Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30: Des Kings affamés ne veulent rien d’autre que la Coupe Stanley

    dimanche 2013-08-04 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Des Kings affamés ne veulent rien d’autre que la Coupe Stanley

    Les joueurs des Kings de Los Angeles n’étaient pas fiers d’eux lorsqu’ils sont partis en vacances au printemps.

    Bien sûr, ce n’était pas la première fois qu’ils perdaient une série éliminatoire, mais c’était la première fois après une conquête de la Coupe Stanley. C’est pourquoi ils ont si mal pris leur élimination en cinq matchs aux mains des Blackhawks de Chicago en finale de l’Association de l’Ouest.

    « Vous ne réalisez pas ce que vous avez perdu tant que vous n’avez pas gagné », a philosophé le capitaine Dustin Brown en entrevue avec LNH.com. « Ce qu’on a réussi en 2012 a démontré non seulement aux joueurs mais à tout le personnel et à la direction comment c’est spécial de gagner, alors si vous ne gagnez pas la saison suivante, vous avez l’impression d’avoir perdu beaucoup plus que c’est le cas en réalité. »

    Brown demeure réaliste. Il sait bien que les Kings, même avec leur noyau de joueurs champions intact et sous contrat pour longtemps, ne gagneront pas la coupe chaque année. Cela fait d’ailleurs 15 ans qu’une équipe l’a gagnée deux ans de suite.

    Mais les Kings croient toujours qu’ils auraient dû réaliser l’exploit la saison dernière.

    Chaque équipe arrive au camp d’entraînement avec comme objectif de remporter la Coupe Stanley, et les Kings estiment qu’ils sont mieux préparés pour atteindre ce but en raison des leçons apprises la saison dernière sur la façon de gérer le succès.

    Ils sont passés de chasseurs à pourchassés et ont appris les défis à relever dans cette dernière situation, notamment le fait d’avoir à affronter une opposition désireuse de les battre et plus motivée que jamais.

    « Je peux me rappeler le soir quand nous avons été battus en prolongation à Edmonton, je descendais au vestiaire et j’entendais les gens crier qu’on venait de battre les champions de la Coupe Stanley », a raconté le directeur général Dean Lombardi. « Ça en dit beaucoup sur le défi d’être devenus une cible et d’avoir à vivre avec ça. Ca confirme des choses qu’on m’avait dites. »

    Lombardi fait référence à une conversation qu’il avait eue l’été dernier avec deux anciens membres de l’organisation des 49ers de San Francisco; John McVay, qui était le chef de direction quand ils ont remporté quatre Super Bowls entre 1982 et 1990, et Ronnie Lott, un ancien demi de sûreté des 49ers intronisé au Temple de la renommée.

    Tout ce qu’ils lui avaient dit à propos de répéter l’exploit, d’être pris en chasse, de toute l’adversité qui va avec, tout s’est confirmé.

    Les Kings ont été éprouvés par des blessures avant même le début de la saison, Willie Mitchell n’a pas joué du tout en raison d’une blessure à un genou. Matt Greene, un autre défenseur, s’est blessé au dos à sa première présence sur la glace lors du tout premier match de la saison et a été absent trois mois.

    Un tiers du corps défensif et les deux piliers en désavantage numérique venaient de disparaître.

    Les Kings ont néanmoins tenu le coup pour finir au cinquième rang dans l’Ouest. Ils ont perdu leurs deux premiers matchs en séries face aux Blues de St. Louis mais gagné les quatre suivants. Ils ont ensuite échangé coup pour coup avec les Sharks de San José avant de les éliminer lors du septième match grâce à une victoire de 2-1.

    Les Kings ont perdu trois fois par la marge d’un but face aux Blackhawks et ont été éliminés à la 92e minute de jeu du cinquième match lorsqu’un revirement en territoire offensif a été sanctionné par la magie du duo de Jonathan Toews et Patrick Kane.

    KINGS DE LOS ANGELES

    Ajouts: AD Matt Frattin, AG Daniel Carcillo, D Jeff Schultz, G Ben Scrivens

    Départs: AD Dustin Penner, AD Brad Richardson, G Jonathan Bernier

    Agents libres: aucun

    Principaux espoirs: C Tyler Toffoli, AD Linden Vey, AG Tanner Pearson

    « Je me souviens encore de ces types des 49ers qui me disaient que le deuxième (Super Bowl) avait été plus difficile à gagner que le troisième et le quatrième, a raconté Lombardi. Je comprends maintenant. Je ne suis pas certain que c’était le cas à l’époque, mais je peux voir qu’ils avaient raison. Une fois qu’ils ont gagné le deuxième, ils savaient exactement ce qu’ils devaient faire pour gagner le troisième… mais il faut franchir ces obstacles et cela revient à apprendre à gérer le succès. C’est un défi très différent. »

    Il semble bien que les Kings ont réussi à le relever. Mais ce n’était pas encore assez pour leurs nouvelles ambitions.

    Les Kings ont tout de même été finalistes de leur Association et il a fallu un but en prolongation des Blackhawks pour les empêcher de provoquer un sixième match à Los Angeles. Malgré cela, les Kings sont partis en vacances avec l’impression de n’avoir pas été à la hauteur.

    Il faut dire que leurs attentes sont devenues extrêmement élevées.

    « Nous n’avons pas joué à la hauteur de notre potentiel et nous avons atteint la finale de l’Association Ouest, a noté Brown. Je ne pense pas que ce soit une surprise, mais il y a du positif dans ce négatif. Nous avons été une des quatre dernières équipes en lice et j’estime que nous n’étions même pas proches d’être à notre mieux. »

    Qu’est-ce que cela laisse présager pour cette saison? Comment cela peut-il aider les Kings de savoir qu’ils n’ont pas joué à la hauteur de leurs grandes attentes?

    « Ils peuvent s’attendre à donner le meilleur d’eux-mêmes, a répondu Lombardi. Ils peuvent se critiquer. Individuelle ou collective, cette capacité de critique est essentielle si vous voulez atteindre vos objectifs. Ils sont retournés chez eux et ils n’étaient pas heureux. Cela témoigne de leur croissance et on peut espérer qu’ils reviendront affamés. »

    C’est à espérer en effet, compte tenu de leurs vises.

    « Nous sommes rendus au niveau de viser la Coupe Stanley après avoir été dans la finale de l’Ouest deux ans de suite, alors perdre en séries n’est plus acceptable, a résumé Brown. Ce sont des attentes élevées, mais ce sont celles du groupe de joueurs ici. Nous savons ce que nous sommes capables de réaliser. »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook