de défendre le filet dans un match. Une blessure subie par Emery en fin de saison a fourni l’occasion à Crawford de s’imposer comme l’incontestable numéro un.

    Emery est rendu à Philadelphie et Waite à Montréal, pour travailler avec Carey Price. Les Blackhawks ont engagé Khabibulin pour seconder Crawford et cherchent toujours un remplaçant pour Waite.

    Crawford devrait être utilisé plus systématiquement dans un rôle de numéro un cette saison et les Blackhawks voient en Khabibulin le vétéran apte à le relever lors de périodes difficiles et capable de le pousser à se surpasser pour mériter son temps de glace, comme l’a si bien fait Emery la saison dernière.

    « Avec Khabibulin nous comptons de nouveau sur un gardien expérimenté avec de solides connaissances, a noté Quenneville. Je le vois comme un bon partenaire (pour Crawford) parce qu’il aime étudier le jeu. Il est content d’être de retour à Chicago. Ils se sont déjà connus (dans l’organisation des Blackhawks). Je pense que c’est un bon duo.

    « On ne devrait avoir aucune question à se poser quant à Crawford et à la constance du rendement que nous prévoyons chez nos gardiens. »

     

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl