Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30: San Jose cherche de l’attaque et un gardien auxiliaire

    mardi 2013-08-06 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Davis Harper - Journaliste - LNH.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: San Jose cherche de l’attaque et un gardien auxiliaire

    La saison dernière, les Sharks de San Jose ont pris part aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour une neuvième année de suite, mais le navire n’a pas toujours vogué sur une mer calme. Après un mois de janvier productif, les Sharks ont connu des déboires en attaque et cela a mis en péril leur participation au rendez-vous du printemps. La chute a été si sévère que la direction a été forcée de mélanger les cartes et de procéder à des changements qui répondaient à des besoins à long terme pendant la période la plus occupée de la saison.

    Lors de la présente saison morte, le directeur général Doug Wilson a continué à implanter sa philosophie « rafraîchissement / réinitialisation » dans l’espoir d’éviter d’avoir à procéder à des mesures d’urgence comme cela a été le cas la saison dernière. Est-ce que Wilson en a fait suffisamment pour redémarrer la machine des Sharks et permettre à la formation d’étirer à dix sa séquence de participations aux séries éliminatoires en 2013-14 ?

    Selon le site OnTheForecheck.com, les Sharks vont parcourir plus de kilomètres que toute autre équipe du circuit et devront batailler au sein d’une nouvelle Division Pacifique, suite au réalignement des divisions en vue de la prochaine saison. Le gardien Antti Niemi est un gardien de classe mondiale, mais on cherche encore son second. Les Sharks ont bien fait sur les unités spéciales la saison dernière, mais ils ont connu des difficultés à forces égales et la défense risque à nouveau d’avoir à faire une large part du travail.

    Voici six des questions les plus importantes auxquelles feront face les Sharks à l’aube de la saison 2013-14.

    1. Qui secondera Antti Niemi ?

    San Jose s’est fié uniquement sur Niemi la saison dernière, devant le filet, alors que le gardien finnois a entamé 43 des 48 rencontres et a mérité une première nomination pour l’obtention du trophée Vézina. Mais il aura davantage besoin de relève au cours d’un calendrier de 82 rencontres et son auxiliaire des deux dernières campagnes, Thomas Greiss, a été signé par les Coyotes de Phoenix via le marché des joueurs autonomes.

    La compétition pour le poste est donc ouverte avec Alex Stalock comme candidat le plus probable. San Jose a repêché Stalock en 2005 et il a connu un départ prometteur, avant qu’une lame de patin tranche un nerf derrière son genou au début de la saison 2011. Stalock a raté l’année entière, mais a depuis recouvré la santé et sa solide saison 2012-13 avec Worcester dans la Ligue américaine de hockey lui a permis de mériter un contrat d’une saison à deux volets au cours de l’été.

    Le produit de Minnesota-Duluth aura une compétition qui lui est familière en la personne du gardien Harri Sateri, un joueur natif de la Finlande. Le duo s’est divisé le temps de glace avec Worcester; Sateri a disputé 39 rencontres et Stalock 38, et si les statistiques de Stalock ont été supérieures, certains croient que Sateri possède plus d’habiletés naturelles. Wilson a été clair sur le fait que ces deux joueurs se disputeront le poste de gardien substitut à l’ouverture du camp en septembre.

    2. Est-ce que les Sharks peuvent produire à cinq contre cinq ?

    Malgré les déboires offensifs des Sharks la saison dernière – l’équipe était au 24e rang de la LNH avec une moyenne de 2,42 buts par match – San Jose était classé parmi les premiers de classe dans la ligue sur les unités spéciales. San Jose a converti 20,1 pour cent de ses jeux de puissance en buts et a tué 85 pour cent des pénalités, deux statistiques qui classent les Sharks parmi les sept premiers du circuit, grâce à un échec avant étouffant et à des marqueurs doués comme Logan Couture, Joe Pavelski et Patrick Marleau. Malheureusement, les prouesses avec l’avantage d’un homme n’ont fait que mettre l’emphase sur la futilité du jeu de San Jose à forces égales. Les Sharks ont terminé au 18e rang du circuit à cinq contre cinq, concédant un but pour chaque but marqué.

    Wilson était déterminé à remédier à ce problème au cours de la saison et il croit y être parvenu en signant Raffi Torres et en transigeant pour Tyler Kennedy. Wilson estime que ces deux joueurs, en plus de l’espoir Tomas Hertl, peuvent injecter un peu d’attaque aux trios troisième et quatre.

    « Notre capacité à marquer beaucoup de buts et à obtenir de l’attaque en provenance de l’arrière démarre, on l’espère, avec la manière dont on a terminé la saison, a dit Wilson. Nous devrions former une très bonne équipe à cinq contre cinq, nous devrions obtenir de l’attaque de plusieurs trios différents, donc oui, c’est une chose que nous avons conscience de bâtir. »

    3. Les Sharks peuvent-ils reprendre le titre dans la Division Pacifique ?

    Durant quatre saisons de suite (2007-08 à 2010-11) les Sharks ont terminé au sommet du classement dans la Division Pacifique. Maintenant, avec la division qui s’améliore en étant plus compétitive, les Sharks n’ont pas raflé la première place lors des deux dernières saisons. En 2011-12, lorsque les Sharks ont pris le deuxième rang derrière les Coyotes de Phoenix, les Kings de Los Angeles, classés au troisième échelon, ont remporté la Coupe Stanley. La saison dernière, les Sharks ont terminé avec leur pire classement depuis 2002-03, s’emparant du troisième rang derrière les Ducks d’Anaheim et les Kings.

    Avec le réalignement des divisions, les Flames de Calgary, les Oilers d’Edmonton et les Canucks de Vancouver rejoignent la Division Pacifique, tandis que les Stars de Dallas quittent, ce qui a comme résultat qu’il sera encore plus ardu de grimper au classement pour les Sharks. Niemi a remporté la Coupe Stanley, l’entraîneur Todd McLellan a prouvé qu’il pouvait franchir cette montagne et Couture et Pavelski mériteront leurs gros contrats. San Jose a connu des problèmes en attaque la saison dernière et des questions subsistent à propos du nouveau quatuor d’attaquants ajouté par Wilson. San Jose est certainement une équipe capable d’atteindre les séries, mais conquérir la tête d’une division de sept équipes est une tout autre histoire.

    4. Raffi Torres en vaut-il le risque ?

    Si plusieurs à travers la ligue sont en désaccord, pour Wilson, la réponse à la question est un oui retentissant. Wilson a acquis Torres, considéré par plusieurs comme un risque pour son historique de pénalités et de suspensions, à la date limite des transactions. Il a marqué deux fois et ajouté quatre mentions d’aide en 11 parties en saison régulière, montrant des flashs de ses aptitudes offensives qui avaient fait de lui le cinquième joueur sélectionné lors du repêchage 2000 de la LNH. Il cadre bien dans le style d’attaque des Sharks avec son échec avant agressif et Wilson a affirmé qu’il s’était acclimaté immédiatement auprès de ses coéquipiers en dehors de la patinoire.

    En séries éliminatoires toutefois, Torres a à nouveau reçu une suspension lors du match numéro un de la demi-finale de l’Association de l’Ouest, pour un coup illégal porté à la tête de l’attaquant Jarret Stoll des Kings. Wilson demeure inébranlable à ce sujet et a consenti un nouveau pacte de trois ans et 6 millions $ à Torres, le vantant à LNH.com comme étant un élément clé de la philosophie « rafraîchissement / réinitialisation ».

    « Nous sommes passés à travers le processus pour déterminer ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, a dit Wilson. Il a fait une grosse différence pour notre équipe de hockey. Il a extrêmement bien joué et quand nous l’avons perdu lors de la série face à Los Angeles, cela a eu un gros impact sur nous. »

    5. Les Sharks peuvent-ils maintenir le rythme au SAP Center ?

    La saison passée, les Sharks ont maintenu un dossier de 17-2-5, au troisième rang du circuit à domicile, dans leur amphithéâtre nouvellement nommé le SAP Center à San Jose (anciennement connu sous le nom du HP Pavilion). Un point tournant de la saison est survenu du 27 mars au 5 avril, quand San Jose est demeuré invaincu lors d’un séjour de six rencontres à domicile, le plus long de la campagne.

    Inutile de dire que la domination de San Jose à domicile a joué un rôle significatif dans la capture d’une neuvième participation aux séries de suite. Les Sharks n’ont pas été vaincus à domicile lors des séries, utilisant Niemi et une défensive étanche pour contenir les adversaires à neuf buts et enregistrer un dossier de 5-0. Dans une saison 2013-14 qui forcera les Sharks à parcourir 57,612 miles, de loin la plus grande distance dans la ligue, un bon dossier à domicile sera une nécessité.

    « C’est vraiment important, même avec le succès en séries, à quel point nous sommes forts à domicile, a dit Wilson. Nous avons une excellente base de partisans, l’édifice est rempli à pleine capacité et l’énergie l’habite, vous voulez vous assurer de contrôler votre demeure. »

    6. La défensive de San Jose peut-elle continuer à tenir l’adversaire au silence ?

    En mars, Wilson et McLellan ont décidé de déplacer Brent Burns de la défense vers l’attaque. Le changement a secoué la défensive et a enlevé à l’équipe son défenseur le plus dynamique, mais les Sharks ont inséré Matt Irwin à la position autrefois occupée par Burns et tout s’est enchaîné aisément. San Jose a terminé au sixième échelon pour les buts alloués par match la saison dernière, et l’unité d’infériorité numérique est passée de la deuxième pire du circuit à la sixième meilleure entre 2011-12 et 2012-13.

    À 25 ans, Irwin n’est qu’une pièce du mouvement de jeunesse qui prend place à la ligne bleue de San Jose. Marc-Édouard Vlasic et Justin Braun, la première paire de défenseurs des Sharks, qui a récemment tenu au silence les jumeaux Sedin dans un balayage des Canucks de Vancouver par San Jose en première ronde des séries, sont tous deux âgés de 26 ans. Jason Demers, qui a disputé 22 parties la saison passée en tant que septième arrière de la formation, est âgé de 25 ans. Et il y a de bonnes chances de voir d’autres jeunes joueurs se greffer, comme les espoirs Nick

    Petrecki, Matt Tennyson et Taylor Doherty, qui sont prêts à évoluer dans la LNH, en obtenant du temps de glace au sein de la troisième paire d’arrières et au poste de septième défenseur en 2013-14. Avec une défensive qui a de la profondeur et qui est formée d’arrières stables et talentueux, avec un gardien étoile en Niemi, San Jose devrait se maintenir au sein de l’élite des unités défensives du circuit.

     

    La LNH sur Facebook